Cancer du pénis : étude de la ploïdie par cytométrie de flux chez 90 patients

08 octobre 2001

Mots clés : Pénis, Carcinome, tumeur épidermoïde, cytométrie de flux, tumeur verruqueuse
Auteurs : ORNELLAS AA, MENDES CAMPOS M, ORNELLAS MH, WISNESCKY A, KOIFMAN N, CABRAL HARAB R
Référence : Prog Urol, 2000, 10, 72-77
Buts : Faire une étude prospective de la ploïdie des tumeurs du pénis par cytométrie de flux et comparer les résultats de la cytométrie de flux au stade clinique et anatomopathologique des tumeurs afin de déterminer si la ploïdie est un facteur de risque indépendant de métastase ganglionnaire.Patients et Méthodes : Nous avons analysé le contenu en ADN des cancers du pénis à partir de biopsies obtenues chez 80 patients porteurs d'un carcinome épidermoïde de verge et chez 10 patients porteurs d'un carcinome verruqueux. Les prélèvement ont été étudié par cytométrie de flux (système FACS scan, logiciel CellFIT).Résultats : Tous les prélèvements effectués sur les carcinomes verruqueux étaient diploïdes. Le pourcentage d'aneuploïdie des tumeurs du pénis a été fonction du degré de différentiation tumorale : 5,5% (1/18) pour les tumeurs bien différenciées, 28,8% (17/59) pour les tumeurs moyennement différenciées, et 66,6% (2/3) pour les tumeurs indifférenciées.Conclusion : La ploïdie des tumeurs épidermoïdes du pénis est proportionnelle au degré de différentiation tumorale. L'aneuploïdie semble être un facteur de risque de dissémination métastatique.