Atteinte ganglionnaire sentinelle et cancer de la prostate : quel impact sur la survie sans recidive ? À propos de 200 patients

25 novembre 2016

Auteurs : T. Rousseau, J. Lacoste, E. Potiron, P. Nevoux, G. Le coguic, G. Aillet, L. Campion, C. Rousseau
Référence : Prog Urol, 2016, 13, 26, 774-775
Objectifs

Le statut du ganglion sentinelle (GS) est pronostique du curage ganglionnaire loco-régional dans le cancer de la prostate mais ce statut a-t-il un impact sur l’évolution clinique des patients ? Le but de cette étude est d’analyser les données de survie de patients ayant bénéficiés d’une prostatectomie radicale cœlioscopique avec repérage des GS et curage pelvien extensif.

Méthodes

De juin 2008 à décembre 2014, 227 patients consécutifs ont été inclus, dont 49 patients (21,58 %) porteurs de métastases ganglionnaires. Le suivi médian était de 3,94ans [3,72–4,23]. La survie sans récidive (SSR) et la survie globale (SG) ont été analysées selon Kaplan–Meier et différents paramètres histopathologiques par analyse uni- et multivariée (analyse par Cox régression).

Résultats

Une moyenne de 26,4±10,5 ganglions retirés lors du curage extensif, dont 5,72±3,75 GS. Au dernier suivi, 24,9 % (62/227) des patients avaient récidivé et 2 étaient décédés spécifiquement du cancer prostatique. En analyse univariée, le stade clinique, le score de Gleason, le % biopsies positives et les marges chirurgicales affectaient significativement la SSR (p <10−4 à 10−6). En cas d’atteinte ganglionnaire métastatique, les données les plus significatives étaient le nombre total de ganglions métastatiques (GS et non GS) et la présence de macro-métastases ganglionnaires dans le GS (p <10−12 à 10−15). En analyse multivariée, la présence de micro- ou de macrométastases dans les GS (quelque soit l’atteinte non GS) était le critère pronostique le plus péjoratif de la SSR, avec un hazard ratio de 5,25 [95 % CI : 2,83–9,74] (p <10−6).

Conclusion

Le GS dans le cancer de la prostate localisé semble être porteur d’informations décisives de l’évolution clinique des patients puisqu’une atteinte métastatique GS a un impact important sur la SSR. Ceci soulève la question d’un traitement adjuvant plus précoce pour les patients avec atteinte métastatique des GS1.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs n'ont pas précisé leurs éventuels liens d'intérêts.


Further reading



Muck A et al. Urol Int. 2015 ;94(3) :296-306.





© 2016 
Publié par Elsevier Masson SAS.