Comparaison des fréquences de tir 1 et 2 Hz sur la fragmentation de craies par le lithotripteur Wolf Piezolith 3000

25 novembre 2016

Auteurs : F. Clavier, F. Madec, Q. Le Clerc, E. Robine, M. Nedelec, J. Rigaud, P. Glemain
Référence : Prog Urol, 2016, 13, 26, 700
Objectifs

Les fréquences élevées des générateurs piézo-électriques ont été abandonnées en raison de l’absence d’efficacité clinique et de la nécessité d’une anesthésie. Une précédente étude suggérait que l’efficacité était peut-être un peu meilleure en passant de la fréquence 1 à 2, mais chutait avec les fréquences 4 puis 8. L’objectif de cette étude était de tester l’hypothèse d’une meilleure efficacité de la fréquence 2.

Méthodes

Pour répondre à cette question, 16 craies standards homogènes, utilisées par le constructeur pour les tests d’efficacité du lithotripteur, ont été soumises à 100 chocs de puissance maximale, focale 1, délivrés de façon aléatoire à une fréquence de 1 (n =8) ou 2Hz (n =8). Le foyer était placé à la surface inférieure des craies immergées dans de l’eau distillée stérile. Chaque cratère ainsi provoqué à la face inférieure des craies a été quantifié par le poids de la micro-grenaille de plomb (5mg environ par grain) nécessaire à son comblement. Les mesures étaient faites au centième de mg près.

Résultats

Le poids moyen du cratère était de 582mg pour la fréquence 1 et de 810mg pour la fréquence 2. La différence était significative (test non paramétrique, des rangs de Friedman, p =0,0046) (Tableau 1).

Conclusion

Quelles que soient les explications possibles (cavitations, ondes réfléchies, caractéristiques de la machine), la fréquence 2 semble donc associée à une fragmentation plus importante. Cela suggère qu’il ne faut pas hésiter à utiliser la fréquence 2 lorsque cela est possible cliniquement, en particulier sur des gros calculs, les calculs urétéraux ou ceux réputés plus durs (Whewellite).




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs n'ont pas précisé leurs éventuels liens d'intérêts.




Tableau 1 -









© 2016 
Publié par Elsevier Masson SAS.