Comparaison de la stabilité hémodynamique peropératoire lors d’une surrénalectomie pour phéochromocytome entre une préparation anti-hypertensive préopératoire courte vs longue

25 novembre 2015

Auteurs : A. Gryn, B. Duly-Bouhanick, A. Bennet, T. Almont, J. Beauval, J. Gas, M. Roumiguié, M. Thoulouzan, D. Vezzosi, P. Caron, J. Amar, B. Chamontin, X. Gamé, B. Malavaud, M. Soulié, P. Rischmann, E. Huyghe
Référence : Prog Urol, 2015, 13, 25, 857-858
Objectifs

Comparer les résultats peropératoires (en particulier la stabilité hémodynamique) de la chirurgie du phéochromocytome obtenus avec 2 préparations médicales à la chirurgie.

Méthodes

Entre janvier 2010 et décembre 2013, 44 patients ont bénéficié d’une surrénalectomie pour phéochromocytome dans notre centre. Ces patients nous ont été confiés par 2 services hospitaliers utilisant des protocoles de préparation à la chirurgie différents. La préparation courte (groupe 1) comportait un traitement anti-hypertenseur PO à domicile pendant X jours, une hospitalisation 48h avant la chirurgie. La préparation longue (groupe 2) comportait une hospitalisation 10jours avant la chirurgie. Le critère de jugement principal de notre étude était l’instabilité hémodynamique évaluée à l’aide de la formule (PAS max – PAS min)/PAS max.

Résultats

Au total, 29,5 % (n =13) des patients ont eu une préparation anti-hypertensive préopératoire de 48h (groupe 1) et 70,5 % (n =31) une préparation longue (groupe 2). Il n’y avait pas de différence significative entre les 2 groupes concernant l’âge, le sexe, la voie d’abord chirurgicale, la durée opératoire, le score ASA, la taille tumorale, les dosages hormonaux préopératoires. Tous les patients du groupe 1 avaient reçu de l’urapidil alors que dans le groupe 2, 83,9 % avaient reçu du labétalol, 9,7 % de l’urapidil et 6,4 % une autre thérapeutique (p <0,0001). Il n’y avait pas de différence d’instabilité hémodynamique entre les 2 groupes (0,53 dans le groupe 1 contre 0,51 dans le groupe 2 (p =0,597, NS). Il n’y avait pas de différence significative entre les 2 groupes concernant la PAS max moyenne.

Conclusion

Cette étude unicentrique n’objective pas d’augmentation du risque d’instabilité hémodynamique peropératoire après une préparation courte (48h d’hospitalisation), telle que définie précédemment, comparé à une préparation plus longue (10jours d’hospitalisation). Ces résultats sont obtenus dans un centre expert, et ces résultats sont sans doute permis par une gestion chirurgicale et anesthésique optimisée du phéochromocytome.




 




Déclaration d'intérêts


Les auteurs n'ont pas transmis de déclaration de conflits d'intérêts.






© 2015 
Publié par Elsevier Masson SAS.