Comment je prescris : acétate d’abiratétone (Zytiga)

25 juin 2015

Auteurs : E. Lacarriere
Référence : Progrès FMC, 2015, 2, 25, F49

Le traitement du cancer de prostate résistant à la castration s’est enrichi récemment d’une nouvelle molécule, avant ou après chimiothérapie : l’acétate d’abiratérone. Son utilisation est aisée et sa tolérance très bonne, pourvu que le praticien respecte certaines règles de prescription de base qui sont décrites ci-dessous. Une surveillance rapprochée est nécessaire, en particulier en début de prescription.




 




Introduction


Depuis 2012, (...) l'acétate d'abiratérone a été ajouté à l'arsenal thérapeutique des praticiens impliqués dans la prise en charge du cancer de prostate résistant à la castration (CPRC). L'efficacité de cette molécule a été prouvée avant [1] ou après [2, 3] chimiothérapie par Docetaxel. Elle entraîne une inhibition sélective de l'enzyme CYP17, responsable de la biosynthèse des androgènes.


Indications


Patients présentant un cancer de prostate résistant à la castration, avant chimiothérapie (patients chimio-naïfs) ou après chimiothérapie [4].


Contre-indications


La seule contre-indication véritable de l'abiratérone est l'insuffisance hépato-cellulaire sévère (Cirrhose Child C). La présence d'une cirrhose Child A ou B ne contre-indique pas son emploi mais implique une surveillance accrue.


L'insuffisance rénale n'entraîne pas d'adaptation posologique.


Prescription et principaux effets indésirables


La dose de départ est de 1000mg, soit 4 comprimés de 250mg à prendre entiers, en prise unique, à distance des repas ( Tableau I) car la prise alimentaire modifie d'un facteur 10 la concentration sanguine d'abiratérone. Du fait d'une perturbation du métabolisme minéralocorticoïde au niveau surrénalien, une prise de prednisone ou prednisolone 10mg par jour est nécessaire en parallèle.


En cas de terrain cardiaque fragile, en particulier chez les insuffisants cardiaques, un avis cardiologique sera demandé avant l'instauration du traitement.


La tolérance est généralement très bonne, mais certains effets indésirables aspécifiques peuvent apparaître : éruptions cutanées, HTA, diarrhée. Le principal effet secondaire est l'altération du bilan hépatique.


Suivi et surveillance


La tolérance doit être réévaluée rapidement : tous les 15jours pendant 3mois puis tous les mois. La surveillance est :

clinique : rétention hydrique ? hypertension artérielle ? douleurs musculo-squelettiques ?
biologique : bilan hépatique (BH), potassium.


Le PSA permettra également de juger de l'efficacité du traitement ( Tableau II) .


En cas d'altération du BH (TGO, TGP>5N), le traitement sera arrêté de façon temporaire, puis repris à demi-dose. En cas de réélévation, le traitement sera définitivement arrêté.


Déclaration d'intérêts


L'auteur déclare ne pas avoir de conflits d'intérêts en relation avec cet article.




Tableau I - Ordonnance type d'acétate d'abiratérone.
Acétate d'abiratérone (Zytiga) 250 mg  
4 comprimés à avaler entiers, en une prise, entre les repas (2h après le dernier, 1h avant le suivant) 
 
Prednisone 20 mg  
½ comprimé le matin 





Tableau II - Ordonnance type de bilan de suivi.
Faire au laboratoire d'analyses médicales  
Ionogramme sanguin 
TGO, TGP, bilirubinémie conjuguée, gammaGT 
Créatininémie sanguine avec clairance MDRD 
PSA total 
 
Tous les 15 jours pendant 3 mois puis tous les mois  




Références



Rathkopf D.E., Smith M., De Bono J.S., Logothetis C., Shore N., De Souza P., et al. Updated interim efficacy analysis and long-term safety of abiraterone acetate in metastatic castration-resistant prostate cancer patients without prior chemotherapy (COU-AA-302) Eur Urol 2014 ;  66 (1) : 815-825 [cross-ref]
de Bono J.S., Logothetis C., Molina A., Fizazi K., North S., et al. Abiraterone increased survival in prostate cancer NEJM 2011 ;  364 : 1995-2005 [cross-ref]
Antonarakis E.S., Eisenberger M.A. Expanding treatment options for metastatic prostate cancer NEJM 2011 ;  21 : 2055-2058[364].
 [cross-ref]
Salomon L., Bastide C., Beuzeboc P., Cormier L., Fromont G., Hennequin P., et al. Recommandations en onco-urologie 2013 du CCAFU : cancer de la prostate Prog Urol 2013 ;  23 (suppl. 2) : S69-S101 [inter-ref]






© 2015 
Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.