Azoospermie et antécédent de cure de hernie inguinale chez l’adulte

25 octobre 2015

Auteurs : M. Khodari, A. Ouzzane, F. Marcelli, R. Yakoubi, V. Mitchell, P. Zerbib, J.-M. Rigot
Référence : Prog Urol, 2015, 12, 25, 692-697
Contexte

La cure de hernie inguinale fait partie des interventions chirurgicales les plus fréquemment pratiquées dans le monde. Il est reconnu que toute intervention chirurgicale dans la région du pelvis ou des bourses représente un facteur de risque potentiel d’infertilité masculine.

Méthode

Étude rétrospective reprenant les patients azoospermes ayant eu une cure de hernie inguinale uni- ou bilatérale postpubertaire et ayant consulté dans notre centre entre janvier 1990 et janvier 2011 pour bilan d’infertilité.

Résultats

Parmi les 69 patients azoospermes ayant un antécédent de cure de chirurgie inguinale pour hernie postpubertaire, 60 patients ont eu une extraction chirurgicale de spermatozoïdes et qui s’est révélée positive dans 75 % (n =45). Ce taux d’extraction positive chutait dans le sous-groupe de patients ayant des facteurs de risque d’infertilité (61,4 %) ainsi que dans celui ayant eu une cure de hernie inguinale bilatérale (67,9 %). Il n’y avait pas de différence statistiquement significative du taux d’extraction positive de spermatozoïdes selon la technique chirurgicale utilisée ni selon la mise en place ou non de matériel prothétique (p >0,05).

Conclusion

L’obstruction des canaux déférents due à une cure de hernie inguinale représentait une cause iatrogène possible d’infertilité masculine qui était rare et sous-estimée. L’influence de l’utilisation d’une prothèse de polypropylène n’a pas été clairement démontrée. La prise en charge de ces patients repose sur la prévention afin de repérer les patients à risque d’infertilité et de proposer le cas échéant une cryopréservation de sperme.

Niveau de preuve

5.




 




Introduction


L'azoospermie correspond à une absence totale de spermatozoïdes dans l'éjaculat. Elle procède de deux mécanismes distincts : obstructif par obstacle sur les voies génitales ou non obstructif par défaut de production testiculaire des spermatozoïdes.


La cure de hernie inguinale fait partie des interventions chirurgicales les plus fréquemment pratiquées dans le monde, surtout chez l'homme dont la prévalence augmente nettement avec l'âge [1]. Lorsqu'elle devient symptomatique, le seul traitement possible est chirurgical. Il est reconnu que toute intervention chirurgicale dans la région du pelvis ou des bourses représente un facteur de risque potentiel d'infertilité masculine pouvant entraîner une azoospermie obstructive [2, 3]. Selon les guidelines de l'EAU, les antécédents de chirurgie herniaire sont à rechercher à l'interrogatoire dans l'exploration des troubles de la fertilité.


L'objectif de notre étude était de décrire les caractéristiques clinico-biologiques et la prise en charge d'une population de patients présentant une azoospermie excrétoire et ayant des antécédents de chirurgie herniaire à l'âge adulte.


Patients et méthodes


Il s'agit d'une étude rétrospective, à partir de la base de données du service d'andrologie du CHRU de Lille de janvier 1990 à janvier 2011. Au cours de la période d'étude, 9740 nouveaux patients de sexe masculin ont consulté pour bilan d'infertilité. Parmi les 879 patients azoospermes, 69 avaient un antécédent de cure de hernie inguinale à l'âge adulte.


Tous les patients azoospermes, avec antécédent de cure de hernie inguinale « postpubertaire » uni- ou bilatérale, ont été inclus. Les patients opérés d'une hernie inguinale durant l'enfance ont été exclus de l'analyse.


Les caractéristiques cliniques et hormonales étaient relevées (testostérone totale, FSH, inhibine B). Les paramètres spermatiques comprenaient : le volume, le pH et les marqueurs séminaux (fructose, alpha-glucosidase). Une échographie génito-urinaire était systématiquement réalisée (volume testiculaire, étude des épididymes, du carrefour vésiculo-déférentiel et des reins).


Un bilan génétique était réalisé comprenant un caryotype constitutionnel en résolution standard ; une recherche par PCR de microdélétions du chromosome Y (depuis 2002) et une recherche exhaustive de mutations du gène CFTR en cas d'atteinte des canaux déférents et/ou des vésicules séminales.


Les données qualitatives ont été exprimées en effectifs (pourcentage) et les données quantitatives exprimées en moyenne (extrêmes).


Pour l'analyse statistique, et afin de simplifier l'interprétation des résultats, les variables qualitatives ont été transformées en binaire. Testostérone totale (normale entre 2,30 et 6,70ng/mL ou < 2,30ng/mL), FSH (normale<10 UI/L), inhibine B (normale>238pg/mL, ou < 238pg/mL), le volume spermatique (normale entre 2 à 6mL), le fructose (normal>13μmol/éjaculat), alpha-glucosidase (normale>20 mU/éjaculat) et le volume testiculaire (normale>16mL).


Toutes les analyses statistiques ont été réalisées à l'aide du logiciel SPSS version 17.0 (IBM Corp., Somers, NY, États-Unis). Les tests de Chi2 ou de Fisher étaient utilisés pour les comparaisons statistiques. Le risque α de significativité a été fixé à 0,05.


Résultats


L'âge moyen de la cure de chirurgie inguinale était de 26,4ans (± 5). L'âge moyen de la prise en charge des patients au moment de la première consultation pour bilan d'infertilité était de 34,1ans (± 7). Pour 84 % des patients (n =58), il s'agissait d'une infertilité primaire et pour 16 % des patients (n =11) d'une infertilité secondaire. L'âge moyen de la partenaire au moment de la première consultation pour bilan d'infertilité était de 30,8ans (± 5,5). Aucune ne présentait d'antécédent gynéco-obstétrical particulier. Le Tableau 1 récapitule les caractéristiques de notre population.


Au total, 42 patients (60,8 %) présentaient un ou plusieurs facteurs de risques établis d'infertilité :

un tabagisme actif non sevré pour 28,9 % des patients (n =20) ;
un antécédent de cryptorchidie traitée chirurgicalement dans l'enfance chez 12 patients (17,4 %) dont 4 d'entre eux de façon bilatérale (5,8 %) ;
13 patients (18,9 %) présentaient un antécédent de chirurgie inguino-scrotale dans l'enfance (autre que la cure de cryptorchidie) : 4 patients furent déjà traités chirurgicalement pour hernie inguinale ; 2 patients bénéficièrent d'une orchidectomie pour torsion ; 1 patient d'une cure de varicocèle, 3 patients d'une cure d'hydrocèle, 2 patients traités chirurgicalement pour kystes épididymaires et 1 patient fut traité par orchidopexie.


La cure de hernie inguinale était bilatérale dans 40,6 % des cas (n =28) et unilatérale dans 59,4 % des cas (n =41). Quatorze patients bénéficièrent d'une cure de hernie inguinale gauche et les 27 autres patients d'une cure de hernie inguinale droite.


La cure de hernie était réalisée par voie inguinale chez 36 patients (52,17 %) et par voie laparoscopique chez 11 patients (15,9 %). Pour 22 patients de notre série (31,8 %), le type de technique chirurgicale n'a pu être précisé. Notons que la première cure de hernie inguinale par voie laparoscopique répertoriée dans notre série d'azoospermes était réalisée en 2002.


Pour la voie laparoscopique, la pose d'une prothèse en situation prépéritonéale pour renforcer le mur postérieur de la région inguinale était systématiquement réalisée. Pour la voie d'abord inguinale, 18 patients (26 %) étaient traités par herniorraphie simple et 12 patients (17,4 %) par réparation herniaire avec mise en place de matériel prothétique. Pour 6 patients (8,7 %) de notre série ayant bénéficié d'une cure de hernie par voie inguinale, la mise en place d'une prothèse n'a pu être précisée.


Le Tableau 2 compare les caractéristiques cliniques et biologiques de notre population d'azoospermie selon le type d'intervention chirurgicale pour cure de hernie inguinale.


À partir de 1995, 60 des 69 patients azoospermes ayant un antécédent de cure de chirurgie inguinale pour hernie postpubertaire bénéficièrent d'une extraction chirurgicale de spermatozoïdes en vue d'une ICSI. La technique réalisée pour l'extraction chirurgicale de spermatozoïdes était une extraction testiculaire (testicular sperm extraction [TESE]) dans 71 % des cas (n =49), une extraction épididymaire (microsurgical epididymal sperm aspiration [MESA]) dans 29 % des cas (n =20). Le taux d'extraction chirurgicale positive de spermatozoïdes était de 75 % (n =45). Il était de 76,5 % dans le groupe de patients traités par herniorraphie simple (n =18) ; de 74,7 % dans le groupe de patients traités par kélotomie avec prothèse (n =12) et de 75,5 % dans celui des patients traités par voie cÅ“lioscopique (n =11). Il n'a pas été mis en évidence de différence significative concernant le taux d'extraction chirurgicale positive de spermatozoïdes selon la technique chirurgicale utilisée (p ≥ 0,05). Il n'existait pas de différence statistiquement significative de ce taux d'extraction positive de spermatozoïdes dans le groupe de patients traités de façon certaine par la mise en place de prothèse (n = 23) et dans le groupe de patients opérés par herniorraphie simple (n =18) (74,5 et 75,1 % respectivement, p ≥ 0,05). En tenant compte du caractère uni- ou bilatéral de la cure de hernie inguinale, il existait statistiquement plus d'extractions chirurgicales positives de spermatozoïdes pour les patients ayant eu une cure unilatérale (n =33) par rapport à ceux qui ont eu une chirurgie bilatérale (n =27) (79,8 % vs 67,9 %, p =0,03). Selon les facteurs de risques d'infertilité, le taux d'extraction chirurgicale positive de spermatozoïdes était statistiquement plus faible dans le sous-groupe de patient à risque d'infertilité (n =34) par rapport au sous-groupe de patients sans risque d'infertilité (n =26) (61,4 % vs 92,8 % respectivement, p = 0,009).


La répartition du nombre de patients azoospermes avec un antécédent de cure de hernie inguinale postpubertaire en fonction de l'année de la première consultation pour infertilité est présentée dans la Figure 1. Le nombre de nouveaux patients consultant pour azoospermie avec antécédent de chirurgie inguinale à l'âge adulte a sensiblement augmenté à partir de 2001.


Figure 1
Figure 1. 

Répartition des patients selon l'année de consultation.





Discussion


Le cordon spermatique traverse le canal inguinal et comporte les éléments suivants : le canal déférent, les vaisseaux sanguins spermatiques (l'artère spermatique et le plexus veineux pampiniforme), des vaisseaux lymphatiques et des nerfs (la branche génitale du nerf génitofémoral, le nerf ilio-inguinal et les nerfs sympathiques du plexus testiculaire). Le risque de lésion iatrogène sur les éléments du cordon durant une chirurgie herniaire peut concerner :

les structures vasculaires entraînant une orchite ischémique, une atrophie testiculaire ou une dysfonction endocrine ;
le canal déférent qui peut être soit comprimé soit sténosé.


Ces deux mécanismes lésionnels peuvent compromettre la fertilité notamment en cas de chirurgie bilatérale ou en cas de déficience préexistante du testicule controlatéral.


L'infertilité excrétoire ou post-testiculaire représente environ 6 % des infertilités masculines et peut être constitutionnelle (agénésie vésiculo-déférentielle, dysjonction épididymo-testiculaire) ou acquise (post-infectieuse, traumatique ou iatrogène) [3].


Tekatli et al. ont rapporté dans une revue récente de la littérature une fréquence plus élevée des lésions iatrogènes du cordon spermatique après chirurgie herniaire prothétique par rapport aux herniorraphies simples [4]. Cependant, ceci n'était pas corrélé à des taux d'infertilité similaires dans les séries publiées. Néanmoins, ces constatations doivent être interprétées avec précaution car :

la plupart des séries sont rétrospectives ;
les patients traités chirurgicalement pour hernie ont une moyenne d'âge élevée et n'ont le plus souvent plus de désir de paternité ;
la majorité des patients sont traités pour une hernie unilatérale.


Dans notre série, le nombre de nouveaux patients consultant pour azoospermie avec antécédent de chirurgie inguinale à l'âge adulte a augmenté sur les dix dernières années. Ceci pouvait être expliqué par l'individualisation d'un service spécialisé dans la prise en charge de l'infertilité masculine au sein de notre centre. Le lien de causalité entre azoospermie et chirurgie inguinale ne pouvait cependant être affirmé par notre série en l'absence de groupe témoin. Cependant, les données de la littérature mettent en évidence une incidence plus importante d'infertilité excrétoire chez les hommes ayant eu une cure de hernie inguinale (6,65 %) par rapport à une population contrôle [5, 6, 7]. L'atrophie testiculaire par lésion vasculaire après chirurgie herniaire est plus rare et représente moins de 1 % [8].


L'introduction des prothèses a été l'avancée la plus importante dans le traitement des hernies de l'aine, permettant de supprimer la tension induite par les herniorraphies simples et surtout de diminuer les récidives à distance [9, 10]. De nombreuses études expérimentales [11, 12, 13, 14, 15, 17, 16] ont rapporté une réaction inflammatoire induite par le matériel prothétique sur les structures du cordon spermatique, responsable d'une fibrose avec obstruction de la lumière [14, 18]. Aussi, une étude multicentrique a rapporté les cas de quatorze malades chez lesquels une obstruction des canaux déférents responsable d'une infertilité a été attribuée à une cure de hernie inguinale utilisant une prothèse [19].


Toutefois, les données de la littérature sont pauvres quant à la difficulté d'évaluer une atteinte unilatérale des canaux déférents. Dans la majorité des cas, la cure de hernie unilatérale n'a pas compromis la fertilité masculine dans la mesure où la fonction testiculaire controlatérale était normale. Les patients référencés dans la littérature sont ceux pour lesquels la fécondité a été compromise en raison de l'atteinte bilatérale du système reproducteur masculin et ne pourraient correspondre finalement qu'à la partie visible de l'iceberg des patients ayant une obstruction iatrogène des canaux déférents post-cure de hernie inguinale.


Quelles précautions ?


Une azoospermie obstructive après cure de hernie inguinale peut survenir si les deux canaux déférents sont obstrués (chirurgie bilatérale) ou si le testicule controlatéral au côté obstrué est déficient. D'où l'intérêt de repérer les patients à risque d'infertilité après chirurgie herniaire : hernie bilatérale, dysfonctionnement testiculaire (testicule controlatéral atrophié ou agénésique) ou patients exprimant le souhait d'une paternité tardive (> 45ans). Dans ces cas, une cryopréservation de sperme doit être proposée, avant la réparation herniaire.


Certains auteurs ont proposé d'adapter l'intervention chirurgicale en fonction de l'âge jeune du patient et de ne pas réaliser de réparation herniaire avec prothèse pour limiter le risque d'infertilité [19, 20]. Malgré l'abondance de la littérature comparant les nombreuses interventions chirurgicales existantes, il n'y avait pas de consensus quant au choix de la meilleure technique qui était classiquement celle que l'on maîtrisait le mieux.


Quelles stratégies thérapeutiques ?


Les lésions iatrogènes du canal déférent après cure de hernie inguinale ont été parmi les plus difficiles à reperméabiliser car souvent associées à un délai long d'obstruction responsable d'une obstruction épididymaire secondaire [6]. Selon la longueur de l'occlusion, une reperméabilisation serait tentée, des canaux déférents (vaso-vasostomie) ou entre l'épididyme et le canal déférent (vaso-épididymostomie). Avec le développement de la laparoscopie, une nouvelle alternative de réparation de l'obstruction inguinale du déférent est proposée. Elle consiste à réaliser une vaso-vasostomie pelvi-scrotale en court-circuitant le trajet inguinal du déférent grâce à la voie cÅ“lioscopique. Le déférent pelvien est détaché de l'orifice inguinal profond, mobilisé en dedans, passé à travers l'orifice inguinal superficiel afin de faciliter l'anastomose avec le déférent scrotal [21]. Dans notre population d'étude, un patient a eu une reperméabilisation par vaso-vasostomie pelvi-scrotale mais le résultat n'a pas été satisfaisant avec recours ultérieur à une extraction chirurgicale de spermatozoïdes.


La prise en charge des azoospermies obstructives a été transformée ces dernières années par les progrès de l'aide médicale à la procréation et l'arrivée des nouvelles techniques de fécondation in vitro avec micro-injection intra-ovocytaire de spermatozoïdes (FIV-ICSI). Cette technique a révolutionné la gestion de l'infertilité masculine [22] avec la réalisation de prélèvement chirurgical de spermatozoïdes au niveau des testicules et de l'épididyme.


Conclusion


L'obstruction des canaux déférents due à une cure de hernie inguinale représentait une cause iatrogène possible d'infertilité masculine qui était rare et sous-estimée. Si la relation entre la cure de hernie inguinale et l'obstruction des canaux déférents était réelle et a semblé en augmentation depuis 2001, l'influence de l'utilisation d'une prothèse de polypropylène de renfort de la paroi n'a pas été clairement démontrée. La prise en charge de ces patients repose sur la prévention afin de repérer les patients à risque d'infertilité et de proposer le cas échéant une cryopréservation de sperme. La prise en charge chirurgicale dans l'azoospermie obstructive existe et ne doit pas être minimisée au profit du simple recueil de spermatozoïdes.


Déclaration d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de conflits d'intérêts en relation avec cet article.




Tableau 1 - Caractéristiques des patients.
Variable   
n   69 
Extraction chirurgicale de spermatozoïdes, n   60 
Âge lors de la chirurgie inguinale, année   26,4 (17-42) 
Âge lors de la première consultation, année   34,1 (22-50) 
Infertilité    
58 (84) 
II  11 (16) 
Autres facteurs de risques d'infertilité   42 (60,8 %) 
Tabagisme actif  20 (28,9 %) 
Cryptorchidie opérée dans l'enfance  12 (17,4 %) 
Chirurgie inguino-scrotale dans l'enfance  13 (18,9 %) 
Cure de hernie inguinale bilatérale   28 (40,6 %) 
Partenaire    
Âge, année  30,8 (20-42) 
ATCD gynécologiques 



Légende :
Les résultats sont présentés sous forme de moyenne (extrême) ou n (%).



Tableau 2 - Caractéristiques des patients selon le type de chirurgie de la hernie inguinale.
Variable  Herniorraphie simple
(n =18)
(n , %) 
Kélotomie avec prothèses
(n =12)
(n , %) 
CÅ“lioscopie
(n =11)
(n , %) 
p value 
Épididyme         0,0731 
Normal  12 (66,7)  11 (91,7)  9 (81,8)   
Dilaté  6 (33,3)  1 (8,3)  2 (18,2)   
Canal déférent         0,0025 
Palpable  16 (88,8)  11 (91,7)  11 (100)   
Absent  2 (11,2)  1 (8,3)  0 (0)   
Volume testiculaire à l'échographie         0,0013 
>16 mL  9 (50)  7 (58,3)  6 (54,5)   
<16 mL  9 (50)  5 (42,7)  5 (45,5)   
Alpha-glucosidase         0,0026 
> 20 mU/éjaculat  4 (22,2)  3 (25)  23 (27,3)   
< 20 mU/éjaculat  14 (77,8)  9 (75)  8 (72,7)   
Fructose         0,0027 
> 13μmol/éjaculat  10 (55,5)  7 (58,3)  11 (100)   
< 13μmol/éjaculat  8 (44,5)  5 (42,7)  0 (0)   
Testostéronémie         0,0019 
> 2,3ng/mL  13 (72,2)  11 (91,7)  10 (90,9)   
< 2,3ng/mL  5 (27,8)  1 (8,3)  1 (8,1)   
Volume spermatique         0,0032 
2<n <6mL  10 (55,5)  7 (58,3)  8 (72,7)   
< 2mL  8 (44,5)  5 (42,7)  3 (27,3)   



Légende :
Les résultats sont présentés sous forme de n (%).


Références



Jenkins J.T., O'Dwyer P.J. Inguinal hernias BMJ 2008 ;  336 : 269-272 [cross-ref]
Rigot J.M. Le bilan clinique est déjà un facteur pronostique J Gynecol Obstet Biol Reprod (Paris) 2007 ;  36 (Suppl. 3) : S74-S77 [inter-ref]
Huyghe E., Izard V., Rigot J.M., Pariente J.L., Tostain J. Évaluation de l'homme infertile : recommandations AFU 2007 Prog Urol 2008 ;  18 : 95-101 [inter-ref]
Tekatli H., Schouten N., van Dalen T., Burgmans I., Smakman N. Mechanism, assessment, and incidence of male infertility after inguinal hernia surgery: a review of the preclinical and clinical literature Am J Surg 2012 ;  204 (4) : 503-509 [inter-ref]
Yavetz H., Harash B., Yogev L., Homonnai Z.T., Paz G. Fertility of men following inguinal hernia repair Andrologia 1991 ;  23 : 443-446
Sheynkin Y.R., Hendin B.N., Schlegel P.N., Goldstein M. Microsurgical repair of iatrogenic injury to the vas deferens J Urol 1998 ;  159 : 139-141 [cross-ref]
Pollak R., Nyhus L.M. Complications of groin hernia repair Surg Clin North Am 1983 ;  63 : 1363-1371
Matthews R.D., Neumayer L. Inguinal hernia in the 21st century: an evidence-based review Curr Probl Surg 2008 ;  45 : 261-312 [cross-ref]
EU Hernia Trialists Collaboration Mesh compared with non-mesh methods of open groin hernia repair: systematic review of randomized controlled trials Br J Surg 2000 ;  87 : 854-859
Lichtenstein I.L., Shulman A.G., Amid P.K., Montllor M.M. The tension-free hernioplasty Am J Surg 1989 ;  157 : 188-193 [cross-ref]
Peiper C., Junge K., Klinge U., Strehlau E., Ottinger A., Schumpelick V. Is there a risk of infertility after inguinal mesh repair? Experimental studies in the pig and the rabbit Hernia 2006 ;  10 : 7-12 [cross-ref]
Maciel L.C., Glina S., Palma P.C., Nascimento L.F., Netto N.R. Histopathological alterations of the vas deferens in rats exposed to polypropylene mesh BJU Int 2007 ;  100 : 187-190 [cross-ref]
Uzzo R.G., Lemack G.E., Morrissey K.P., Goldstein M. The effects of mesh bioprosthesis on the spermatic cord structures: a preliminary report in a canine model J Urol 1999 ;  161 : 1344-1349 [cross-ref]
Junge K., Binnebosel M., Rosch R., Ottinger A., Stumpf M., Muhlenbruch G., et al. Influence of mesh materials on the integrity of the vas deferens following Lichtenstein hernioplasty: an experimental model Hernia 2008 ;  12 : 621-626 [cross-ref]
Berndsen F.H., Bjursten L.M., Simanaitis M., Montgomery A. Does mesh implantation affect the spermatic cord structures after inguinal hernia surgery? An experimental study in rats Eur Surg Res 2004 ;  36 : 318-322 [cross-ref]
Kolbe T., Hollinsky C., Walter I., Joachim A., Rulicke T. Influence of a new self-gripping hernia mesh on male fertility in a rat model Surg Endosc 2010 ;  24 : 455-461 [cross-ref]
Goldenberg A., Paula J.F. Effects of the polypropylene mesh implanted through inguinotomy in the spermatic funiculus, epididium and testis of dogs Acta Cir Bras 2005 ;  20 : 461-467
Taneli F., Aydede H., Vatansever S., Ulman C., Ari Z., Uyanik B.S. The long-term effect of mesh bioprosthesis in inguinal hernia repair on testicular nitric oxide metabolism and apoptosis in rat testis Cell Biochem Funct 2005 ;  23 : 213-220 [cross-ref]
Shin D., Lipshultz L.I., Goldstein M., Barme G.A., Fuchs E.F., Nagler H.M., et al. Herniorrhaphy with polypropylene mesh causing inguinal vasal obstruction: a preventable cause of obstructive azoospermia Ann Surg 2005 ;  241 : 553-558 [cross-ref]
Yamaguchi K., Ishikawa T., Nakano Y., Kondo Y., Shiotani M., Fujisawa M. Rapidly progressing, late-onset obstructive azoospermia linked to herniorrhaphy with mesh Fertil Steril 2008 ;  90 : 2018 e5-7.
Kolettis P.N., Thomas A.J. Vasoepididymostomy for vasectomy reversal: a critical assessment in the era of intracytoplasmic sperm injection J Urol 1997 ;  158 : 467-470 [cross-ref]
Palermo G., Joris H., Devroey P., Van Steirteghem A.C. Pregnancies after intracytoplasmic injection of single spermatozoon into an oocyte Lancet 1992 ;  340 : 17-18 [cross-ref]






© 2015 
Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.