Biopsies prostatiques : modalités techniques et conditions de l'examen

24 octobre 2001

Mots clés : Cancer de la prostate, Biopsie, ultrasons, Diagnostic
Auteurs : RAVERY V, FONTAINE E, VILLERS A
Référence : Prog Urol, 2000, 10, 1271-1276
L'examen anatomo-pathologique de biopsies prostatiques est nécessaire pour le diagnostic du cancer de prostate. Les modalités techniques et les conditions de l'examen de biopsies prostatiques ont été évaluées par analyse de la littérature et les conclusions sont présentées sous forme de standards, d'options et de recommandations. Standards:Le protocole de 6 biopsies en sextant modifié ou non, appliqué en première intention à tous les cas en cas de stade T1c ou T2 est un standard et reste une méthode reproductible, efficace pour le diagnostic et la stadification et bien tolérée.
Une préparation rectale par lavement et une antibioprophylaxie avant l'examen diminuent le risque de complications infectieuses.
Dans sa modalité habituelle utilisée pour la majorité des patients, les biopsies sont réalisées en consultation ou en ambulatoire, avec ou sans anesthésie locale, de façon échoguidée et par voie transrectale, avec une aiguille de 18 Gauge (code couleur rose), montée sur un pistolet de tir à déclenchement automatique, et prélevant surtout la zone postérieure et latérale. Une information écrite expliquant les risques et la prise en charge des complications éventuelles au décours de cet examen est donnée au patient. Options :Une anesthésie loco-régionale ou générale peut être nécessaire dans un nombre de cas minoritaires, soit en cas de protocole de biopsies systématisées extensif (plus de 10 biopsies), soit en cas de répétition de l'examen, soit du fait de préférences liées au patient.
Les protocoles modifiés extensifs (en sextant plus zones postéro-latérales ou en sextant plus zones antérieures) appliqués à tous les cas en première intention est une option d'autant plus utile que : 1) une première série de biopsies était négative 2) le PSA est à 10 ng/ml et le toucher rectal est normal (sextant plus zones postéro-latérales) 3) la glande prostatique a un volume de plus de 50 cm3 (sextant plus zones antérieures).
La voie périnéale, moins performante pour la détection et la stadification, est utilisée en cas de contre indications de la voie trans-rectale. Lorsqu'un traitement à visée curative n'est pas envisagé (espérance de vie inférieure à 10 ans, choix du patient, stade T3/T4) le nombre de biopsies peut être réduit. La résection prostatique trans-urétrale n'est pas préconisée en première intention pour le diagnostic de cancer. Recommandations :Une information écrite remise au patient au décours de la consultation préalable à la biopsie dans le but d'expliquer l'objectif et les modalités pratiques et les risques des biopsies permet d'améliorer la coopération du patient lors de l'examen et augmente sa tolérance.