Bilatéralité des carcinomes à cellules rénales tubulo-papillaires : y-a-t-il un intérêt à la néphrectomie controlatérale préventive dans une population d’insuffisants rénaux chroniques et transplantés ?

25 novembre 2013

Auteurs : Y. Butet
Référence : Prog Urol, 2013, 13, 23, 1053-1054




 



Objectifs .- L'IRC et la transplantation constituent deux facteurs de risque de développement du CCR. L'incidence est 10 à 100 fois plus élevée que dans la population générale. Le carcinome à cellules rénales tubulo-papillaire (CCRP) est le type histologique le plus représenté. De par ses caractéristiques tumorales comme la multifocalité et la bilatéralité, et les facteurs prédisposant à l'apparition du CCR, il peut paraître licite de proposer un traitement préventif par néphrectomie controlatérale.


Méthodes .- Une étude rétrospective et multicentrique des reins controlatéraux de 62 patients en IRCT et/ou transplantés déjà opérés pour CCRP est menée entre 1995 et 2010 à partir d'une base issue de 24 centres français référent. Modalités de surveillance, existence d'un CCR, type de traitement réalisé, type histologique, taille, stade TNM et grade de Fuhrman du CCR étaient analysés.


Résultats .- Trente-six patients étaient opérés de leurs reins controlatéraux (58,1 %) et 20 tumeurs malignes étaient constatées (32,3 %) dont 17 CCRP (85 %). Le taux de bilatéralité tumorale était de 32,3 %. Le taux de bilatéralité du CCRP était de 27,4 %. Seize reins de patients (25,8 %) étaient indemnes de tumeurs. Le taux de bilatéralité synchrone du CCRP était de 11,3 %. Le taux de bilatéralité asynchrone du CCRP était de 16,9 %. Les tumeurs étaient de bas stade tumoral et de faible grade de Fuhrman. La survie spécifique à 5ans était de 98,4 %. Il n'y avait pas plus de carcinome tubulo-papillaire dans le sous-groupe des patients transplantés que dans celui des dialysés (p =0,9). Les facteurs de risque tels que l'âge, mulifocalité, dysplasie multikystique, stade, grade du 1er CCRP et exposition à l'immunosuppression n'étaient pas prédictifs de survenue d'un 2nd CCR et d'un 2nd CCRP. Seule la multifocalité du 1re CCRP incitait à la réalisation d'une 2nde néphrectomie (p =0,03).


Conclusion .- Les caractéristiques clinico-pathologiques favorables, l'efficacité de la surveillance morphologique, la survie à 5ans de 98 % et l'absence d'identification de facteurs prédictifs de bilatéralité ne sont pas en faveur d'une néphrectomie préventive controlatérale.



Figure 1 Organigramme des résultats du devenir des reins controlatéraux.



Figure 2 Organigramme du devenir des reins controlatéraux selon l'immunosuppression ou l'état de dialyse des patients.



Figure 3 Résultats de l'analyse multivariée, selon le modèle de régression logistique binaire, des facteurs prédictifs de survenue d'un 2nd CCRP.



Figure 4 Résultats de l'analyse multivariée, selon le modèle de régression logistique binaire, des facteurs ayant pu inciter à réaliser une 2nde néphrectomie.






© 2013 
Publié par Elsevier Masson SAS.