Cancer de la vessie et transplantation rénale

25 novembre 2019

Auteurs : H. El kaddouri, A. Doerfler, N. Broeders, J. Nortier, A. Lemoine, T. Quackels, T. Roumeguère
Référence : Prog Urol, 2019, 13, 29, 671
Objectifs

La transplantation rénale (TR) est le traitement de choix de l’insuffisance rénale terminale. L’immunosuppression a permis des progrès considérables dans la maîtrise du rejet aigu mais reste un facteur de risque prépondérant de cancer après TR. Le but de notre étude était d’étudier l’incidence et la prise en charge des cancers de vessie (CV) chez les transplantés rénaux dans notre institution.

Méthodes

Étude rétrospective descriptive monocentrique portant sur la population transplantée rénale entre janvier 1993 et décembre 2018. Les données démographiques des patients, la néphropathie initiale, les caractéristiques des CV et leurs traitements, les récidives ainsi que les suivis ont été relevés. En cas de décès la causalité avec le CV était rapporté.

Résultats

Vingt-sept patients sur 1586 transplantés (1,7 %) d’âge moyen 60,4 ans (σ =10,8) ont présenté un carcinome urothélial dont 17 femmes. Le délai moyen entre la TR et le diagnostic de CV était de 8,9 ans (σ =4,4). Une néphropathie aux acides aristolochiques (AA) était retrouvée chez 15 patientes. Dix-sept TVNIM (63 %), 10 TVIM (37 %) dont 4 (14,8 %) d’emblée métastatiques ont été enregistrées. Les traitements ont été conformes aux recommandations : chimiothérapie et/ou BCG local pour les TVNIM, cystectomie pour les TVIM et chimiothérapie systémique pour les CV métastatiques. Le pronostic était sombre en cas de TVIM et/ou métastatique avec 85 % de patients décédés. Huit patientes, toutes transplantées à cause des AA, ont présenté une ou plusieurs récidives et 1 patiente a du avoir une cystectomie.

Conclusion

L’incidence du cancer de vessie est élevée dans notre série de transplantés rénaux compte tenu de la prévalence élevée d’une néphropathie aux AA.

Leur prise en charge est similaire aux patients non transplantés. Une surveillance étroite adaptée est justifiée chez les transplantés pour néphropathie aux herbes chinoises compte tenu du risque élevé de récidive et de progression.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2019 
Publié par Elsevier Masson SAS.