Cancer de la prostate de stade pT3 après prostatectomie totale : étude rétrospective de 246 cas

25 octobre 2008

Auteurs : J.-B. Roche, B. Malavaud, M. Soulié, M. Cournot, X. Gamé, C. Mazerolles, J.-M. Bachaud, P. Plante, P. Rischmann
Référence : Prog Urol, 2008, 9, 18, 586-594
Objectif

Déterminer la survie et les critères pronostiques prédictifs des tumeurs pT3NxM0 (TMN 2002) après prostatectomie totale rétropubienne (PT).

Matériels et méthode

Entre 1988 et 2000, 606 PT consécutives ont été effectuées pour des tumeurs T1-3 clinique, dont 246 (40,6 %) ont été classées pT3, suivies dans 53 cas d’une radiothérapie adjuvante, et dans 71 cas d’une radiothérapie de rattrapage. Cinquante-cinq patients ont eu une hormonothérapie complémentaire. La récidive biologique a été définie par deux valeurs consécutives du PSA supérieur à 0,2ng/ml.

Résultats

L’âge médian était de 65 ans, le suivi moyen de 91,4 mois, le PSA préopératoire médian de 12,8ng/ml. La population était composée de 170 pT3a (69,1 %) et 76 pT3b (30,9 %). À dix ans, les survies sans récidive biologique, sans métastase, spécifique et globale étaient respectivement de 54, 86, 92 et 75 %. Les facteurs pronostiques statistiquement associés à la récidive biologique étaient l’envahissement ganglionnaire, le score de Gleason, le PSA préopératoire, l’atteinte des vésicules séminales, le statut des marges chirurgicales et l’absence de radiothérapie adjuvante.

Conclusion

Cette étude montre que les tumeurs pT3, traitées par des associations thérapeutiques comprenant une prostatectomie totale présentent une excellente survie spécifique à dix ans. La détermination des facteurs de mauvais pronostic devrait aider à la sélection des patients nécessitant un traitement complémentaire à la chirurgie.




 




Introduction


Le cancer de la prostate est le plus fréquent des cancers chez l'homme après 50 ans [1]. Le traitement curatif n'est possible qu'au stade localisé par une éradication complète (prostatectomie totale, radiothérapie, curiethérapie, HIFU, cryothérapie) de la maladie. La prostatectomie totale (PT) fait partie des traitements de référence du cancer de la prostate localisé de l'homme de moins de 70 ans, ayant une espérance de vie supérieure à dix ans [2].

Parmi les cancers cliniquement localisés, 40 à 50 % présentent sur la pièce anatomopathologique une extension extracapsulaire ou une atteinte des vésicules séminales (VS+) définissant le stade pT3 de la classification TNM 2002 [3].

Ce stade est difficile à étudier tant les populations qu'il regroupe sont hétérogènes et le délai d'observation nécessaire à une analyse des résultats carcinologiques est important.Les caractéristiques épidémiologiques de ce groupe, son pronostic, ses facteurs prédictifs de progression et les indications des traitements complémentaires de la chirurgie sont encore mal définis.

Les objectifs de cette étude étaient d'évaluer la survie des patients atteints de cancer de la prostate stade pT3, et de déterminer les facteurs pronostiques après chirurgie radicale.


Matériels et méthode


Parmi les PT rétropubiennes (n =606) avec curage ganglionnaire ilio-obturateur bilatéral consécutives effectuées entre 1988 et 2000 au CHU de Toulouse, nous avons inclus dans cette étude 246 (40,6 %) patients ayant une tumeur de stade pT3M0 d'après la classification TNM 2002.

Les patients étaient classés en groupes préopératoires à risque de progression définis selon D'Amico et al. [4] en faible risque (PSA≤10ng/ml et score de Gleason≤6 et stade clinique T1c ou T2a), risque intermédiaire (PSA entre 10 et 20ng/ml, ou score de Gleason=7, ou stade clinique T2b) et haut risque (PSA>20ng/ml, ou score de Gleason de 8 à 10, ou stade clinique T2c/T3).

La technique opératoire utilisée suivait les principes de la PT rétropubienne [5]. Les examens extemporanés systématiques des curages étaient négatifs avant la PT.

La technique de l'analyse de la pièce de PT appliquée dans notre étude était celle de Stanford avec inclusion de la pièce en totalité [6].

Les radiothérapies complémentaires étaient effectuées à l'aide d'une technique conformationelle. La radiothérapie adjuvante était administrée à trois mois de l'intervention en cas de PSA inférieur à 0,2ng/ml. La radiothérapie de rattrapage était définie par toute radiothérapie réalisée après récidive biologique. Elle était le plus souvent délivrée en cas de facteurs en faveur d'une récidive locale (pT3a, marge chirurgicale positive (R1), le temps de doublement du PSA (PSADT) est supérieur à dix mois, le score de Gleason inférieur à 7, un délai de récidive biologique supérieur à deux ans après la chirurgie) [7].

Une hormonothérapie était délivrée à la récidive biologique en cas de facteurs en faveur d'une progression métastatique (VS+, envahissement ganglionnaire (pN1), R0, score de Gleason supérieur à 7, délai de récidive biologique court ou PSADT inférieur ou égal à six mois) [7] ou de progression de la maladie après radiothérapie.

La récidive biologique après PT était définie par deux valeurs du PSA postopératoire supérieures à 0,2ng/ml [8]. En cas de radiothérapie adjuvante à la chirurgie, la récidive était définie par les critères de l'Astro [9].

La récidive locale était définie comme une induration palpable au toucher rectal ou un nodule à l'IRM, confirmés par une biopsie.

L'apparition de métastases était diagnostiquée par tomodensitométrie ou scintigraphie osseuse.

L'analyse des données avait comporté une analyse descriptive.

Le calcul des survies était obtenu par la méthode de Kaplan-Meier.

L'analyse univariée des facteurs associés à la récidive a utilisé le test t de Student pour la comparaison de deux groupes de valeurs continues et le test du khi-deux pour les valeurs discontinues. L'analyse multivariée des facteurs pronostiques a utilisé une régression logistique. Le modèle de Cox était utilisé pour établir les facteurs prédictifs de survie sans récidive biologique (survieSRB).

Les valeurs seuils du PSA préopératoire et du score de Gleason étaient choisies par des courbes Roc pour un indice de Youden maximal.

Les résultats étaient considérés statistiquement significatifs pour un p inférieur à 0,05.


Résultats


Caractéristiques des patients


Notre effectif regroupait des patients à l'âge médian lors de la chirurgie de 65 (±5,5) [extrêmes 46–77] ans avec des facteurs de gravité préopératoires (Tableau 1, Tableau 2).

Le PSA préopératoire médian était de 12,8(±19,3) ng/ml [extrêmes 1,5–180].

Les tumeurs pT3 étaient palpables en préopératoire dans 175 (71,5 %) cas, dont 30 (12,5 %) étaient classées T3 clinique (cT3).

Quarante-quatre (35,3 %) patients étaient à faible risque, 106 (43 %) étaient à risque intermédiaire, 87 (35,3 %) à haut risque de progression selon D'Amico et al. Neuf (3 %) patients ne pouvaient être classés.

Les stades pT3 étaient répartis en 170 (69,1 %) pT3a et 76 (30,9 %) pT3b.

Cent soixante (65 %) tumeurs présentaient des scores de Gleason moyennement ou peu différenciés (supérieurs ou égaux à 7).

Un envahissement ganglionnaire à l'examen anatomopathologique définitif (pN1) était présent chez 20 (8,2 %) patients.

Sur 152 (61,7 %) pièces opératoires, des marges chirurgicales positives (R1) étaient constatées, dont 62 (25,2 %) étaient considérées inframillimétriques.


Traitements complémentaires administrés


Cinquante-trois (21,5 %) patients recevaient une radiothérapie adjuvante à la dose moyenne de 61,2 (±4)Gy, dans 46 (86 %) cas en raison de marges positives supramillimétriques et dans 7 (14 %) cas pour des marges inframillimétriques, associées à une tumeur de score de Gleason de 7.

Des traitements de rattrapage après PT étaient délivrés chez 97 (39 %) patients. Ils étaient répartis en 71 (29 %) radiothérapies et 55 (22,3 %) hormonothérapies, dont dix délivrées lors de la récidive de patients pN1.

Trente-huit (15,8 %) patients étaient traités par une séquence radiothérapie et hormonothérapie successives.


Survie des patients


Le suivi moyen des patients était de 91,4 (±41,6) [extrêmes 4–203 mois] mois soit 7,6 ans.

Cent dix (46,1 %) patients avaient présenté une récidive biologique. La survieSRB des patients était de 54,1 % à dix ans (Figure 1).


Figure 1
Figure 1. 

Survie sans récidive biologique des patients de la série (Kaplan-Meier).




La survieSRB des pT3a et des pT3b était respectivement de 58,8 et de 36,3 % à dix ans.

La survieSRB à dix ans des patients traités par PT en monothérapie était de 50,2 %, celle des patients ayant reçu d'une radiothérapie adjuvante était de 77,8 %. Cette différence était statistiquement significative (p <0,001) (Figure 2).


Figure 2
Figure 2. 

Survie sans récidive biologique des patients traités par PT en monothérapie (rte adj 0) et de ceux ayant reçu une radiothérapie adjuvante (rte adj 1) (Kaplan-Meier).




Des métastases étaient diagnostiquées chez 26 (10,5 %) patients avec un délai d'apparition médian de 60 (±43,46) [extrêmes 6–165] mois. La survie sans métastase (SM) était de 86,4 % à dix ans (Figure 3).


Figure 3
Figure 3. 

Survie sans métastase des patients de la série (Kaplan-Meier).




Seize (6,5 %) patients décédaient du cancer de la prostate à l'âge médian de 73 (±7,13) [extrêmes 58–80] ans. La survie spécifique était de 91,9 % à dix ans (Figure 4).


Figure 4
Figure 4. 

Survie spécifique des patients de la série (Kaplan-Meier).




Quarante-neuf (20,5 %) patients décédaient à l'âge médian de 71,8 (±6,5) [extrêmes 58–82] ans. La survie globale était de 74,7 % à dix ans (Figure 5).


Figure 5
Figure 5. 

Survie globale des patients de la série (Kaplan-Meier).




La survie globale à dix ans des patients traités par PT et d'éventuels traitements de rattrapage était de 76,6 % et celle des patients ayant reçu une radiothérapie adjuvante de 71,9 %. Cette différence n'était pas statistiquement significative (p =0,19) (Figure 6).


Figure 6
Figure 6. 

Survie globale des patients traités par PT et d'éventuels traitements de rattrapage (rte adj 0) et de ceux ayant reçu une radiothérapie adjuvante (rte adj 1) (Kaplan-Meier).




Contrôle local


Vingt (8,3 %) patients avaient présenté une récidive locale dans délai moyen 58 (±13) [extrêmes 4–188] mois. Seuls deux patients avaient une récidive locale symptomatique par envahissement du trigone vésical.


Facteurs pronostiques après PT


Un modèle de Cox de la survieSRB des 193 (78,4 %) patients traités par PT en monothérapie a été développé afin de déterminer les facteurs pronostiques qui pourraient aider à la sélection des patients nécessitant un traitement complémentaire. En cas de stade pT3, les marges positives, l'atteinte des vésicules séminales, une valeur seuil de score de Gleason supérieure ou égale à 7 (4+3), une valeur seuil du PSA préopératoire supérieure à 25ng/ml et l'envahissement ganglionnaire étaient des facteurs prédictifs indépendants de la survieSRB (Tableau 3).


Radiothérapie adjuvante


L'association de la radiothérapie adjuvante et de la récidive biologique a été étudiée par des analyses univariée et multivariée, conduites sur l'effectif global des patients.

Après prise en compte du score de Gleason, du PSA préopératoire et de l'atteinte des vésicules séminales, l'absence de radiothérapie adjuvante était statistiquement liée à la récidive biologique.

En cas de radiothérapie adjuvante, les marges positives perdaient leur valeur pronostique de récidive biologique (Tableau 4).

Un modèle de Cox a été développé afin de déterminer les facteurs prédictifs de la survie globale des patients de l'étude. Après prise en compte du score de Gleason et du PSA préopératoire, la radiothérapie adjuvante n'influait pas sur la survie globale des patients de l'étude (Tableau 5).


Traitements de rattrapage


Soixante et onze (29 %) patients avaient reçu une radiothérapie de rattrapage lors d'une récidive biologique. Trente-quatre (47,8 %) patients n'avaient pas présenté de nouvelle récidive à 62 (±50,7) [extrêmes 3–188] mois.

Cinquante-cinq (22,3 %) patients avaient reçu une hormonothérapie de rattrapage. Parmi eux, 23 (41,8 %) avaient présenté un échappement hormonal avec un délai médian d'échappement de 28,9 (±13,3) [extrêmes 11–54] mois.

Parmi les 47 patients pT3a pN0 (22 % des patients traités par PT seule), caractérisés par un PSA préopératoire inférieur ou égal à 25 ng/ml, un score de Gleason inférieur ou égal à 7 (3+4), et des marges négatives, quatre récidives biologiques étaient contrôlées par trois radiothérapies de rattrapage à 81,3 (±48,8) mois et une hormonothérapie à 38 mois, avec une survie spécifique des patients de 100 % à 90 mois.


Discussion


Survie des patients


La PT est le standard thérapeutique des cancers de la prostate limités à la glande. Chez les patients atteints d'une tumeur de stade cT3, elle peut être proposée en raison de la découverte d'un stade pathologique T2 (pT2) sur la pièce de prostatectomie dans environ 30 % des cas [2].

Nous rapportons des taux de survie spécifique et globale de 91,9 et 74,7 % des patients atteints d'une tumeur de stade pT3 à dix ans. Ces résultats rejoignent ceux de la littérature. La série prospective randomisée de l'EORTC décrit des survies spécifique et globale de plus de 90 % à cinq ans des patients atteints d'une tumeur de stade pT3 [9]. Pour Roehl et al., elles sont respectivement de 97 et 91 % pour les pT3a et de 80 et 67 % pour les pT3b à sept ans [10]. Ainsi, la PT seule ou en association assure des résultats acceptables sur les survies globale et spécifique des patients ayant une tumeur de stade pT3.

Une large majorité de nos patients (78,3 %) présentaient des tumeurs à haut risque ou à risque intermédiaire de progression selon D'Amico [4]. Cependant, 129 (54 %) d'entre eux ne présentaient pas de récidive biologique avec un recul médian de 91,4 (±41,6) mois.

Les taux de survieSRB des patients de notre étude doivent être discutés en fonction des modalités thérapeutiques administrées.

En accord avec la littérature [11], nous rapportons une différence statistiquement significative entre la survieSRB à dix ans des patients traités par PT seule et celle des patients traités par PT et radiothérapie adjuvante (50,2 % versus 77,8 %, p <0,001).

Cependant, il n'a pas été mis en évidence une différence significative de la survie globale entre les patients traités par PT et d'éventuels traitements de rattrapage et ceux ayant reçu une radiothérapie adjuvante (76,6 % versus 71,9 %, p =0,2). Cette constatation peut être discutée en raison du manque de recul et des différences de caractéristiques des groupes de patients de notre étude rétrospective. À ce jour, la radiothérapie adjuvante n'a pas fait la preuve de l'amélioration de la survie globale des patients atteints d'une tumeur de stade pT3 dans des séries prospectives randomisées. [9, 11].


Contrôle local


Nous rapportons, pour des patients pris en charge par PT avec ou sans traitements associés, un taux de contrôle local de plus de 90 % à dix ans. Seuls deux patients avaient présenté une invasion trigonale.

Le contrôle local, à cinq ans après PT en monothérapie des patients atteints d'une tumeur de stade cT3 ou pT3, est aux alentours de 70 % dans la littérature [12, 13]. Bolla et al. rapportent une amélioration du contrôle local des patients traités avec une radiothérapie adjuvante [9]. Ward et al. soulignent qu'aucun patient n'a présenté de récidive locale symptomatique parmi 842 patients atteints d'une tumeur de stade cT3 ayant reçu des traitements combinés comprenant une PT [14].

La PT, seule, ou en association avec une radiothérapie complémentaire pourrait apporter un bénéfice sur le contrôle local et la survenue d'évènements symptomatiques liés à la progression locorégionale de la maladie des patients atteints d'une tumeur de stade pT3.


Facteurs pronostiques


Comme d'autres auteurs, nous remarquons que les données du toucher rectal ne semblent prédire que faiblement la récidive biologique. [13, 14].

L'envahissement ganglionnaire était le facteur le plus péjoratif (hazard ratio [HR]=4,7) des patients traités par PT seule.

La découverte d'une atteinte ganglionnaire correspond à un facteur pronostic primordial et à une maladie potentiellement généralisée [15].

Oefelein et al. rapportent une survie spécifique de 55 % à dix ans des pN1 [16]. Quelques études ont des résultats plus encourageants, la PT associée au curage ganglionnaire pourrait ainsi apporter un bénéfice en termes de contrôle local et de survie [15], notamment lorsqu'elle est associée à une hormonothérapie adjuvante [17].

En accord avec la littérature [10, 18, 19], nous rapportons des liens statistiques étroits entre PSA préopératoire et les survies SRB et globale. Le seuil calculé du PSA influençant le plus la survieSRB dans notre étude était de 25ng/ml. Cette valeur est proche des données publiées ; le comité de cancérologie de l'AFU souligne le caractère péjoratif d'un PSA supérieur à 20ng/ml [2].

Dans notre étude, 75 % des patients pN1 avaient une atteinte des vésicules séminales. La survieSRB des patients pT3b était de 36,3 % à dix ans.

Les patients de stade pT3b présentent un taux important (supérieur à 80 %) de micrométastases [19].

Une atteinte vésiculaire anatomopathologique doit faire envisager des traitements associés à la PT [2].

Le score de Gleason influait sur la survieSRB et globale des patients de notre étude.

Par sa constance dans la littérature, il confirme son caractère pronostique prépondérant [2].

Nous retrouvons chez les patients ayant une tumeur de stade pT3, l'hétérogénéité du score de Gleason 7 précédemment décrite [20].

Nous rapportons que le statut des marges chirurgicales apparaissait comme une variable indépendante prédictive de la survieSRB des patients traités par PT en monothérapie.

Notre taux important de marges positives peut s'expliquer par l'inclusion systématique des pièces de PT en totalité et le classement systématique en marge positive des marges inframillimétriques.

La littérature est quasiment unanime sur l'importance pronostique du statut des marges sur la récidive biologique des patients atteints de tumeur de stade pT3a. Elle est plus controversée en cas d'atteinte des vésicules séminales, mais il est probable que ce statut influe sur la survieSRB d'une partie de ces patients [21].


Place de la radiothérapie adjuvante


Nous montrons l'impact bénéfique sur la récidive biologique de la radiothérapie adjuvante à la chirurgie des tumeurs pT3. Son introduction en analyse multivariée faisait disparaître le pronostic péjoratif des marges.

Notre étude rétrospective correspond aux données de l'étude de l'EORTC 22911 [9] où l'irradiation adjuvante améliore, à cinq ans, la survieSRB des patients atteints d'une tumeur de stade pT3 en marges positives.

Cependant, en l'absence d'amélioration de la survie globale des patients pT3 [9, 11], proposer de manière systématique une irradiation adjuvante pourrait induire un risque de « surtraitement » et altérer la qualité de vie [22].


Place des traitements de rattrapage


Nous rapportons que sur les 71 (29 %) patients qui avaient reçu une radiothérapie de rattrapage, 34 (47,8 %) patients n'avaient pas présenté de nouvelle récidive à 62 (±50,7) mois. Stephenson et al. montrent 45 % d'absence de récidive biologique à cinq ans d'une radiothérapie différée [23].

Moul et al. rapportent un gain de survie sans métastase, par l'hormonothérapie, des patients en récidive biologique à haut risque de progression après PT (Gleason supérieur à 7 et temps de doublement du PSA inférieur à 12 mois) [24].

De plus, en accord avec la littérature [18], nous montrons qu'un groupe de bon pronostic, défini à partir des facteurs influents sur la survieSRB des patients atteints d'une tumeur de stade pT3, ne présente qu'un faible risque de récidive à long terme.

Ces observations soulignent l'intérêt des traitements complémentaires différés après une première récidive biologique sur le contrôle du PSA.

Les interrogations suggérées par notre étude sur la place des traitements complémentaires, adjuvants et différés, pourraient être argumentées par les résultats d'essais prospectifs randomisés.


Conclusion


En soulignant l'agressivité du stade pT3, cette étude rétrospective montre que la PT, en association éventuelle avec la radiothérapie et/ou l'hormonothérapie, assure à dix ans :

un contrôle local clinique dans plus de 90 % des cas ;
une survie spécifique de plus de 90 % ;
une survie globale de plus de 74 %.

Les facteurs de mauvais pronostic de ces patients étaient l'envahissement ganglionnaire, la valeur du score de Gleason supérieur à 7 (3+4), un PSA préopératoire supérieur à 25ng/ml, l'existence de marge chirurgicale positive, l'atteinte des vésicules séminales et l'absence de radiothérapie adjuvante.

La radiothérapie adjuvante apporte un bénéfice sur la survie sans récidive biologique, notamment en cas de marges positives, mais pas sur la survie globale.

La sélection d'une sous-population « absence de critère de mauvais pronostic » permettrait de réaliser une surveillance active après PT et d'éviter les effets secondaires d'une radiothérapie immédiate, en attendant les résultats d'essais prospectifs randomisés.

Il reste à préciser les caractéristiques préopératoires de ces patients afin de mieux prédire ce stade qui est actuellement le plus souvent découvert à l'analyse de la pièce opératoire. Cela permettrait d'adapter l'agressivité des techniques afin de diminuer le risque d'exérèse incomplète de ces tumeurs.



 Niveau de preuve : 5.





Tableau 1 - Caractéristiques préopératoires des patients de la série.
Variables préopératoires  n (%) (±écart-type) [extrêmes] 
Âge médian  65 (±5,5) [46–77] ans 
 
PSA préopératoire   
Médian  12,8 (±19,3) [1,5–180] ng/ml 
0–4ng/ml  6 (2,4) 
4–10ng/ml  89 (36) 
10,1–20ng/ml  82 (33) 
>20ng/ml  57 (23) 
Non renseigné  12 (5) 
 
Stade clinique   
T1b  5 (2) 
T1c  53 (21,5) 
T2  145 (59) 
T3  30 (12,5) 
Non renseigné  13 (5) 
 
% biopsies positives   
Médiane  37,5 % 
<33 %  102 (42) 
33–66 %  57 (23) 
>66 %  54 (22) 
Non renseigné  32 (13) 
 
Score de Gleason biopsique   
Score 3–6  133 (54) 
Score 7  56 (23) 
Score 8–10  19 (8) 
Non renseigné  38 (15) 





Tableau 2 - Caractéristiques postopératoires des patients de la série.
Variables postopératoires  n (%)(±écart-type) [extrêmes] 
Stade pathologique (pT)   
pT3a  170 (69,1) 
pT3b  76 (30,9) 
 
Score de Gleason de la pièce   
Score 3–6  83 (33,7) 
Score 7  113 (46) 
Score 8–10  47 (19) 
Non renseigné  3 (1) 
 
Statut ganglionnaire (pN)   
pN0  226 (91,8) 
pN1  20 (8,2) 
 
Statut des marges chirurgicales (R)   
R0  94 (38,3) 
R1  152 (61,7) 
 
Radiothérapie adjuvante (RTE adj)  53 (21,5) 
Dose  61,2 (±4)Gy 
 
Radiothérapie de rattrapage (RTE rat)  71 
Dose  62,5 (±4)Gy 
Médiane PSA préradiothérapie  1,75 (±2,7)[0,2–17] ng/ml 
Récidive biologique post RTE rat  37 (57,2) 
Médiane de récidive  23 (±29,2) [4–54] mois 
 
Hormonothérapie de rattrapage   
Hormonothérapie post PT  17 (31 %) 
Hormonothérapie post PT+RTE  38 (69) 
Patients en échappement hormonal  23 (41,8) 
Délai d'échappement médian  28,9 (±13,3) [11–54] mois 





Tableau 3 - Modèle de Cox des facteurs pronostiques de la survie sans récidive biologique des patients traités par prostatectomie totale en l'absence de traitement adjuvant.
  HR  p  
pN1  4,7  <0,001 
Score de Gleason7 (4+3)  2,14  <0,001 
PSA préopératoire>25ng/ml  <0,009 
R1  1,7  <0,03 
VS+  1,5  <0,05 



Légende :
HR : hazard ratio ; pN1 : envahissement ganglionnaire ; R1 : marge chirurgicale positive ; VS+ : atteinte des vésicules séminales.



Tableau 4 - Analyse uni- et multivariée des facteurs associés à la récidive biologique de l'ensemble des patients de la série.
Analyse  Univariée 
Multivariée 
  HR  p   HR  p  
Stade clinique  0,99  0,9 (ns)  –  ns 
% de biopsies positives  1,009  <0,013  –  ns 
PSA préopératoire  1,019  <0,0001  1,02  <0,0001 
VS+  <0,0001  2,15  <0,0001 
pN1  5,96  <0,0001  –  ns 
Score de Gleason  1,28  <0,01  1,24  <0,03 
Absence RTE adjuvante  <0,0001  <0,0001 
R1  1,39  0,21(ns)  –  ns 



Légende :
HR :hazard ratio ; pN1 : envahissement ganglionnaire ; R1 : marge chirurgicale positive ; VS+ : atteinte des vésicules séminales ; ns : non significatif.



Tableau 5 - Modèle de Cox des facteurs prédictifs de la survie globale de l'ensemble des patients de la série.
  HR  p  
Score de Gleason  1,51  0,002 
PSA préopératoire  1,01  0,038 



Légende :
HR : hazard ratio .


Références



Greenlee R.T., Hill-Harmon M.B., Murray T., Thun M. Cancer statistics, 2001 CA Cancer J Clin 2001 ;  51 : 15-36 [cross-ref]
Soulie M., Barre C., Beuzeboc P., Chautard D., Cornud F., Eschwege P., et al. Cancer de la prostate Prog Urol 2004 ;  14 : 913, 915–955.
Boccon-Gibod L., Bertaccini A., Bono A.V., Dev Sarmah B., Holtl W., Mottet N., et al. Management of locally advanced prostate cancer: a European consensus Int J Clin Pract 2003 ;  57 : 187-194
D'Amico A.V., Whittington R., Malkowicz S.B., Schultz D., Blank K., Broderick G.A., et al. Biochemical outcome after radical prostatectomy, external beam radiation therapy, or interstitial radiation therapy for clinically localized prostate cancer JAMA 1998 ;  280 : 969-974
Walsh P.C., Lepor H., Eggleston J.C. Radical prostatectomy with preservation of sexual function: anatomical and pathological considerations Prostate 1983 ;  4 : 473-485 [cross-ref]
McNeal J.E., Redwine E.A., Freiha F.S., Stamey T.A. Zonal distribution of prostatic adenocarcinoma. Correlation with histologic pattern and direction of spread Am J Surg Pathol 1988 ;  12 : 897-906 [cross-ref]
Pound C.R., Partin A.W., Eisenberger M.A., Chan D.W., Pearson J.D., Walsh P.C. Natural history of progression after PSA elevation following radical prostatectomy JAMA 1999 ;  281 : 1591-1597 [cross-ref]
Hull G.W., Rabbani F., Abbas F., Wheeler T.M., Kattan M.W., Scardino P.T. Cancer control with radical prostatectomy alone in 1,000 consecutive patients J Urol 2002 ;  167 : 528-534 [cross-ref]
Bolla M., van Poppel H., Collette L., van Cangh P., Vekemans K., Da Pozzo L., et al. Postoperative radiotherapy after radical prostatectomy: a randomised controlled trial (EORTC trial 22911) Lancet 2005 ;  366 : 572-578 [cross-ref]
Roehl K.A., Han M., Ramos C.G., Antenor J.A., Catalona W.J. Cancer progression and survival rates following anatomical radical retropubic prostatectomy in 3,478 consecutive patients: long-term results J Urol 2004 ;  172 : 910-914 [cross-ref]
Thompson I.M., Tangen C.M., Paradelo J., Lucia M.S., Miller G., Troyer D., et al. Adjuvant radiotherapy for pathologically advanced prostate cancer: a randomized clinical trial JAMA 2006 ;  296 : 2329-2335 [cross-ref]
Van Poppel H., Joniau S. An analysis of radical prostatectomy in advanced stage and high-grade prostate cancer Eur Urol 2008 ;  53 : 253-259 [cross-ref]
Peneau M., Piechaud T., Cariou G., Ragni E., Fontaine E., Fournier G. Cancer de la prostate T3 clinique : histoire naturelle, choix thérapeutiques et leurs résultats Prog Urol 1998 ;  8 : 977-993
Ward J.F., Slezak J.M., Blute M.L., Bergstralh E.J., Zincke H. Radical prostatectomy for clinically advanced (cT3) prostate cancer since the advent of prostate-specific antigen testing: 15-year outcome BJU Int 2005 ;  95 : 751-756 [cross-ref]
Davin J.L., Culine S., Soulie M., Ravery V., Zerbib M. Cancer de la prostate et atteinte ganglionnaire pelvienne : une maladie univoque? Prog Urol 2006 ;  16 : 239-256
Oefelein M.G., Smith N.D., Grayhack J.T., Schaeffer A.J., McVary K.T. Long-term results of radical retropubic prostatectomy in men with high grade carcinoma of the prostate J Urol 1997 ;  158 : 1460-1465 [cross-ref]
Messing E.M., Manola J., Yao J., Kiernan M., Crawford D., Wilding G., et al. Immediate versus deferred androgen deprivation treatment in patients with node-positive prostate cancer after radical prostatectomy and pelvic lymphadenectomy Lancet Oncol 2006 ;  7 : 472-479 [cross-ref]
Lowe B.A., Lieberman S.F. Disease recurrence and progression in untreated pathologic stage T3 prostate cancer: selecting the patient for adjuvant therapy J Urol 1997 ;  158 : 1452-1456 [cross-ref]
D'Amico A.V., Whittington R., Malkowicz S.B., Schultz D., Schnall M., Tomaszewski J.E., et al. A multivariate analysis of clinical and pathological factors that predict for prostate specific antigen failure after radical prostatectomy for prostate cancer J Urol 1995 ;  154 : 131-138
Chan T.Y., Partin A.W., Walsh P.C., Epstein J.I. Prognostic significance of Gleason score 3+4 versus Gleason score 4+3 tumor at radical prostatectomy Urology 2000 ;  56 : 823-827 [cross-ref]
Bastide C., Soulie M., Davin J.L., Rossi D. Marges après prostatectomie totale : aspects techniques et valeur pronostique Prog Urol 2007 ;  17 : 182-188
Hu J.C., Elkin E.P., Krupski T.L., Gore J., Litwin M.S. The effect of postprostatectomy external beam radiotherapy on quality of life: results from the Cancer of the Prostate Strategic Urologic Research Endeavor Cancer 2006 ;  107 : 281-288 [cross-ref]
Stephenson A.J., Shariat S.F., Zelefsky M.J., Kattan M.W., Butler E.B., Teh B.S., et al. Salvage radiotherapy for recurrent prostate cancer after radical prostatectomy JAMA 2004 ;  291 : 1325-1332 [cross-ref]
Moul J.W., Wu H., Sun L., McLeod D.G., Amling C., Donahue T., et al. Early versus delayed hormonal therapy for prostate specific antigen only recurrence of prostate cancer after radical prostatectomy J Urol 2004 ;  171 : 1141-1147 [cross-ref]






© 2008 
Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.