Comparaison de la néphrectomie partielle à la néphrectomie élargie pour les cancers à cellules rénales cT2a : survie globale et résultats oncologiques

25 novembre 2015

Auteurs : B. Reix, V. Flamand, J. Bernhard, P. Bigot, A. Villers
Référence : Prog Urol, 2015, 13, 25, 826-827
Objectifs

La néphrectomie partielle (NP) est recommandée en première intention pour les tumeurs du rein stades cT1. Sa place est débattue pour les stades cT2 en raison du manque de preuve d’un bon contrôle carcinologique. L’objectif de cette étude était de comparer les résultats de la NP et de la néphrectomie élargie (NE) dans les stades cT2a sur la survie globale et les résultats oncologiques.

Méthodes

Une étude rétrospective multicentrique internationale était menée. Tous les patients d’âge18ans ayant bénéficié d’un traitement chirurgical pour un CCR localisé de stade cT2a entre 2000 et 2014 étaient inclus. La comparaison entre NP et NE était effectuée après ajustement par score ASA et par score de propension tenant compte des facteurs de confusion prédéfinis : âge, sexe, taille tumorale, stade pT de la classification TMN, type histologique, grade de Führman. Des modèles de Cox et de Fine-Gray étaient réalisés pour analyser la survie globale (SG), la survie spécifique (SSp) et la survie sans récidive (SSR).

Résultats

Au total, 267 patients étaient inclus. Une NE par laparoscopie et une NP étaient réalisées chez respectivement 66 % et 34 % des patients. Les indications électives et impératives représentaient respectivement 62,6 % et 37,4 % des NP. Après un suivi médian de 24mois, on notait 28 (10,5 %) décès, dont 17 (6,4 %) liés au cancer, et 50 (18,7 %) récidives locale ou métastatique. La SG et la SSp à 3ans était respectivement de 93,6 % et 95,4 % dans le groupe NP et de 88,0 % et 91,0 % dans le groupe NE. On ne retrouvait pas de différence entre les deux groupes après ajustement sur le score de propension pour la SG (HR 0,87, p =0,75), la SSp (HR 0,52, p =0,24) et la SSR (HR 1,02, p =0,96).

Conclusion

Les résultats de la NP sont équivalents à la NE pour la SG, la SSp et la SSR. Le risque de récidive semble d’avantage lié aux facteurs pronostiques qu’à la technique chirurgicale. La décision de NP devrait dépendre d’avantage de sa faisabilité technique que de la taille tumorale, aussi bien en situation élective qu’impérative (Fig. 1, Tableau 1, Tableau 2).




 




Fig. 1
Fig. 1. 

Comparaison de la NP à la NE. A. Survie globale. B. Survie spécifique au cancer. C. Incidence des récidives.





Déclaration d'intérêts


Les auteurs n'ont pas transmis de déclaration de conflits d'intérêts.




Tableau 1 - Caractéristiques cliniques des patients et type de chirurgie.







Tableau 2 - Caractéristiques histologiques des tumeurs.









© 2015 
Publié par Elsevier Masson SAS.