Caractérisation clinique et biologique des adénocarcinomes ductaux de prostate

25 novembre 2016

Auteurs : A. Vinceneux, F. Bruyère, O. Haillot, T. Charles, A. De la taille, L. Salomon, Y. Allory, I. Ouzzane, L. Choudat, M. Rouprêt, E. Compérat, N. Houede, J. Beauval, G. Fromont
Référence : Prog Urol, 2016, 13, 26, 777-778
Objectifs

L’adénocarcinome ductal (ACD) est une entité rare de cancer de prostate de haut grade dont les caractéristiques cliniques et biologiques sont mal connues. À partir d’une série rétrospective multicentrique des cas regroupés sous l’égide du CCAFU, nous avons évalué les données cliniques des ACD et déterminé leurs caractéristiques moléculaires sur la base de marqueurs de classification déjà identifiés pour les carcinomes acinaires.

Méthodes

Les données anatomo-cliniques initiales et évolutives ont été collectées, ainsi qu’un échantillon de tumeur inclus en paraffine. L’étude en immunohistochimie sur tissue micro-array a analysé l’expression du RA, PSA, ERG, PTEN, Ki67, EGFR et SPINK1. L’expression de ces marqueurs a été comparée à celle de cancers prostatiques acinaires de haut grade traités par prostatectomie radicale appariés sur le stade. La survie sans récidive biologique a été analysée par le test du log rank et le modèle de Cox. Sept centres ont adressé un total de 84 cas, dont 65 cas ont été retenus après relecture.

Résultats

L’âge médian était de 67ans [53–92] avec un suivi médian de 27 mois [1–177]. Sept patients étaient métastatiques d’emblée. Le PSA médian était de 8,79ng/mL [0–2400]. Quarante-cinq patients ont eu une prostatectomie avec 34,8 % de pT2, 65,2 % de pT3, et 42,8 % de R1. ERG et SPINK1 étaient exprimés dans 41,8 % et 10,6 % des cas. Une perte complète de l’expression de PTEN est observée dans 36,2 % des tumeurs. En analyse multivariée chez les patients prostatectomisés, l’expression de SPINK1 est un facteur prédictif indépendant de survie sans récidive biologique (p =0,018) comme le PSA (p =0,017) le stade T (p =0,016) le Gleason (p =0,023) et l’expression du PSA (p =0,004) Comparativement aux acinaires de haut grade, la prolifération tumorale est significativement plus élevée (p =0,048), avec une perte d’expression de PTEN plus fréquente (p =0,02).

Conclusion

Les marqueurs ERG et SPINK, utilisés pour la classification des adénocarcinomes acinaires, sont retrouvés avec une fréquence identique et de façon également exclusive dans les ACD, avec une valeur pronostique de l’expression de SPINK. Ces résultats démontrent néanmoins des différences de caractéristiques cliniques et biologiques des ACD prostatiques par rapport aux cancers acinaires standards.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent un conflit d'intérêts - Bourse régionale+demande de subvention du fonds de recherche de l'AFU en attente de réponse.






© 2016 
Publié par Elsevier Masson SAS.