Bi-néphrectomie laparoscopique assistée manuellement pour hypertension artérielle réfractaire chez le transplanté rénal

01 décembre 2001

Mots clés : Néphrectomie, laparoscopie, hypertension, Transplantation rénale
Auteurs : PEYROMAURE M, CAPPELE O, DESGRANDCHAMPS F, BEDROSSIAN J, THERVET E, LEGENDRE C, TEILLAC P, LE DUC A
Référence : Prog Urol, 2001, 11, 433-437
Objectif:Nous rapportons notre expérience initiale d'une technique de néphrectomie bilatérale laparoscopique assistée manuellement pour hypertension artérielle réfractaire chez le transplanté rénal. Matériel et méthodes:Entre avril et mai 1999, 2 bi-néphrectomies laparoscopiques ont été réalisées en utilisant l'assistance manuelle par le «Hand-Port®». Un patient était opéré 4 mois avant transplantation rénale; le second était opéré 13 mois après transplantation rénale. Les deux patients avaient une hypertension artérielle sévère résistante à plusieurs médicaments anti-hypertenseurs. Une incision médiane sus-ombilicale de 8 cm et 3 trocarts sont nécessaires. Une main est introduite dans la cavité abdominale par le «Hand-Port®» en début d'intervention. La main intra-abdominale aide tous les temps de dissection du rein et le contrôle des vaisseaux. Les vaisseaux du rein et l'uretère sont clippés. Les reins sont retirés par la main intra-abdominale au travers de l'incision sus-ombilicale. Résultats:Les temps d'intervention étaient successivement de 200 min. et 130 min. Les pertes sanguines étaient de 220 ml. Aucune conversion n'était réalisée. Le temps d'antalgiques majeurs post-opératoires était de 3 jours. Les durées d'hospitalisation étaient de 6 et 7 jours. Il n'y a eu aucune complication. La tension artérielle a été normalisée par la néphrectomie bilatérale dans les 2 cas, avec réduction significative des anti-hypertenseurs. Un an après l'intervention, les 2 patients étaient satisfaits du résultat esthétique. Conclusions:La bi-néphrectomie laparoscopique assistée manuellement par le Hand-Port® est une alternative à la bi-néphrectomie à ciel ouvert. De plus larges séries sont nécessaires pour évaluer la morbidité de cette technique.