Bilan de 20 ans de réflexion sur l'énurésie de l'enfant

16 juillet 2001

Mots clés : Énurésie, incontinence urinaire, Enfant, symptôme mictionnel
Auteurs : Averous M, Lopez C
Référence : Prog Urol, 1997, 7, 476-483
L'approche clinique et urodynamique des enfants énurétiques sur une période de plus de 20 ans nous a conduits à une conception physiopathologique multifactorielle de ce trouble. Ces facteurs sont multiples. Les principaux sont psychologiques, familiaux génétiques, vésicaux par le biais de l'état d'immaturité vésicale, hormonaux par défaut de sécrétion nocturne d'ADH, hygiénodiététiques... Dans la plupart des cas, le facteur sommeil nous est apparu prépondérant. Si l'énurésie nocturne est apparemment isolée dans de nombreux cas, elle est apparue souvent associée à un état d'immaturité vésicale parfois latent le jour mais patent la nuit avec des poussées d'hyperactivité vésicale survenant au cours de certaines phases du sommeil. En pratique, la reconnaissance chez un enfant de quelques-uns de ces facteurs dont certains relèvent de traitements spécifiques, implique une prise en charge associant plusieurs de ces modalités thérapeutiques.