Comparaison des pressions maximales atteintes entre systèmes d’irrigation d’urétéroscopie souple dans un modèle in vitro

25 novembre 2017

Auteurs : S. Doizi, S. Proietti, L. Dragos, O. Traxer, B. Somani, S. Buttice, M. Talso, E. Emiliani, M. Baghdadi
Référence : Prog Urol, 2017, 13, 27, 764-765
Objectifs

Lors d’une urétéroscopie souple, différents systèmes d’irrigation peuvent être utilisés afin d’augmenter le flux d’irrigation pour améliorer la visibilité lors de l’intervention. Cependant, cette augmentation du flux d’irrigation se fait au détriment d’une augmentation de la pression intra-pyélique, potentiellement morbide. L’objectif de cette étude a été de comparer les pressions maximales atteintes par différents systèmes d’irrigation d’urétéroscopie souple dans un modèle in vitro et évaluer l’influence de l’assistant contrôlant cette dernière.

Méthodes

Quinze personnes ont été invitées à participer à cette étude, réparties en trois groupes en fonction de leur force physique. Cette répartition était basée sur la force individuelle, évaluée par la pression maximale atteinte avec l’utilisation d’une seringue d’insufflation Encore. Les systèmes d’irrigation évalués étaient : T-Flow, Dual Port, Hiline, Single Action Pumping System (SAPS) à flux continu, Irri-flo II, Peditrol et une simple seringue de 60mL. Chaque système d’irrigation était connecté à un urétéroscope souple Olympus URF-V2, ayant un canal opérateur de 3,6-Fr, qui était positionné dans un modèle artificiel de rein. Chaque participant devait exercer la pression maximale possible avec chaque système d’irrigation. La pression était mesurée avec un canal opérateur d’urétéroscope vide, avec fibre laser et avec panier.

Résultats

La pression maximale était obtenue avec la seringue de 60mL tandis que la plus faible l’était avec le système à flux continu SAPS, p <0,0001. Quel que soit le système d’irrigation, la pression d’irrigation maximale était statistiquement plus faible lorsque le canal opérateur de l’urétéroscope était occupé par une fibre laser ou un panier par rapport au canal opérateur vide, p <0,0001. Tableau 1. La pression maximale était d’autant plus importante que la force individuelle de base était élevée, quel que soit le système d’irrigation et quelle que soit l’occupation du canal opérateur par un instrument ou non. Aucune différence n’était cependant observée entre ces groupes pour le système T-Flow. Tableau 2.

Conclusion

Cette étude démontre que des niveaux importants de pression peuvent être atteints avec les systèmes d’irrigation lors d’une urétéroscopie souple, celle-ci étant d’autant plus importante que le canal opérateur de l’endoscope est vide. L’influence de la force de l’assistant contrôlant le système d’irrigation lors de l’intervention est majeure puisque des pressions importantes sont atteintes quel que soit le système d’irrigation et quelle que soit l’occupation du canal opérateur par un instrument ou non.




 





Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.




Tableau 1 - « Overall maximum pressure (cmH2 O) developed by using the different irrigatio systems with working channel empty, with laser in it, and with basket in it ».







Tableau 2 - « Group stratification of maximum pressure (cmH2 O) developed by using the different irrigatio systems with working channel empty, with laser in it, and with basket in it ».









© 2017 
Publié par Elsevier Masson SAS.