Comparaison des résultats de l’énucléation en bloc de la prostate au laser greenlight et de la photovaporisation prostatique dans le traitement des adénomes de gros volumes

25 novembre 2015

Auteurs : V. Misrai, S. Kerever, B. Bordier, F. Bruyère, G. Karsenty, J. Guillotreau
Référence : Prog Urol, 2015, 13, 25, 728
Objectifs

Comparer l’énucléation en-bloc de la prostate au laser greenlight (greenLEP) à la vaporisation photosélective prostatique (PVP) dans le traitement des adénomes de gros volumes.

Méthodes

Étude rétrospective monocentrique menée chez 120 patients consécutifs comparant l’énucléation greenLEP (groupe 1, n =60) à la PVP (groupe 2, n =60) dans le traitement des adénomes de plus de 80 grammes. Plusieurs critères étaient sélectionnés : l’énergie utilisée (Joules) la durée opératoire (min), le rapport énergie délivrée/volume prostatique (Joules/mL), la conversion en RTUP monopolaire, les complications postopératoires (rapportées selon la classification de Clavien-Dindo), les durées de sondage vésical et d’hospitalisation (jours), le score IPSS, le débit urinaire maximal (Qmax), l’incontinence urinaire à l’effort, l’évolution du volume prostatique et du PSA à 2 et 6 mois ainsi que les sténoses de l’urètre.

Résultats

Le volume prostatique et le PSA médian préopératoire ont été de 100mL [80 ; 110] et de 4,4ng/mL [3 ; 7,3] respectivement. Les 2 groupes étaient comparables en termes d’âge, de volume prostatique, de PSA, de sondage à demeure et de score IPSS pré-opératoire. Un différence statistiquement significative était retrouvée entre les 2 groupes concernant l’énergie utilisée, la durée opératoire, le nombre de Joules/mL de prostate, la durée de sondage vésical, le Qmax, l’incontinence urinaire à l’effort, le volume prostatique résiduel, le PSA à 2 et 6 mois et les sténoses de l’urètre (Tableau 1). Aucune différence n’était notée en termes de complications postopératoires, de durée d’hospitalisation, d’IPSS ou de ré-hospitalisation pour sténose de l’urètre.

Conclusion

La PVP et l’énucléation greenLEP sont 2 techniques sûres pour le traitement des adénomes de gros volumes. Dans notre expérience, l’énucléation est plus rapide et permet une réduction plus importante du volume prostatique au prix d’un risque plus élevé d’incontinence urinaire à l’effort transitoire.




 




Déclaration d'intérêts


Les auteurs n'ont pas transmis de déclaration de conflits d'intérêts.




Tableau 1 - Analyse comparative entre énucléation greenLEP et PVP en fonction des paramètres opératoires, des complications, des durées de sondage et d'hospitalisation et des résultats fonctionnels à court terme. Les statistiques tabulées* sont les pourcentages pour les données qualitatives et la médiane [IQR] pour les données continues.









© 2015 
Publié par Elsevier Masson SAS.