Comment optimiser la prise en charge des patients en chirurgie ambulatoire grâce à une application médicale

25 novembre 2016

Auteurs : M. Khodari, J. Devevey, J. Alimi, A. Suppini
Référence : Prog Urol, 2016, 13, 26, 737-738
Objectifs

Le développement de la chirurgie ambulatoire (CA) est une priorité nationale. Plusieurs actes chirurgicaux en urologie sont éligibles à la CA. Le nombre croissant de patient pris en charge en CA incite à la mise en place de protocoles automatisés utilisant les nouvelles technologies dans le but d’améliorer la gestion des risques, libérer du temps au soignants, diminuer la déprogrammation et faciliter le suivi à domicile.

Méthodes

De septembre 2015 à mars 2016, les patients programmés en CA, majeurs ont été inclus par randomisation dans 2 groupes. Le groupe « application médicale » a bénéficié d’un protocole automatisé pré-, per- et postopératoire par envoi de SMS à j–2, j–1 et j+1 de la CA. Une grille de suivi, avec des « filtres » établis a été utilisée via une plateforme informatique sécurisée et consultable sur Internet. Le groupe « témoin » a suivi les recommandations de bonnes pratiques en CA avec notamment l’appel téléphonique du lendemain. Les critères de jugement entre les groupes étaient comparés par un test de Chi2.

Résultats

Au total, 31 patients dans le groupe « application médicale » et 30 dans le groupe « témoin » ont été inclus dans l’analyse. Les critères démographiques étaient similaires dans les deux groupes. Le rappel des consignes pré- et postopératoire par messagerie instantanée a satisfait la majorité des patients (91 %). Les réponses définies comme « anormales » par la participation active du patient et/ou par l’infirmière à domicile étaient automatiquement envoyées sur la messagerie du prescripteur avec possibilité de transférer des photos ou vidéos de la couleur des urines sondées ou de l’aspect d’une cicatrice postopératoire. Le respect de l’heure de convocation et des consignes postopératoires a été amélioré dans le groupe « application médicale » par rapport au groupe témoin (p <0,001).

Conclusion

L’automatisation des consignes periopératoire diminue les retards et la déprogrammation. L’implication du patient, devenant acteur de ces soins, a permis à l’équipe soignante un gain de temps et de réserver les ressources aux patients qui présentent une complication dans le suivi à domicile. Accepter de changer nos habitudes de travail permettra d’avoir des renseignements plus pertinents sur l’état du patient.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs n'ont pas précisé leurs éventuels liens d'intérêts.






© 2016 
Publié par Elsevier Masson SAS.