Cancer du testicule et fertilité masculine

25 novembre 2001

Mots clés : Cancer du testicule, fertilite, Chimiotherapie, radiothérapie, curage, Lymphadénectomie
Auteurs : MOTTET N
Référence : Prog Urol, 2000, 10, 193-199
Les troubles de la fertilité après le traitement d'un cancer testiculaire sont une séquelle importante. Initialement existe une hypofertilité touchant près de la moitié des patients. La chimiothérapie, la radiothérapie et la chirurgie ont leurs effets délétères propres. Si le désir de paternité ultérieur est souvent satisfait spontanément, des stérilités définitives existent. La conservation systématique de sperme, permettant si besoin de pallier celle-ci, doit faire systématiquement partie du contrat thérapeutique. Elle est au mieux réalisée avant la castration, ou dans ses suites immédiates. Elle possède également un rôle psychologique, projetant le patient dans un avenir de guérison. Les limites de la congélation ont beaucoup reculé grâce aux progrès de la fécondation in vitro et de l'ICSI. En cas de radiothérapie ou de chimiothérapie, une contraception efficace doit être recommandée pendant 2 ans dès le début du traitement. La tératogénicité à long terme des traitements utilisés reste encore actuellement très mal connue.