Comparaison de la néphrectomie partielle et des traitements radio-ablatifs dans la prise en charge des tumeurs du rein de moins de 4 cm chez les patients jeunes et peu comorbides

25 novembre 2019

Auteurs : B. Covin, M. Roumiguié, T. Benoit, S. Lagarde, M. Delchier, N. Doumerc, M. Thoulouzan, E. Huyghe, X. Gamé, M. Soulié, J.B. Beauval
Référence : Prog Urol, 2019, 13, 29, 644-645
Objectifs

Les recommandations proposent la néphrectomie partielle (NP) en première intention pour le traitement des petites tumeurs du rein (<4cm) (PTR). La place des traitements radio-ablatifs (TRA) semble se situer chez les patients âgés et fragiles.

L’objectif était de comparer les résultats oncologiques et la morbidité des TRA avec le traitement recommandé des PTR, la NP, chez les patients jeunes sans comorbidité.

Méthodes

Une étude observationnelle rétrospective monocentrique a permis d’inclure les patients traités pour une tumeur rénale classée cT1a entre 2010 et 2014. Les patients âgés de plus de 70 ans ou porteurs d’un score ASA3 ont été exclus. Les caractéristiques des patients et des tumeurs ont été colligées, notamment leur complexité (R. E. N. A. L. score), et les données périopératoires (durée d’hospitalisation, complications [Clavien], créatininémie). Le test du Chi2 (ou Fischer) a été utilisé pour comparer les variables qualitatives, le t -test (Student) pour les variables quantitatives. Les survies (sans récidive, et globale) ont été analysées selon Kaplan–Meier et comparées par test du log-rank.

Résultats

Parmi les 248 patients traités pour une PTR entre 2010 et 2014 (NP=117, TRA=131). Cent vingt-trois patients ont été inclus dans l’analyse finale (NP=83, TRA=40). Les groupes étaient comparables sur les données pré-thérapeutiques sauf pour la taille tumorale, les tumeurs traitées par TRA étant plus petites que celles traitées par NP (Tableau 1). Au terme d’un suivi médian de plus de 60 mois, la survie sans récidive n’était pas statistiquement différente entre la TRA et la NP (85 % [n =6] vs 91,5 % [n =7] [p =0,17]). La survie globale était également comparable pour TRA vs NP (97,5 % [n =1] vs 95,2 % [n =4] [p =0,52]) (Fig. 1). La variation de la créatininémie et la survenue de complications (Clavien) étaient comparables dans les deux groupes, alors que la durée d’hospitalisation était significativement plus courte dans le groupe TRA (3 vs 6 j, p <0,0001) (Tableau 2).

Conclusion

Chez les patients jeunes et peu comorbides, les traitements radio-ablatifs se placent comme une ressource thérapeutique efficace à long terme et peu morbide dans les tumeurs rénales T1a.




 




Fig. 1
Fig. 1. 

Survie sans récidive (n : nombre de récidives) ; survie globale (n : nombre de décès).





Déclaration de liens d'intérêts


Fondation de l'Avenir. Projet AP-RM-17-004.




Tableau 1 -







Tableau 2 -









© 2019 
Publié par Elsevier Masson SAS.