Avantage de la surrénalectomie laparoscopique rétropéritonéale avec abord rétrograde de la surrénale par rapport à la voie classique, à propos d’une série de 279 cas

25 novembre 2013

Auteurs : A. Gryn, G. Crenn, A. Bennet, B. Duly Bouhanick, B. Chamontin, M. Thoulouzan, P. Caron, M. Soulié, P. Rischmann, E. Huyghe
Référence : Prog Urol, 2013, 13, 23, 1064




 

Objectifs .- Comparer les résultats de la surrénalectomie laparoscopique rétropéritonéale réalisée selon la dissection antégrade classique (contrôle premier de la veine surrénalienne) ou rétrograde (dissection première de la de la surrénale).


Méthodes .- Parmi les chirurgies surrénaliennes, 279 ont été réalisées par laparoscopie rétropéritonéale dans notre institution : 172 par une approche antégrade et 107 par une approche rétrograde sans dissection première du hile rénal et sans contrôle initial de la veine surrénalienne. Les 2 groupes étaient comparables.


Résultats .- La durée opératoire était plus courte chez les patients opérés avec la technique rétrograde, respectivement 101±51min versus 140±40min (t student, p <0,001). Les pertes sanguines étaient semblables dans les deux groupes, 85±224mL versus 80±126mL, respectivement (NS). L'instabilité hémodynamique était moins importante dans le groupe opéré avec la technique rétrograde (32,7 vs 37,6, t Student, p =0,005) avec une consommation moindre d'éphédrine (2,2 vs 5,1mg, p =0,004) et d'atropine (0,09 vs 0,22mg, p =0,026). Il n'y avait pas de différence significative entre les 2 groupes concernant la morbidité et la mortalité (1 décès dans chaque groupe, de cause non chirurgicale). La durée d'hospitalisation en secteur de surveillance continue était plus courte chez les patients opérés avec la technique rétrograde (1,3 vs 1,8jours, p =0,001).


Conclusion .- La surrénalectomie laparoscopique rétropéritonéale par voie rétrograde est une technique sûre et reproductible. En permettant de réaliser la surrénalectomie sans dissection du hile, elle permet une diminution de la durée opératoire. La stabilité hémodynamique peropératoire apparaît également meilleure avec cette technique de dissection rétrograde, ce qui la rend particulièrement attractive en cas de suspicion de phéochromocytome.




Haut de page



© 2013 
Publié par Elsevier Masson SAS.