Association entre l’agressivité histologique du cancer de la prostate localisé et les stéroïdes sexuel : résultats de l’étude ANDROCAN

25 novembre 2017

Auteurs : Y. Neuzillet, H. Botto, M. Schneider, M. Rouprêt, S. Drouin, M. Galiano, X. Cathelineau, T. Taouil, V. Molinie, C. Radulescu, E. Comperat, F. Giton, J. Fiet, J. Raynaud, T. Lebret
Référence : Prog Urol, 2017, 13, 27, 676
Objectifs

Dans le cancer localisé de la prostate (PCa), l’impact des concentrations des stéroïdes sexuels sur l’agressivité du cancer est débattu, certains auteurs rapportant une association à la testostéronémie totale (TT), biodisponible (BT) ou à l’estradiol (E2). Nous avons comparé les profils sériques préopératoires des hormones sexuelles et les caractéristiques pathologiques chez les patients atteints de PCa localisés selon la prédominance du grade de Gleason 4 sur la pièce de prostatectomie.

Méthodes

Une nouvelle grande étude de cohorte prospective de 1343 patients (âge : 63,9 ans, taille : 175cm, poids : 82,2kg, IMC : 26,8 30kg/m2, circonférence abdominale : 101cm) ayant un PCa localisé, recrutés dans 4 centres urologiques en France, de 6/2013 à 6/2016. Les paramètres du syndrome métabolique (SM) ont été recueillis. Le dosage de TT, BT, T libre (freeT), DHT, Δ5, Δ4, E1 et E2 ont été effectué par spectrométrie de masse en phase gazeuse. Une évaluation centralisée des données pathologiques (prédominance du grade de Gleason 4 [PrdGP4] stade) a été effectuée.

Résultats

La cohorte a été divisée en 2 groupes :

– le 1er groupe se composait de patients ayant prédominance du grade 3 de Gleason [i.e. scores de Gleason7 (3+4)] ;

– le 2nd avait une prédominance du grade 4 de Gleason [i.e. scores de Gleason7 (4+3)].

Les patients ayant les cancers les plus agressifs (PrdGP4) étaient significativement plus âgés et avaient un PSA supérieur. Les concentrations de TT et d’E2 ne différaient pas entre les deux groupes. En revanche, celles de BT et de Free T étaient inférieures chez les patients PrdGP4. Une différence significative dans la concentration de SHBG entre les patients à PrdGP4 et ceux à PrdGP3 a été observée, conférant à la SHBG un rôle clé dans la sélection des patients à haut risque d’un PCa agressif (Tableau 1).

Conclusion

L’étude ANDROCAN, plus importante étude de cohorte prospective mondiale sur l’association entre les concentrations des stéroïdes sexuels et les caractéristiques du CaP localisés, montre qu’une diminution de la BT définie une population à risque de PCa agressif. Par conséquent, pour la prise de décision thérapeutique, en plus de la TT, la BT devrait être évaluée pour la prise en charge du PCa localisé. En revanche, l’E2 n’a pas lieu d’être prise en considération.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Bourse de Fondation Foch, organisme à but non lucratif et bourse du ministère Français de la Santé/DGOS/CRC3.




Tableau 1 -









© 2017 
Publié par Elsevier Masson SAS.