Comparaison de deux protocoles d’antibioprophylaxie pour la biopsie de la prostate : prophylaxie empirique versus prophylaxie ciblée selon la culture rectale

25 novembre 2017

Auteurs : A. Saadi, A. Bouzouita, K. Ben Gayed, A. Jendoubi, A. Rehaiem, W. Kerkeni, H. Ayed, M. Cherif, R. Ben Slama, I. Boutiba, A. Derouiche, M. Chebil
Référence : Prog Urol, 2017, 13, 27, 730
Objectifs

Les bactéries résistantes aux fluoroquinolones (FQ) ont été fréquemment identifiées comme causes de complications infectieuses après biopsie de la prostate (BP). L’objectif de ce travail d’étudier la prévalence du portage digestif de bactéries résistantes aux FQ chez des patients proposés pour BP et d’étudier l’intérêt de la prophylaxie ciblée selon la culture rectale sur le taux de complications infectieuses après BP.

Méthodes

Il s’agit d’une étude prospective qui a randomisé 92 patients proposés pour BP en deux groupes. Groupe I : les patients recevaient une antibioprophylaxie empirique par la ciprofloxacine. Groupe II : un écouvillonnage rectal était réalisé 10jours avant la BP et ces patients recevaient une antibioprophylaxie adaptée selon la culture rectale. La prévalence du portage digestif en germes résistants aux FQ et les mécanismes de résistance étaient étudiés ainsi que les facteurs de risque de portage de germe résistants. Une étude comparative de l’incidence des complications après la BP dans chaque groupe était réalisée ainsi que les souches responsables de complications infectieuses.

Résultats

Il n’y avait pas de différence entre les deux groupes en ce qui concerne l’âge, le volume de la prostate, le taux de PSA, le nombre de carottes de biopsie de la prostate, et le score de comorbidité de Charlson. Pour les patients du groupe II, on a retrouvé 45 % de résistance aux FQ. Les patients ayant une culture résistante aux FQ avaient plus d’antécédents d’infection urinaire et de prise d’antibiotiques au cours des six derniers mois (p =0,032, p =0,018, respectivement). Le taux de complication infectieuse après BP était de 18,7 % dans le groupe I et 4,7 % dans le groupe II (p =0,04). Dans le groupe I, les infections après BP étaient secondaires à des E. coli productrices de BLSE dans 70 % des cas.

Conclusion

La prévalence du portage digestif de bactéries résistantes aux FQ chez les patients proposés pour BP était élevée et les principaux facteurs de risque de résistance étaient l’antécédent d’infection urinaire et la prise d’antibiotiques au cours des six derniers mois. L’utilisation d’une antibioprophylaxie adaptée à la culture rectale a considérablement abaissé notre taux de complication infectieuse après BP.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2017 
Publié par Elsevier Masson SAS.