Cancer du rein à cellules chromophobes, une entité à part entière. A propos d'une série de 35 cas

03 novembre 2001

Mots clés : cancer du rein, chromophobe, stade TNM, grade de Führman, Pronostic
Auteurs : PEYROMAURE M, THIOUNN N, VIEILLEFOND A, de PINIEUX G, ZERBIB M, FLAM T, DEBRE B
Référence : Prog Urol, 2001, 11, 209-216
Objectif:Décrire les caractéristiques cliniques, histologiques et évolutives du cancer du rein à cellules chromophobes . Patients et Méthodes:Les dossiers de 35 patients opérés d'un cancer du rein à cellules chromophobes ont été revus. Il s'agissait de 22 hommes et 13 femmes, d'un âge moyen de 58±13,8 ans. Les circonstances diagnostiques et l'aspect histologique de cette tumeur ont été analysés. L'évolution des patients a été étudiée avec un suivi moyen de 70±20,2 mois. Résultats:Le diagnostic était fortuit dans 66% des cas. L'aspect macroscopique des tumeurs était caractéristique : homogène et de couleur blanche ou beige . En microscopie optique, les tumeurs se composaient de cellules chromophobes (claires) et de cellules éosinophiles en proportions variables. Elles se répartissaient en 15 tumeurs à prédominance éosinophile (43%), 9 tumeurs à prédominance claire (26%) et 11 tumeurs à nombre égal de cellules claires et éosinophiles (31%). Les noyaux étaient irréguliers et incisurés. La coloration de Hale était positive dans tous les cas. La majorité des tumeurs étaient limitées au rein ( T1: 65% et T2: 29%) et de bas grade nucléaire (91% de grades 1 et 2). Aucun patient n'a eu de récidive locale ou de métastase lors du suivi. Le taux global de survie à 5 ans était de 92%. Aucun décès lié à la maladie n'a été rapporté. Conclusion:Le diagnostic histologique du cancer chromophobe est devenu facile et peut être évoqué dés l'examen macroscopique de la pièce opératoire. Cette tumeur semble être de bon pronostic parce qu'elle est le plus souvent limitée au rein et de bas grade nucléaire.