Cancer de la prostate de la zone transition : détection par micro-échographie de seconde intention après IRM biparamétrique

05 novembre 2020

Auteurs : A. Lefevre, P. Camparo, O. Dumonceau, M. Galiano, T. Flam, F. Cornud
Référence : Prog Urol, 2020, 13, 30, 741
Objectifs

L’IRM de la prostate localise avec précision le cancer de la zone transition (ZT) diagnostiqué ensuite par des biopsies ciblées avec fusion d’images ou des biopsies guidées par IRM, avec les limites d’utilisation propres à chaque technique. La résolution spatiale élevée de la micro-échographie, qui utilise une sonde de très haute fréquence (29MHz) pourrait pallier les inconvénients des deux techniques pour guider les prélèvements.

Méthodes

Une IRM biparamétrique a été réalisée avant biopsie chez 61 patients consécutifs présentant une lésion de score PI-RADS>2 dans la ZT. L’examen, réalisé à 1,5T avec une antenne pelvienne de 60 éléments (Aera 64, Siemens Healthineers), comportait une séquence T2-3D et une séquence de diffusion avec trois valeurs de b acquises (b50, 500, 1000 s/mm2) et trois calculées (b2000, 4000, 6000 s/mm2). Une fusion d’images était disponible, mais non activée d’emblée, pour évaluer la fiabilité de la micro-échographie sans fusion dans la détection des cancers significatifs (sCaP) de la ZT visibles à l’IRM (présence de grade de Gleason 4 et/ou longueur maximale de cancer [LMCa]>3mm sur une carotte).

Résultats

L’âge moyen, le taux moyen de PSA et le volume prostatique étaient respectivement de 65±9,8 [SD]ans (extrêmes : 50–80), de 10,6±[SD]8,5ng/mL (extrêmes : 2–55) et de 57±30[SD]mL (extrêmes : 25–160). L’IRM montrait 64 lésions focales PI-RADS 3, 4, 5 dans respectivement 21 (21/64,33 %), 27 (27/64,42 %) et 16 (16/64,25 %) d’entre elles. La micro-échographie a visualisé 52 lésions (52/64, 81 %), sans fusion d’images pour 42 (42/52,81 %), après activation de la fusion d’images pour 10 d’entre elles (10/52,19 %) et manquait 12 lésions (12/64, 19 %). Le taux de détection global des sCaP était de 48,3 % (31/64) et de 0,9 % (2/21), 59 % (16/27), 81 % (13/16), en cas de PI-RADS respectivement 3, 4, 5. Sur les 43 lésions PI-RADS 4 et 5, la lésion était visualisée 30 fois (30/43,70 %) par micro-échographie sans fusion, 7 fois (7/43,16 %) après fusion et restait 6 fois non détectable (6/43,14 %).

Conclusion

La micro-échographie peut visualiser la majorité des lésions PI-RADS>2 de la ZT. Les lésions PI-RADS 3 sont en grande majorité des lésions bénignes. La micro-échographie pourrait être réservée aux lésions PI-RADS 4 et 5, mais la fusion d’images reste nécessaire pour réaliser la biopsie des lésions non visualisées.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2020 
Publié par Elsevier Masson SAS.