Approche symptomatique des dysfonctions musculosquelettiques et douleurs pelvipérinéales chroniques

25 novembre 2010

Auteurs : J.-J. Labat, M. Guerineau, D. Delavierre, L. Sibert, J. Rigaud
Référence : Prog Urol, 2010, 12, 20, 982-989

Matériel et méthodes

Étude des articles de la littérature consacrée aux aspects musculosquelettiques de douleurs pelvipérinéales.

Résultats

Définitions des dysfonctionnements du plancher pelvien, de la notion d’hypertonie périnéale, de la notion de douleurs myofasciales et de points gâchettes musculaires (trigger points), de la notion de fibromyalgie.

Conclusion

Les douleurs musculosquelettiques sont surement très sous-estimées dans l’approche des douleurs pelvipérinéales chroniques. Leur physiopathologie font intervenir des troubles de l’équilibre lombopelvifémoral, des douleurs myofasciales caractérisées par la présence de trigger points dont la physiopathologie reste très discutée : pathologie strictement musculaire, réaction à des réactions inflammatoires de voisinage source d’hypersensibilisation, ou simples témoins d’une hypersensibilisation centrale dans le cadre d’une douleur chronique maladie.

   
 
 

 

 

Introduction

Dans les syndromes douloureux pelvipérinéaux, l'examen clinique retrouve souvent une hypertonie musculaire, une contracture musculaire avec parfois une hypersensibilité à la pression ou de véritables points gâchettes musculaires. Les muscles en cause peuvent appartenir à la paroi abdominale, au périnée et aux fesses ou aux régions paravertébrales.

Il est bien difficile de savoir si ces douleurs musculaires retrouvées à l'examen clinique sont les causes de la douleur alléguée par le patient, parfois située très à distance, si elles en sont les conséquences dans le cadre de contractures réflexes ou si elles sont le témoin d'une hypersensibilité régionale ou diffuse (elle-même facteur de risques de douleurs ou conséquence de la chronicisation de la douleur).

Cette composante musculaire est très souvent négligée car non recherchée puisqu'elle n'appartient à l'exploration habituelle des organes. Pourtant, la découverte de cette dimension a des incidences thérapeutiques avec des améliorations par des techniques physiothérapiques indéniables même si elles ne sont pas miraculeuses. Il serait dommage de ne pas en faire bénéficier le patient dans un domaine où les thérapeutiques qui n'ont pas d'effet secondaire ne sont pas légion.

Si ce sujet témoigne d'une approche assez empirique, de mécanismes physiopathologiques discutables, la littérature est de plus en plus fournie et l'existence et la fréquence de ces douleurs à composante musculaire, l'efficacité des prises en charges thérapeutiques sont de moins en moins discutables.

 

Définitions

 

Dysfonctionnement du plancher pelvien et hypertonie périnéale

 
Définition

L'International Continence Society (ICS) reconnaît un rôle aux muscles du plancher pelvien dans l'étiologie de certaines douleurs pelviennes chroniques [1

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Les muscles du planchers pelviens sont les élévateurs de l'anus, les sphincters striés de l'urètre et de l'anus, les muscles ischio- et bulbocaverneux. Ces muscles fonctionnent en masse. Le plancher pelvien a pour fonction de soutenir les organes, les muscles du plancher pelvien de se contracter pour faciliter la continence et éviter l'agression sexuelle, de se relâcher pour faciliter la miction, la défécation et les rapports sexuels. Les symptômes en rapport avec les dysfonctions du plancher pelvien sont classés en cinq catégories : les troubles du bas appareil urinaire (incontinence urinaire, pollakiurie, urgence, dysurie, rétention), les troubles anorectaux (difficultés d'exonération, incontinence fécale), les prolapsus, les troubles sexuels (dysfonction érectile et éjaculatoire, les dyspareunies, les troubles de l'orgasme) et les douleurs. Parmi ces douleurs, l'ICS [2

Cliquez ici pour aller à la section Références] inclut les douleurs pelviennes chroniques et le syndrome de douleur pelvienne qui associe des douleurs pelviennes et des dysfonctions urinaires, anorectales, sexuelles ou gynécologiques. La possibilité d'un lien est donc clairement retenue par l'ICS entre douleur pelvienne et dysfonction du plancher pelvien [3

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Le plancher pelvien est considéré comme hyperactif quand les muscles ne se relâchent pas quand ils devraient le faire. Cette situation expliquera donc des difficultés mictionnelles (dyssynergie fonctionnelle) et défécatoires (asynchronisme abdominopérinéal), une dyspareunie (vaginisme). Contrairement aux obstacles anatomiques, ces troubles fonctionnels sont fluctuants et souvent dépendants de certaines situations (intensité de la douleur, facteur de stress, degré de relaxation...).

 
Quelles sont les données d'examen susceptibles d'affirmer une hyperactivité du plancher pelvien ? [4, 5, 6]

L'hyperactivité du plancher pelvien peut s'exprimer de différentes manières. On demande au patient une contraction musculaire volontaire puis immédiatement un relâchement ; l'absence d'obtention d'une relaxation musculaire volontaire avec retour à l'état de repos caractérise selon l'ICS un défaut de relaxation volontaire du plancher pelvien.

On demande au patient de pousser comme s'il allait à la selle, l'absence de relaxation du plancher pelvien caractérise selon l'ICS un défaut de relaxation involontaire du plancher pelvien.

Parfois, on constatera que le patient n'a ni contraction volontaire ni relaxation du plancher pelvien (plancher pelvien non contractant et non relaxant).

Le tonus sphinctérien est également un témoin de l'hyperactivité du plancher pelvien mais la notion d'hypertonie périnéale pose le problème de la normalité : quel est le tonus normal ? Cela peut être relativement facile quand on explore par manométrie les sphincters de l'urètre ou de l'anus par des données statistiques, cela est plus compliqué pour les muscles élévateurs de l'anus ou les ischio- et bulbocaverneux.

 
Les examens complémentaires permettent-ils de quantifier l'hyperactivité du plancher pelvien ?

 
Électromyogramme

L'électromyogramme (EMG) de détection à l'aiguille ne peut évaluer un tonus musculaire. Dans un muscle normal, il n'y a pas d'activité électrique au repos mais les muscles du plancher pelvien, du fait de leur fonction de prévention de la continence et de la statique, ont une activité musculaire tonique permanente au repos et se relâchent dans la fonction (miction, défécation), cette relaxation peut être enregistrée par une électrode aiguille mais la seule présence de l'électrode, chez un patient sans pathologie neurologique, notamment sensitive, peut modifier le degré de relaxation musculaire. Des sondes avec recueil par électrodes de contact peuvent être utilisées au niveau de l'anus et du vagin. C'est une méthode qui peut être utilisée en rééducation périnéale mais elle ne peut être quantitative, il n'y a pas de valeur normale, l'intérêt de ces mesures réside avant tout dans la prise de conscience du patient, de son aptitude à contracter et à relâcher (biofeedback). Dans les douleurs pelvipérinéales, il est cependant souvent impossible d'avoir recours à ces méthodes de biofeedback par relaxation car la présence de la sonde dans le vagin ou dans l'anus est en elle-même source de douleur.

Les méthodes de réflexologie (réflexe H) peuvent apporter des renseignements sur le degré de spasticité musculaire mais ne sont pas applicables au niveau périnéal.

 
Données manométriques

La mesure des pressions sphinctériennes (urétrale et anale) fait partie des examens manométriques habituels (urodynamique, manométrie anorectale). Il est également tout à fait possible de mesurer les pressions vaginales à l'aide d'un périnéomètre par le biais d'une sonde pression introduite au niveau vaginal.

Est-il pathologique d'avoir un bon tonus sphinctérien de repos (tonus de posture), ce qui est un bon élément de continence ou ne faut-il retenir comme hypertonie pathologique que celles qui s'accompagnent d'un défaut de relaxation pendant la fonction (dyssynergie vésicosphinctérienne ou anorectale) ?

 
L'hypertonie périnéale (hyperactivité du plancher pelvien) peut-elle être considérée comme une explication à un syndrome algique pelvipérinéal ?

On peut toujours discuter des facteurs responsables de ces tensions musculaires mais il est toujours bien difficile d'affirmer qu'elles sont à l'origine d'une douleur et non une conséquence réflexe de celle-ci. Toute douleur entraîne des réactions réflexes dans le système somatique stimulant le réflexe myotatique responsable d'une contraction musculaire.

 
Conséquences des hypertonies du plancher pelvien

Ces contractions musculaires peuvent être très localisées mais peuvent également s'étendre à des muscles de voisinage entraînant alors des modifications d'équilibre musculaire régionale qui peuvent par elle-même générer des douleurs musculotendinosquelettiques. Ainsi, certains estiment que toute douleur pelvipérinéale s'accompagnant d'une hypertonie musculaire sans explication lésionnelle locale évidente doit inciter à un bilan exhaustif des évènements passés et présents susceptibles de perturber l'équilibre musculosquelettique du patient. Nombreux sont alors les éléments traumatiques, opératoires, obstétricaux et psychologiques dont on pourrait envisager la responsabilité initiale. Le lien étant formellement impossible à établir, cette démarche est donc avant tout affaire de convictions personnelles mais l'important est dans tous les cas, d'identifier les muscles hypertoniques dans la région du plancher pelvien, de la région fessière et de la région abdominale et d'en tirer des conséquences thérapeutiques. Si un traitement locorégional est dans tous les cas indispensable, une analyse plus poussée incitera à la recherche d'un trouble de la statique du bassin souvent associé à un trouble de la statique rachidienne.

 

Douleurs myofasciales

Une douleur myofasciale est définie [7

Cliquez ici pour aller à la section Références] par la présence d'un point douloureux gâchette (trigger point) au sein d'un muscle, traduisant une hyperirritabilité du muscle ou de son fascia. Ce point gâchette est considéré comme « actif », c'est-à-dire responsable d'une réaction symptomatique locale et à distance. Cette réaction locale perturbe l'allongement du muscle, contribue à sa faiblesse, génère des douleurs référées et perturbe le bon équilibre musculaire de la région. La douleur myofasciale s'exprime donc par une douleur régionale complexe mais reproductible à l'examen clinique et d'un moment à l'autre dans des schémas assez spécifiques pour chaque muscle impliqué.

Douleur myofasciale n'est donc pas synonyme d'hypertonie musculaire. Les points gâchettes s'accompagnent parfois d'une réaction de spasme musculaire local témoin de l'hyperactivité musculaire mais la plupart du temps, il s'agit simplement de points de sensibilité à la pression.

Les douleurs myofasciales sont très fréquentes, elles toucheraient 40 millions d'Américains [8

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Elles ont un impact économique majeur et seraient très sous-estimées, car associées à de nombreuses pathologies rhumatologiques, notamment les rhumatismes inflammatoires [9

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Dans ces études, cependant les douleurs myofasciales sont souvent regroupées avec les douleurs de la fibromyalgie.

Les trigger points sont souvent constatés dans les douleurs pelviennes et alors localisés au niveau des muscles fessiers profonds, de la paroi abdominale, ou des muscles élévateurs de l'anus [10

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Comme pour l'hypertonie musculaire, le lien de causalité entre ces points douloureux myofasciaux et la présence d'une douleur pelvipérinéale complexe ne pourra être affirmée que par l'épreuve thérapeutique [11

Cliquez ici pour aller à la section Références, 12

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Les points gâchettes des douleurs myofasciales peuvent être une source de difficultés à s'asseoir en raison de douleurs fessières (les points seront alors retrouvés au niveau des muscles fessiers profonds : obturateurs internes et piriformes). La pression des points gâchettes des muscles élévateurs de l'anus ou des obturateurs internes peut également se révéler pendant les rapports sexuels participants aux douleurs sexuelles.

 

Liens entre douleurs myofasciales et fibromyalgie

La fibromyalgie [13

Cliquez ici pour aller à la section Références] est une maladie générale, contrairement au syndrome myofascial, qui n'est qu'une maladie régionale. Les points gâchettes de la fibromyalgie sont bien définis, 18 possibles sont dénombrés et les critères diagnostiques retenus nécessitent la présence de 11 d'entre eux au moins (Figure 1). La fibromyalgie réalise un syndrome douloureux chronique qui s'accompagne fréquemment d'une fatigue générale, de troubles du sommeil, de paresthésies, de céphalées et au cours duquel on peut également noter la présence d'un syndrome du côlon irritable, d'une instabilité vésicale ou d'un syndrome urétral.

 
Figure 1
Figure 1. 

Points sensibles de la fibromyalgie définis par le collège américain de rhumatologie (ACR) en 1999 [14

Cliquez ici pour aller à la section Références] (avec une pression digitale d'une force d'environ 4kg). 1, 2 – occiput : bilatéral, à l'insertion du muscle sous-occipital ; 3, 4 – cervical bas : bilatéral, situé antérieurement en regard des espaces intertransversaires entre C5 et C7 ; 5, 6 – trapèze : bilatéral, au milieu du bord supérieur ; 7, 8 – sus-épineux : bilatéral, à l'insertion au-dessus de l'épine de l'omoplate, près du bord interne ; 9, 10 – seconde côte : bilatéral, à la jonction du second cartilage chondrocostal, juste à côté des jonctions sur les surfaces supérieures ; 11, 12 – épicondyle latéral : bilatéral, à 2 cm de distance des épicondyles ; 13, 14 – fessier : bilatéral, dans le quart supéroexterne de la fesse, dans l'enveloppe antérieure du muscle ; 15, 16 – grand trochanter : bilatéral, au niveau de la proéminence postérieure du trochanter ; 17, 18 – genoux : bilatéral, au niveau du coussinet graisseux de l'interligne interne proximale.

Les points douloureux gâchettes de la fibromyalgie sont plus nombreux mais plus localisés que dans le syndrome myofascial.

Il faut noter que si des points gâchettes sont retenus au niveau fessier, il n'y en a pas au niveau abdominopelvien, ce qui n'exclue pas leur présence surtout si les autres points gâchettes sont retrouvés à l'examen clinique dans d'autres territoires.

 

Douleurs myofasciales dans les pathologies pelvipérinéales

L'hypertonie du plancher pelvien et les douleurs myofasciales sont décrites dans de nombreuses pathologies douloureuses.

 

Dans les prostatites chroniques/Chronic pelvic pain syndrome (CPPS)

Le syndrome de douleur pelvienne chronique de l'homme (CPPS) associe douleur pelvienne et troubles mictionnels. L'examen musculosquelettique systématique de patients porteurs d'un syndrome douloureux pelvien chronique montre des différences nettement significatives par rapport aux patients-témoins non douloureux. On retrouve plus de muscles spasmés ou hypertoniques, des douleurs au toucher rectal, des douleurs provoqués et une hypertonie à la palpation des l'élévateurs de l'anus. [15

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Les points gâchettes sont présents pour peu qu'on les recherche [16

Cliquez ici pour aller à la section Références]. On les retrouve dans un peu plus de 50 % des patients contre 7 % des témoins [17

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Les topographies des douleurs alléguées par les patients ont été corrélées à la topographies des trigger points [18

Cliquez ici pour aller à la section Références], les douleurs sont localisées au niveau de la verge/urètre dans 90 % des cas, du périnée dans 78 % et du rectum dans 71 %, la pression sur les trigger points des élévateurs et des droits de l'abdomens reproduit la douleur de la verge/urètre dans plus de 75 % des cas, la pression sur les trigger points des obliques, reproduit les douleurs suprapubiennes testiculaires et inguinales dans 80 % des cas. Il y a donc des corrélations entre site de la douleur et des points gâchettes, corrélation qui apparaît être de type métamérique.

 

Dans les syndromes douloureux vésicaux

À propos de quatre patients, Doggweiler-Wiygul et Wiygul rapportaient, chez des patients présentant un tableau de douleur vésicale, la constatation de trigger points au niveau des muscles piriformes, obturateurs internes et élévateurs de l'anus mais également au niveau des muscles supra- et infraépineux, avec une amélioration par les techniques rééducatives [12

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Dans les douleurs pelviennes chroniques de la femme

Chez 15 à 34 % des patientes présentant des douleurs pelviennes chroniques, on retrouve des douleurs myofasciales et des trigger points abdominaux [19

Cliquez ici pour aller à la section Références].

La mesure des seuils de pression au niveau des trigger points abdominaux inférieurs des patientes présentant des douleurs pelviennes chroniques montrent une corrélation avec les autres mesures d'intensité de la douleur [20

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Cela pourrait permettre une quantification de ces douleurs myofasciales facilitant l'évaluation clinique des thérapies (après des injections des trigger points, on constate une augmentation de ces seuils de 75 %).

 

Dans les vestibulodynies

Le biofeedback, les techniques d'étirements musculaires ont été proposées dans les vulvodynies et notamment dans les vestibulites vulvaires. La dyspareunie associée est en générale superficielle liée à l'intolérance au contact local mais il existe souvent un vaginisme associé qui peut être en rapport avec une hypertonie des élévateurs mais aussi avec des points gâchettes au niveau des élévateurs de l'anus ou des obturateurs internes réveillés par la pression locale [21

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 

Dans les névralgies pudendales

Dans notre expérience, la prise en charge des patients présentant des névralgies pudendales par 12 à 15 séances de rééducation adaptée permet des améliorations souvent significatives avec 61 % d'amélioration très nette, 11 % d'amélioration nette, 20 % d'amélioration discrète et 8 % d'absence d'amélioration [22

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Ces résultats sont toujours assez spectaculaires et parfois inattendus mais pas toujours durables dans le temps.

 

Dans les proctalgies chroniques

La classification de Rome III de 2006 [23

Cliquez ici pour aller à la section Références] a démembré les troubles fonctionnels digestifs. Le chapitre F est consacré aux troubles fonctionnels anorectaux, le chapitre F2 aux douleurs fonctionnelles anorectales, le sous-chapitre F2a aux proctalgies chroniques comprenant le sous-groupe F2a 1 : syndrome de l'élévateur de l'anus et le groupe F2a 2 : les douleurs fonctionnelles anorectales non spécifiques. En fait, ces deux groupes sont identiques avec pour différence la constatation à l'examen clinique d'une hypertonie des muscles élévateurs de l'anus (hypertonie dont la définition n'est d'ailleurs pas apportée).

Le syndrome de l'élévateur de l'anus est une entité clinique indiscutable. Il s'agit de patients qui se plaignent de douleurs de la région anorectale d'évolution chronique sur plusieurs années. La douleur est comparée à une brûlure et s'accompagne d'une sensation de ténesme intrarectal et parfois intravaginal. Les termes employés par les patients sont souvent très imagés (impressions d'une bête qui ronge, de mouvements musculaires incessants, de grignotements... Elle est en général déclenchée après l'exonération alors qu'il n'y a pas de douleur lors du passage des selles. La station assise est nettement aggravante, la position debout et la marche étant beaucoup mieux supportées, il n'y a pas de douleur en décubitus et pas de réveil nocturne. Il peut s'y associer une constipation terminale. Les critères diagnostiques retenus sont : l'existence d'une douleur ou d'une brûlure rectale chronique ou récurrente, évoluant depuis plus de trois mois dans les 12 derniers mois, par épisodes douloureux durant plus de 20 minutes, sans cause locale évidente et accompagnée d'une contracture des releveurs au toucher rectal avec une douleur à la traction du muscle [24

Cliquez ici pour aller à la section Références]. La cause du syndrome du releveur est inconnue, ce syndrome peut s'associer à des douleurs plus diffuses avec des formes frontières avec les coccygodynies, les névralgies pudendales quand la douleur est retrouvée au niveau du périnée antérieure, avec les syndromes myofasciaux et la fibromyalgie.

La présence d'un spasme des releveurs (62 %), d'une coccygodynie (8 %) ou d'une neuropathie pudendale (24 %) au cours d'une proctalgie chronique n'influence pas le résultat des traitements (électrothérapie, biofeedback ou bloc caudal corticoïdes) [25

Cliquez ici pour aller à la section Références]. L'absence de corrélation entre le traitement et l'étiologie tend à prouver que les causes de la douleur sont multifactorielles et que l'on agit peut-être par ces techniques uniquement sur certaines composantes de la douleur sans pour autant régler le problème étiologique. Finalement, l'élément de confusion majeure est lié au fait que la dénomination du syndrome sous-entend un mécanisme physiopathologique de certitude : c'est l'hypertonie des élévateurs qui est génératrice de ce type de douleur. Plusieurs éléments importants vont contre ce lien de causalité. L'hypertonie des releveurs est au moins aussi souvent absente qu'elle n'est présente dans ce type de douleur. Les patients qui ont d'authentiques névralgies pudendales s'exprimant au niveau du périnée antérieur peuvent aussi avoir une symptomatologie de syndrome du releveur et celle-ci disparaître avec les infiltrations du nerf pudendal ou la chirurgie de libération du nerf pudendal. Les muscles élévateurs sont des muscles fondamentaux pour la continence fécale, ils doivent se relâcher pour faciliter la défécation, ce qui n'est possible qu'en position accroupie ou assise ; en position debout, ils se retendent pour augmenter les mécanismes de continence ; en cas d'hypertonie des releveurs, les patients devraient donc logiquement souffrir en position debout et être soulagés en position assise. Enfin, une étude randomisée utilisant la toxine botulique ou un anesthésique local seul, injectés dans les muscles élévateurs de l'anus n'a pas montré de différence significative sur l'évolution de la douleur entre les deux groupes alors que dans le groupe toxine les pressions endocavitaires diminuaient de façon très significative témoignant de l'efficacité du produit sur le tonus musculaire [26

Cliquez ici pour aller à la section Références]. L'hypertonie musculaire ne semble donc pas être la responsable de la douleur.

 

Physiopathologie

 

Déséquilibre lombopelvifémoral

Pendant la nutation du sacrum, c'est-à-dire l'extension du sacrum dont la face postérieure se porte en haut et en arrière (horizontalisation du sacrum), le diamètre antéropostérieur du détroit inférieur se trouve augmenté, de telle sorte que la distance pubis coccyx augmente également. Le faisceau puborectococcygien de l'élévateur est mis en tension et peut devenir douloureux. Ce mouvement est limité par les freins de la nutation que sont les ligaments sacro-iliaques antérieurs, le ligament sacroépineux et le ligament sacrotubéral. La tension de ces ligaments favorise leur risque de conflit avec le nerf pudendal. Lors des mouvements de nutation du sacrum, le piriforme se trouve également étiré, imposant à ce muscle une contracture réflexe de défense qui augmente le spasme et une éventuelle hypertrophie musculaire. Lors de la nutation, le sacrum entraîne avec lui, en haut et en arrière le coccyx. Ce dernier est maintenu en flexion par le raphé anococcygien, écartant ainsi la partie postérieure de l'articulation sacrococcygienne et les ligaments sacrococcygiens qui peuvent devenir douloureux. La partie antérieure de l'articulation sacrococcygienne se referme venant menacer le nerf coccygien pouvant entraîner des douleurs péricoccygiennes. La face postérieure du sacrum remonte en haut et en arrière lors de la nutation, dans le même temps, le promontoire se déplace en bas et en avant, entraînant avec lui le bassin en antéversion, la lordose lombaire augmente.

Cette hyperlordose lombaire s'installera d'autant plus facilement qu'une hypotonie abdominale éventuelle empêchera le maintien de la ceinture pelvienne favorisant l'antéversion du bassin. Mais cette antéversion peut également être secondaire à une hypertonie du droit fémoral soupçonnée par la constatation d'une douleur de la face antérieure de la cuisse lors de la mise en flexion de la jambe sur la cuisse, patient en décubitus ventral. Le psoas a également une action lordosante et son hypertonie douloureuse peut s'apprécier cliniquement, patient en décubitus ventral, cuisse fléchie à 45°, en enfonçant les doigts, perpendiculairement à la peau, en dedans de la fosse iliaque interne et en dehors de la gaine des grands droits, en direction médiane et lombaire. Cette hyperlordose peut également favoriser un étirement des racines L1, L2, L3, L4 et L5. La contracture du psoas peut également être à l'origine d'un « entrapement » de ces différentes racines expliquant des irradiations douloureuses dans les différents territoires concernés, c'est-à-dire à la face interne ou antérieure de la cuisse, voire même de la jambe.

Le rôle du rachis thoracolombaire est indiscutable dans la genèse de certaines douleurs référées. Ces douleurs rentrent dans le cadre du syndrome décrit par Maigne [27

Cliquez ici pour aller à la section Références] englobant des douleurs pseudoviscérales d'origine vertébrale. La charnière thoracolombaire a un rôle important dans la prise en charge sensitive et végétative de la région inguinolabiale et urétrale. En effet, les métamères sensitifs T12-L1 englobent la région inguinale, la partie antérieure de la vulve et la grande lèvre, l'urètre proximal. Cette charnière thoracolombaire est également à l'origine des fibres sympathiques de la région pelvipérinéale et notamment, des sphincters et de l'urètre. Certaines douleurs sont médiées par le système somatique, d'autres par le système végétatif. On conçoit donc qu'un conflit de la charnière thoracolombaire puisse participer à des douleurs inguinales, urétrales ou vulvaires (syndrome urétral, vestibulite vulvaire).

 

Dysfonctionnement du plancher pelvien ?

Quatre-vingt huit pour cent des patients ayant des douleurs pelvipérinéales chroniques présentent un défaut de relaxation du plancher pelvien, avec un débit mictionnel inférieur à 9,9ml/s chez 62 % des patients, une hypertonie sphinctérienne urétrale (105cm d'eau en moyenne) chez plus de trois-quarts des patients [28

Cliquez ici pour aller à la section Références] sans qu'il existe pour autant d'éléments en faveur d'une véritable pathologie neurologique. Ces dysfonctionnements sont-ils la cause ou la conséquence des douleurs myofasciales ?

Le schéma physiopathologique impliquerait alors les éventuels facteurs inflammatoires vésicaux ou prostatiques dans l'excès de stimulation afférente à la moelle [29

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Le bombardement d'influx afférents favoriserait l'hyperexcitabilité neuronale et sa pérennisation en raison des facteurs de neuroplasticité même une fois éteinte la stimulation initiale. Les réponses réflexes induites expliqueraient le dysfonctionnement du plancher pelvien et les réactions musculaires.

 

Douleurs myofasciales

La pathogénie des trigger points et des douleurs myofasciales est très controversée. De nombreuses théories existent : métabolique, biochimique, dysfonctionnement des plaques motrices et dysfonctionnement neurologique.

 
Un problème musculaire ?

Il est tentant de penser que la découverte de « trigger points » au sein des muscles du plancher pelvien est liée à un problème musculaire primitif ou secondaire.

Les approches neurophysiologiques ont montré que l'activité spontanée électrique des plaques motrices enregistrée par électrodes aiguilles intramusculaires était beaucoup plus élevée au niveau des trigger points que dans les muscles normaux [30

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Il y aurait une corrélation avec un relargage excessif d'acéthylcholine au niveau de ces plaques motrices [31

Cliquez ici pour aller à la section Références] favorisant les contractions musculaires et des réactions ischémiques locales, la sécrétion secondaire de neuropeptides algogènes (histamine, sérotonine, neurokinines...) à l'origine d'une stimulation des nocicepteurs, de contractions musculaires réflexes etc [19

Cliquez ici pour aller à la section Références].

Les effets de la physiothérapie et la positivité des infiltrations locales d'anesthésiques réalisés au niveau des points gâchettes seraient des éléments en faveur du rôle des contractures musculaires dans les douleurs myofasciales. Mais quel est le réel mode d'action de ces techniques dont l'effet est retrouvé dans toutes les publications ? Les études cliniques ne vont pas dans le sens de la responsabilité de l'hypertonie musculaire puisque plusieurs études montrent qu'il n'y a pas de supériorité nette à l'utilisation de la toxine botulique par rapport aux anesthésiques locaux, ou aux corticoïdes [32

Cliquez ici pour aller à la section Références, 33

Cliquez ici pour aller à la section Références] et même que cette technique ne peut être conseillée dans les douleurs myofasciales en raison de son faible intérêt médicoéconomique [34

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
L'importance d'un dysfonctionnement central

 
Trigger points favorisant l'hypersensibilisation centrale ?

L'effet des infiltrations anesthésiques des points gâchettes peut aussi être lié à un effet de blocage des afférents sensoriels diminuant le bombardement d'influx au niveau des cornes postérieures de la moelle et limitant l'hyperexcitabilité neuronale médullaire et sa pérennisation du fait de la neuroplasticité [35

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Trigger points témoins d'une hypersensibilisation centrale ?

Les hypothèses les plus récentes considèrent que les points gâchettes ne seraient que l'expression clinique de l'hypersensibilisation centrale et que celle-ci est induite et entretenue par n'importe quel facteur de stimulation périphérique, situé en général dans le même segment métamérique quelqu'en soit la nature.

La neuro-imagerie corticale montre que les zones activées dans les douleurs myofasciales sont les mêmes que celles constatées dans toutes les hyperalgésies quelqu'en soit l'origine [36

Cliquez ici pour aller à la section Références, 37

Cliquez ici pour aller à la section Références].

En ce qui concerne les douleurs pelvipérinéales, les points gâchettes retrouvées au niveau régional ne seraient donc que le témoin de l'hypersensibilisation centrale associée à la chronicité des douleurs, au même titre que l'hypersensibilisation vésicale ou digestive. La découverte de ces points gâchettes (éventuellement latents) doit, donc, faire considérer qu'il y a des patients qui ont une tendance à l'hypersensibilisation au moins régionale et qu'il convient d'être prudent dans tous les gestes locaux d'exploration ou de chirurgie qui peuvent alors être source de décompensation et, par exemple, de réactivation de douleurs postopératoires. La plus grande fréquence de douleurs après mise en place des bandelettes transobturatrices par rapport à celle des bandelettes sous-urétrales pourrait être en rapport avec le passage transmusculaire au sein du muscle obturateur interne, il paraît donc raisonnable de dépister des points gâchettes obturateurs internes avant de proposer ce type de chirurgie.

 

Conclusions

Les douleurs musculosquelettiques sont souvent associées aux douleurs pelvipérinéales chroniques et souvent sous-estimées. Elles ne seront pas exprimées spontanément par les patients et doivent donc être recherchées par l'examen clinique. Elles peuvent être la seule explication à une douleur pelvienne chronique ou peuvent être associées à des tableaux plus habituels.

Elles peuvent être en rapport avec un déséquilibre lombopelvifémoral et doivent faire rechercher des dérangements intervertébraux mineurs de la région thoracique inférieure ou thoracolombaire à l'origine de douleurs projetées.

Il peut s'agir de douleurs myofasciales en rapport avec la présence de points gâchettes musculaires (trigger points) dont l'explication pathogénique reste encore assez floue mais qui pourrait n'être que le témoin d'une hypersensibilisation centrale.

 

Conflit d'intérêt

Aucun.

   

 

 
 
 

Références

 

Messelink B., Benson T., Berghmans B., et al. Standardization of terminology of pelvic floor muscle function and dysfunction: report from the pelvic floor clinical assessment group of the international continence society Neurourol Urodyn 2005 ;  24 : 374-380 [cross-ref]
 
Abrams P., Cardozo L., Fall M., et al. The standardisation of terminology of lower urinary tract function: report from the Standardisation Subcommittee of the international continence society Neurourol Urodyn 2002 ;  21 : 167-178 [cross-ref]
 
Anderson R.U., Wise D., Sawyer T., Chan C. Integration of myofascial trigger point release and paradoxical relaxation training treatment of chronic pelvic pain in men J Urol 2005 ;  174 : 155-160 [cross-ref]
 
Amarenco G. Évaluation de l'hypertonie périnéale en urologie L'hypertonie périnéale Paris: DaTeBe (2004).  35-40
 
Galaup J.P., Lapray J.F. Évaluation de l'hypertonie périnéale en coloproctologie L'hypertonie périnéale Paris: DaTeBe (2004).  41-62
 
Fatton B. Hypertonie périnéale et sexualité L'hypertonie périnéale Paris: DaTeBe (2004).  135-138
 
Travell JG, Simons DG. Myofascial pain and dysfunction: the trigger point manual. Baltimore, Williams & Wilkins:1983.
 
Wheeler A.H. Myofascial pain disorders: theory to therapy Drugs 2004 ;  64 : 45-62 [cross-ref]
 
Bennett R. Myofascial pain syndromes and their evaluation Best Pract Res Clin Rheumatol 2007 ;  21 : 427-445 [cross-ref]
 
Slocumb J.C. Neurological factors in chronic pelvic pain: trigger points and the abdominal pelvic pain syndrome Am J Obstet Gynecol 1984 ;  149 : 536-543
 
Weiss J.M. Pelvic floor myofascial trigger points: manual therapy for interstitial cystitis and the urgency-frequency syndrome J Urol 2001 ;  166 : 2226-2231 [cross-ref]
 
Doggweiler-Wiygul R., Wiygul J.P. Interstitial cystitis, pelvic pain, and the relationship to myofascial pain and dysfunction: a report on four patients World J Urol 2002 ;  20 : 310-314
 
Maquet D., Croisier J.L., Crielaard J.M. Le point sur la fibromyalgie Ann Readapt Med Phys 2001 ;  44 : 316-325 [inter-ref]
 
Wolfe F., Smythe H.A., Yunus M.B., et al. The American College of rheumatology 1990 criteria for the classification of fibromyalgia. Report of the multicenter criteria committee Arthritis Rheum 1990 ;  33 : 160-172 [cross-ref]
 
Hetrick D.C., Ciol M.A., Rothman I., Turner J.A., Frest M., Berger R.E. Musculoskeletal dysfunction in men with chronic pelvic pain syndrome type III: a case-control study J Urol 2003 ;  170 : 828-831 [cross-ref]
 
Potts J., Payne R.E. Prostatitis: infection, neuromuscular disorder, or pain syndrome? Proper patient classification is key Cleve Clin J Med 2007 ;  74 (Suppl. 3) : S63-71
 
Shoskes D.A., Berger R., Elmi A., Landis J.R., Propert K.J., Zeitlin S. Muscle tenderness in men with chronic prostatitis/chronic pelvic pain syndrome: the chronic prostatitis cohort study J Urol 2008 ;  179 : 556-560 [cross-ref]
 
Anderson R.U., Sawyer T., Wise D., Morey A., Nathanson B.H. Painful myofascial trigger points and pain sites in men with chronic prostatitis/chronic pelvic pain syndrome J Urol 2009 ;  182 : 2753-2758 [cross-ref]
 
Montenegro M.L., Gomide L.B., Mateus-Vasconcelos E.L., et al. Abdominal myofascial pain syndrome must be considered in the differential diagnosis of chronic pelvic pain Eur J Obstet Gynecol Reprod Biol 2009 ;  147 : 21-24 [cross-ref]
 
Fenton B.W., Palmieri P.A., Durner C., Fanning J. Quantification of abdominal wall pain using pain pressure threshold algometry in patients with chronic pelvic pain Clin J Pain 2009 ;  25 : 500-505 [cross-ref]
 
Glazer H.I., Rodke G.G., Swencionis C., Hertz R., AW Y Treatment of vulvar vestibulitis syndrome with electromyographic biofeedback of pelvic floor musculature J Reprod Med 1995 ;  40 : 283-290
 
Labat J.J., Guérineau M. Hypertonie périnéale et douleur : physiopathologie et traitement L'hypertonie périnéale Paris: DaTeBe (2004).  139-152
 
Bharucha A.E., Wald A., Enck P., Rao S. Functional anorectal disorders Gastroenterology 2006 ;  130 : 1510-1518 [cross-ref]
 
Bauer P. Douleur anopérinéales chroniques, diagnostic et stratégie d'exploration J Chir (Paris) 2004 ;  141 : 225-231 [inter-ref]
 
Ger G.C., Wexner S.D., Jorge J.M., et al. Evaluation and treatment of chronic intractable rectal pain – a frustrating endeavor Dis Colon Rectum 1993 ;  36 : 139-145 [cross-ref]
 
Jarvis S.K., Abbott J.A., Lenart M.B., Steensma A., Vancaillie T.G. Pilot study of botulinum toxin type A in the treatment of chronic pelvic pain associated with spasm of the levator animuscles Aust N Z J Obstet Gynaecol 2004 ;  44 : 46-50 [cross-ref]
 
Maigne R. Le syndrome de la jonction dorsolombaire. Douleur lombaire basse, douleur pseudoviscérale, pseudodouleur de hanche et pseudodouleur pubienne Sem Hop 1981 ;  57 : 545-554
 
Zermann D.H., Ishigooka M., Doggweiler R., Schmidt R.A. Neurourological insights into the etiology of genitourinary pain in men J Urol 1999 ;  161 : 903-908 [cross-ref]
 
Ishigooka M., Zermann D.H., Doggweller R., Schmidt R.A. Similarity of distributions of spinal C-fos and plasma extravasation after acute chemical irritation of the bladder and the prostate J Urol 2000 ;  164 (5) : 1751-1756 [cross-ref]
 
Partanen J.V., Ojala T.A., Arokoski J.P. Myofascial syndrome and pain: a neurophysiological approach Pathophysiology 2010 ;  17 : 19-28 [cross-ref]
 
Hong C.Z., Simons D.G. Pathophysiologic and electrophysiologic mechanisms of myofascial trigger points Arch Phys Med Rehabil 1998 ;  79 : 863-872 [cross-ref]
 
Porta M. A comparative trial of botulinum toxin type A and methylprednisolone for the treatment of myofascial pain syndrome and pain from chronic muscle spasm Pain 2000 ;  85 : 101-105 [cross-ref]
 
Graboski C.L., Gray D.S., Burnham R.S. Botulinum toxin A versus bupivacaine trigger point injections for the treatment of myofascial pain syndrome: a randomised double-blind crossover study Pain 2005 ;  118 : 170-175 [cross-ref]
 
Ferrante F.M., Bearn L., Rothrock R., King L. Evidence against trigger point injection technique for the treatment of cervicothoracic myofascial pain with botulinum toxin type A Anesthesiology 2005 ;  103 : 377-383 [cross-ref]
 
Zermann D.H., Ishigooka M., Doggweiler R., Schmidt R.A. Postoperative chronic pain and bladder dysfunction: windup and neuronal plasticity – do we need a more neurological approach in pelvic surgery? J Urol 1998 ;  160 : 102-105 [cross-ref]
 
Niddam D.M., Chan R.C., Lee S.H., Yeh T.C., Hsieh J.C. Central representation of hyperalgesia from myofascial trigger point Neuroimage 2008 ;  39 : 1299-1306 [cross-ref]
 
Niddam DM Brain manifestation and modulation of pain from myofascial trigger points Curr Pain Headache Rep 2009 ;  13 : 370-375 [cross-ref]
 
   
 
 
   

 

© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.