Cancer de prostate chez les patients afro-caribéens : sont-ils plus agressifs au diagnostic

25 novembre 2019

Auteurs : M. Meunier, J. Tantot, T. Lebret, T. Ghoneim, F. Martin, T. Taouil, M. Vignac, H. Baumert, V. Vinh-Hung, V. Dusaulle-Duchatelle, W. Sutter, V. Molinié
Référence : Prog Urol, 2019, 13, 29, 763-764
Objectifs

Les patients originaires d’Afrique subsaharienne ont une incidence et une mortalité par cancer de prostate plus élevé que les hommes caucasiens. L’objectif de cette étude était d’évaluer les résultats anatomopathologiques d’une cohorte afro-antillaise diagnostiquée d’un cancer de prostate sur biopsies de prostate, et de les comparer à une cohorte de France métropolitaine à majorité caucasienne.

Méthodes

Une étude rétrospective comparative bicentrique a été réalisée entre un centre Martiniquais et un centre Parisien entre 2008 et 2016. Les données cliniques, biologiques et pathologiques étaient recueillies au diagnostic. Les biopsies étaient réalisées selon le schéma standard de 12 prélèvements systématisés. Le critère de jugement principal était la classification de la société internationale de pathologie urologique (ISUP) pour le score de Gleason. Le critère de jugement secondaire était le taux de détection du cancer de prostate par les biopsies. Toutes les biopsies ont été relues par le même anatomopathologiste. Une analyse multivariée a été réalisée par régression linéaire.

Résultats

Sur les 1880 patients ayant bénéficié de biopsies de prostate dans la cohorte afro-caribéenne, 945 ont eu un diagnostic de cancer de la prostate (50,3 %), et 500 patients sur 945 dans la cohorte métropolitaine (33,8 %). Les patients afro-antillais étaient plus âgés (moyenne : 68,5 ans vs 67,5 ans, p =0,028), avaient un stade clinique plus élevé (13,2 % vs 5,2 % cT3-4, p <0,001) et un taux de PSA plus élevé (9,23 vs 8,32ng/mL, p =0,019). Après analyse univariée, les patients afro-antillais présentaient un grade pathologique ISUP plus élevé que les patients métropolitains (p <0,001). Néanmoins, après ajustement sur l’âge, le PSA et le stade clinique, il n’y avait plus de différence significative entre les deux cohortes (p =0,903) (Tableau 1, Tableau 2 et Fig. 1).

Conclusion

Les patients afro-antillais ne présentaient pas de résultats anatomopathologiques plus défavorable au diagnostic que les patients métropolitains, après analyse multivariée. Les patients afro-antillais atteints de cancer de prostate pourraient s’attendre au même pronostic que les patients caucasiens, au même stade de la maladie, dans des centres présentant des conditions équivalentes d’accès aux soins.




 





Fig. 1
Fig. 1. 

Critère de jugement principal : classification ISUP. Critère de jugement secondaire : taux de détection de CaP par biopsies.





Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.




Tableau 1 - Caractéristiques cliniques, biologiques et anatomopathologiques des patients de la cohorte Afro-Antillaise et de la cohorte Métropolitaine.



Légende :
*Des tests de Wilcoxon et des t tests ont été utilisés pour les variables continues. Des tests du Chi2 et de Kruskal-Wallis ont été utilisés pour les données qualitatives. m : moyenne ; sd : écart-type ; n : nombre ; med : médiane ; IQR : intervalle interquartile (25p-75p).





Tableau 2 - Analyse de régression multiple linéaire de la classification ISUP.









© 2019 
Publié par Elsevier Masson SAS.