Bi-transplantation rénale par abord ipsilatéral : expérience d'un centre à propos de 15 patients opérés consécutivement et revue de la littérature

25 novembre 2012

Auteurs : S. Ahl-Manary, J. Jourdan, X. Carpentier, P. Arnaud, N. Mentine, M. Durand, H. Quintens, S. Boukaidi, A. Marsaud, D. Chevallier, J. Amiel
Référence : Prog Urol, 2012, 13, 22, 775




 

Objectifs.– Les critères d’acceptation des greffons ont été considérablement élargis. Il est apparu le concept de greffon « limite » pour receveurs « limites ». Ce concept a conduit à proposer une bi-transplantation rénale en un temps. La technique initiale proposait de greffer chaque rein, par deux abords séparés. Récemment a été proposée dans la littérature la bigreffe par un seul abord ipsilatérale. Nous présentons notre expérience initiale en bi-transplantation rénale ipsilatérale.


Méthodes.– Voies d’abord incision paramédiane pararectale ou incision de Gibson. Anastomoses vasculaires sur les vaisseaux iliaques externes, le 2e greffon (G2) étant placé en distal par rapport au 1er (G1) pour un clampage différencié G1–G2. Réimplantations urétéro-vésicales des deux uretères séparément ou en canon de fusil. Les paramètres postopératoires sont analysées ainsi que les complications. Une comparaison de nos résultats à ceux de la littérature est faite.


Résultat.– Quinze bigreffes ipsilatérales ont été réalisées consécutivement entre août 2010 et mars 2012. Temps moyen d’ischémie froide : 17,5±3,3heures (G1), et 18,4±3,3heures(G2). Durée opératoire moyenne : 234±67minutes. Pour 14 patients, à j90 : clairance moyenne de 48ml/min et créatinine sérique moyenne 132 umol/ml. Durée moyenne de séjour postopératoire : 20,9±7,8jours. Les patients ont reçu en moyenne deux unités de sang en peropératoire [0–4]. Au titre des complications locales postopératoires on dénombre deux nécroses de la voie excrétrice (G2), 1 thrombose veineuse (G2), ayant nécessité une unitransplanctectomie (G2) dans deux cas. Un décès sur embolie pulmonaire est rapporté (j40) dans les suites d’une reprise chirurgicale pour hématome postopératoire (j5).


Conclusion.– Nos résultats sont conformes à ceux d’autres séries et confortent la validité de la bi-transplantation rénale. L’approche ipsilatérale raccourci la procédure, garanti une reprise rapide de la fonction rénale, sans augmentation de la morbidité.




Haut de page



© 2012 
Publié par Elsevier Masson SAS.