Coagulopathie de consommation révélatrice d'un cancer de la prostate

01 novembre 2001

Mots clés : Néoplasie prostatique, coagulopathie, Hormonothérapie
Auteurs : VANTAUX P, SCHNEIDER P, LE COZ S, VILLERS A
Référence : Prog Urol, 2001, 11, 68-69
Une coagulation intravasculaire disséminée peut compliquer l'évolution naturelle d'une néoplasie prostatique. Sa gravité mérite la mise en place rapide d'un traitement médical. Nous décrivons l'observation d'un septuagénaire présentant une coagulopathie de consommation révélée par des lésions purpuriques disséminées.
De façon concomitante, il est authentifiée une néoplasie prostatique. L'évolution est rapidement défavorable malgré l'utilisation d'une hormonothérapie et de transfusions sanguines. Le mécanisme d'apparition de la coagulation intravasculaire disséminée dans le cancer de la prostate reste mal connu mais il semble résulter de la libération de substances procoagulantes au cours de certains actes diagnostiques ou thérapeutiques. La gravité du pronostic incite à utiliser rapidement une hormonothérapie dont le délai d'action n'est pas immédiat. Elle peut contribuer à l'obtention d'une période de rémission si le syndrome hémorragique est initialement contrôlé. Des études complémentaires permettraient d'optimiser la prise en charge thérapeutique.