Approche symptomatique des douleurs sexuelles chroniques

25 novembre 2010

Auteurs : L. Sibert, A. Safsaf, J. Rigaud, D. Delavierre, J.-J. Labat
Référence : Prog Urol, 2010, 12, 20, 967-972

But

Colliger les principaux éléments cliniques et étiopathogéniques à prendre en compte dans l’analyse de l’ensemble des douleurs chroniques de siège pelvi-périnéal associées à une activité sexuelle, aussi bien chez l’homme que chez la femme.

Sujets et méthodes

Étude des articles et des conférences de consensus publiés sur le thème dans la base de donnée Medline (PubMed), et sélectionnés en fonction de leur pertinence scientifique.

Résultats

Chez la femme, seule la dyspareunie a fait l’objet d’une définition consensuelle. La dyspareunie profonde doit faire rechercher une pathologie organique des organes pelviens, une endométriose, un syndrome de vessie douloureuse, des adhérences. La dyspareunie superficielle peut entrer dans le cadre d’une vestibulodynie provoquée. Le vaginisme peut être en rapport avec une pathologie locale mais aussi témoigner d’un excès de nociception. Chez l’homme, une douleur à l’éjaculation doit faire éliminer une pathologie locale urologique. Elle peut être aussi d’origine iatrogène ou s’intégrer dans le cadre d’un syndrome douloureux pelvien chronique. Bien que peu documentées, d’autres douleurs pelvi-périnéales provoquées ou non par les rapports sexuels existent chez l’homme.

Conclusion

Le bilan de ces dysfonctions sexuelles repose avant tout sur l’interrogatoire et l’examen clinique. En l’absence d’affections organiques qui doivent être systématiquement dépistées, ces douleurs entrent dans le cadre de pathologies fonctionnelles. Elles imposent alors une démarche clinique globale prenant en compte tous les aspects de la douleur, y compris émotionnels.

   
 
 

 

 

Introduction

Les douleurs sexuelles comprennent l'ensemble des douleurs, de siège pelvi-périnéal ou non, associées à une activité sexuelle. Il n'en existe aucune définition reconnue. Parmi les douleurs sexuelles pelvi-périnéales, seule la dyspareunie a fait l'objet d'une définition consensuelle. Il s'agit d'une douleur génitale associée à un rapport sexuel. Habituellement décrite et individualisée chez la femme, la dyspareunie peut également concerner l'homme.

Cependant, cette définition est trop restrictive car les douleurs sexuelles pelvi-périnéales chroniques dépassent largement le cadre des douleurs de siège uniquement génital et uniquement liés aux rapports sexuels. Cet article envisage l'ensemble des douleurs chroniques de siège pelvi-périnéal associées à une activité sexuelle, aussi bien chez l'homme que chez la femme. L'objectif principal est de lister les principaux éléments cliniques et étiopathogéniques à prendre en compte dans l'analyse de ces douleurs.

 

Douleurs pelvi-périnéales sexuelles chez la femme

 

Dyspareunie

La dyspareunie a été définie en 2003 par un groupe d'experts comme une douleur génitale persistante ou récurrente associée à un rapport sexuel [1

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Chez la femme cette dyspareunie peut être profonde ou superficielle.

 
Les éléments importants du bilan sont communs à toutes les dyspareunies

Le bilan est essentiellement clinique :

l'interrogatoire patient et minutieux doit préciser : le siège des douleurs, superficiel, vulvaire, localisé ou généralisé, pelvien, médian ou latéralisé ; son mode de déclenchement (contact, mouvements, positions) ; son intensité, autorisant ou non l'intromission, inhibant ou non l'orgasme ; sa chronologie : au début, tout au long ou seulement en fin de rapport sexuel ; son caractère intermittent ou permanent ; les éventuels facteurs déclenchant et les signes associés (troubles urinaires du bas appareil, douleurs digestives). L'appréciation de son retentissement psychosocial est un élément capital pour évaluer la sévérité de la douleur ;
l'examen physique, méthodique et progressif pelvien est une aide précieuse au diagnostic étiopathogénique et comprend la palpation abdominale à la recherche de masses et de cicatrices, la palpation des aires inguinales. L'examen doux mais complet de la vulve doit déployer parfaitement à la vue les grandes lèvres, le vestibule, l'orifice vaginal, le bas vagin. Le test du coton tige consistant à effleurer la muqueuse vestibulaire avec un coton tige permet une cartographie douloureuse. La mise en place d'un spéculum permet d'inspecter le col utérin et le vagin dans sa totalité. Le toucher vaginal permet la palpation des parois latérales du vagin, du col utérin, des annexes, de la paroi urétrale ;
les examens complémentaires, au premier rang desquels, l'échographie pelvienne sus-pubienne, l'échographie endovaginale, la culture urinaire, les prélèvements bactériologiques d'un écoulement vulvaire ou vaginal sont modulés en fonction des symptômes et des données de l'examen clinique.

 
Dyspareunie profonde

 
Critères diagnostiques

La dyspareunie profonde est une douleur pelvienne ou du fond vaginal associé à un rapport sexuel et déclenchée par une pénétration vaginale profonde. Il s'agit bien de douleurs abdomino-pelviennes qui n'intéressent pas la vulve ou l'introïtus.

 
Étiopathogénie

L'étiopathogénie comprend :

un certain nombre d'anomalies pathologiques pelviennes sont source ou accompagnent une dyspareunie profonde et doivent être recherchées d'emblée : infections génitales hautes (salpingite, cervicite, endométrite, annexite), hyper mobilité utérine du post-partum par déchirure de la face postérieure du ligament large (syndrome de Masters et Allen) [2], fibrome utérin, tumeur ovarienne, urétrites et cystites bactériennes, pathologies digestives inflammatoires et syndrome du côlon irritable, hémorroïdes ;
endométriose : la dyspareunie profonde est une des manifestations douloureuses les plus fréquentes associées à l'endométriose. Elle est corrélée à une atteinte endométriosique des ligaments utéro-sacrés [3, 4]. Trois mécanismes principaux seraient à l'origine des douleurs : l'inflammation, l'infiltration nerveuse et les adhérences. L'intensité des douleurs est corrélée avec l'importance de l'envahissement nerveux et les nodules d'endométriose sont associés à une expression du nerve growth factor (NGF) plus élevée quand celle-ci est profonde [5]. Cela expliquerait que les nodules situés dans les zones les plus richement innervées comme les régions utéro-sacrées et recto-vaginales soient à l'origine des douleurs plus importantes [6]. L'élément déclenchant de la douleur pendant les rapports serait la mise en tension des ligaments utéro-sacrés infiltrés. Le mécanisme incriminé serait en rapport avec une infiltration en profondeur avec atteinte nerveuse et périnerveuse [5]. Le caractère bilatéral de l'atteinte ligamentaire ne semble pas avoir d'influence sur la sévérité des douleurs [4] ;
les adhérences pelviennes, inflammatoires endométriosiques ou post-chirurgicales, péri-ovariennes ou dans le cul-de-sac vaginal, peuvent être en cause en cas de dyspareunie profonde. En cas d'endométriose, les phénomènes inflammatoires répétés conduisent à un tissu cicatriciel de développement sous-péritonéal, capable de réaliser des infiltrations et des encapsulements péri et endonerveux responsables de douleurs profondes chroniques [3, 5]. Après chirurgie, les défects péritonéaux dus à l'exérèse chirurgicale des implants sont des facteurs favorisant la formation des adhérences denses et vasculaires qui participent aux phénomènes douloureux chroniques [7]. En l'absence d'endométriose et de rétroversion utérine, le rôle de ces adhérences dans le mécanisme d'une dyspareunie profonde reste cependant controversé [8] ;
la cystite interstitielle ou syndrome de la vessie douloureuse est fréquemment associée à une dyspareunie profonde [9, 10]. L'association cystite interstitielle – endométriose est fréquente et évoque des mécanismes communs d'hypersensibilisation à la douleur. L'existence d'une dyspareunie profonde chez les patientes souffrant de cystite interstitielle doit faire éliminer une endométriose ;
le syndrome de congestion pelvienne est lié à l'existence d'une dilatation des veines ovariennes et utérines [11]. Les douleurs seraient liées à la stase veineuse. Bien que la responsabilité d'une congestion veineuse pelvienne à l'origine d'une douleur pelvienne reste discutée [12], cette hypothèse n'est pas à méconnaître en cas de dyspareunie profonde positionnelle surtout post coïtale ;
fibromyalgie : lorsqu'il n'y a aucune anomalie pelvienne évidente, la dyspareunie peut être la traduction d'un spasme musculaire local témoin d'une hyperactivité musculaire du releveur de l'anus [13].

 
Dyspareunie superficielle

 
Critères diagnostiques

La dyspareunie superficielle est une douleur de siège superficiel, orificiel, vulvaire ou vulvo-vaginal associée à un rapport sexuel et déclenché dès l'intromission du pénis. La dyspareunie superficielle peut entrer dans le cadre de la vestibulodynie provoquée [14

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Étiopathogénie

L'étiopathogénie comprend :

les vulvo-vaginites infectieuses, mycosiques ou parasitaires sont la cause de la majorité des dyspareunies orificielles ;
les affections dermatologiques vulvaires telles que lichen scléreux vulvaire, lichen plan, maladie de bowen, papulose bowenoïde sont des causes classiques ;
un certain nombre de facteurs iatrogènes doivent être dépistés : toilettes ou irrigations vaginales répétées, utilisation intempestive de tampons périodiques en dehors des périodes de menstruations, prise de certains médicaments hypotenseurs ou psychotropes qui induisent une sécheresse vaginale par hyperprolactinémie ;
des maladies générales telles que le diabète, les neuropathies périphériques, les états dépressifs peuvent être source de dyspareunies superficielles ;
toutes les causes de carence oestrogénique entraînent une sécheresse et une atrophie vulvo-vaginale, au premier rang desquelles, l'atrophie physiologique post-ménopausique ;
la réfection des déchirures obstétricales du périnée et des épisiotomies peut se compliquer de cicatrices scléreuses, voire rétractiles. Peut également survenir une sténose de l'orifice vaginal. Lors d'une cure de prolapsus, une colpopérinéorraphie postérieure trop marquée peut entraîner un rétrécissement de l'orifice vaginal ;
certaines malformations congénitales, comme les cloisons vaginales peuvent se révéler à l'occasion de dyspareunies superficielles ;
les affections urologiques, comme les infections urinaires basses ou la cystite interstitielle ou syndrome de la vessie douloureuse peuvent entraîner des douleurs génitales lors des rapports ;
douleur d'origine neurogène : outre la névralgie pudendale, l'atteinte du nerf ilio-inguinal souvent liée à un traumatisme opératoire ou une fibrose post-chirurgicale peut entraîner une dyspareunie d'intromission. Les causes psychologiques (syndromes dépressifs, conflits conjugaux, états névrotiques, traumatismes sexuels) ne sont pas à négliger. Il convient néanmoins de toujours rechercher un facteur organique pour entreprendre un traitement adapté ;
par ailleurs, toutes les autres causes de vulvodynies peuvent entraîner une dyspareunie superficielle.

 

Vaginisme

 
Critères diagnostiques

Il ne s'agit pas d'une douleur au sens strict du terme. Le vaginisme est défini par la difficulté persistante ou récidivante de la patiente de permettre l'intromission du pénis, d'un doigt et/ou de tout autre objet au niveau de l'introïtus vaginal, malgré le désir de rapport sexuel. Cette difficulté est associée à une attitude d'évitement des rapports, une anticipation et une crainte des douleurs [15

Cliquez ici pour aller à la section Références, 16

Cliquez ici pour aller à la section Références, 17

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Les éléments importants du bilan

Les éléments importants du bilan sont :

à l'interrogatoire, il est important d'en préciser la localisation et le mode de survenue exacte, ainsi que le retentissement sur la vie sexuelle et le retentissement psychosocial. ;
l'examen physique est recommandé dans tous les cas, il doit être réalisé de façon pédagogique, progressive, avec tact, en rassurant au maximum la patiente, compte tenu de sa crainte de la douleur. Il permet le diagnostic différentiel avec les autres formes de dyspareunie et la vulvodynie en identifiant les facteurs déclenchant et en localisant la zone gâchette responsable de la contraction musculaire. Bien mené, il peut participer à la prise en charge thérapeutique [17].

 
Étiopathogénie

Le vaginisme est une contraction involontaire et insurmontable des muscles releveurs de l'anus qui enserrent la partie basse du vagin et plus globalement des muscles de l'étage périnéal antérieur, s'opposant ainsi à toute pénétration [17

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Bien que le contexte psychologique ne soit pas à négliger, cette contraction musculaire peut être réactionnelle à des traumatismes obstétricaux ou survenus dans l'enfance, en rapport avec une pathologie régionale (cystite interstitielle ou syndrome de la vessie douloureuse, endométriose, syndrome du côlon irritable) qui doivent être recherchés. Elle peut également témoigner d'un phénomène d'hypersensibilisation avec excès de nociception.

 

Douleurs pelvi-périnéales sexuelles chez l'homme

 

Éjaculation douloureuse

 
Critères diagnostiques

Il n'existe pas de définition consensuelle. Il s'agit d'une douleur pelvi-périnéale déclenchée par l'éjaculation ou l'orgasme, qu'il y ait un rapport sexuel ou non. Elle présente une très grande variabilité dans sa localisation, son délai de survenue et sa durée. La douleur se situe au niveau pénien dans plus de deux cas sur trois, viennent ensuite le rectum (24 à 8 %), le testicule (12 %) ou l'abdomen (9 à 4 %) [18

Cliquez ici pour aller à la section Références, 19

Cliquez ici pour aller à la section Références]. La douleur survient le plus souvent après l'éjaculation et le délai de survenue varie de quelques secondes à deux jours après l'éjaculation [20

Cliquez ici pour aller à la section Références]. La durée de la douleur est variable. Elle est de moins d'uneminute chez 32 à 55 % des patients, entre une à cinqminutes chez une patient sur trois à 52 %, plus de cinqminutes chez 12 % des patients. Quatre pour cent des patients interrogés décrivent une douleur supérieure à 15minutes [18

Cliquez ici pour aller à la section Références]. L'intensité de la douleur est également variable, allant d'un simple inconfort transitoire à une douleur sévère entraînant une attitude d'évitement des rapports pendant plusieurs mois [20

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Ce type de symptôme surviendrait plus particulièrement chez des patients jeunes, présentant des difficultés intellectuelles et physiques, célibataires et avec de faibles revenus. Il n'y a pas de corrélation avec l'âge des premiers rapports et le nombre de partenaires [21

Cliquez ici pour aller à la section Références].

 
Les éléments importants du bilan

Les éléments imporatants du bilan sont :

le bilan a pour but d'éliminer les pathologies locales urologiques, notamment les causes infectieuses et les anomalies organiques du bas appareil urinaire telles une hypertrophie bénigne de la prostate (HBP), une sténose urétrale, une maladie du col. Il comprend au minimum un bilan urologique de base centré sur l'examen clinique de l'appareil uro-génital avec toucher rectal et du pelvis ;
il n'existe pas de niveaux de preuve et de recommandations spécifiques concernant la stratégie des investigations complémentaires dans ce cadre. Il est logique de conseiller en première intention la réalisation d'un examen cytobactériologique des urines avec étude du premier jet (recherche des mycoplasmes génitaux et du chlamydiae trachomatis par PCR) et du deuxième jet pour éliminer une infection urinaire basse, une urétrite à germes sexuellement transmissibles et à germes banals. Le prélèvement fractionné des urines avant et après massage prostatique selon la technique simplifiée décrite par Nickel est utile dans le diagnostic positif d'une prostatite chronique bactérienne et à ce titre, il peut être justifié dans le bilan d'un syndrome douloureux pelvien chronique [22]. L'examen échographique de l'appareil urinaire est de réalisation simple et peu couteuse et a sa place pour éliminer une pathologie urologique. L'échographie vésicale sus-pubienne pré et post-mictionnelle permet d'avoir une estimation correcte de la vidange vésicale et de l'absence de pathologie intravésicale. L'échographie endorectale n'a pas d'indications bien établies dans le bilan des douleurs pelvi-périnéales sexuelles et du syndrome douloureux pelvien chronique. Elle peut permettre de dépister facilement un certain nombre d'affections potentiellement curables telles que des abcès prostatiques, des kystes centro-prostatiques compressifs, une dilatation des canaux éjaculateurs.

Toutes les autres investigations complémentaires doivent être considérées comme optionnelles et sont à discuter en fonction du contexte clinique. Notamment, la réalisation systématique d'une spermoculture est controversée. Ainsi, dans le cadre d'une prostatite chronique bactérienne, la spermoculture n'est positive (>103/ml) que dans 50 % des cas et n'est donc pas suffisante à elle seule pour confirmer le diagnostic [23

Cliquez ici pour aller à la section Références, 24

Cliquez ici pour aller à la section Références]. En cas de syndrome douloureux pelvien chronique, la présence d'une quantité anormale de leucocytes dans le sperme ne semble pas plus fréquente que chez les sujets asymptomatiques [25

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Par ailleurs et bien que certaines études aient retrouvé une corrélation entre l'existence d'une infection du sperme et la présence d'un syndrome douloureux pelvien chronique [26

Cliquez ici pour aller à la section Références], le rôle de l'infection du sperme dans la pathogénie et la symptomatologie du syndrome douloureux pelvien chronique n'est pas clairement établi. En pratique, s'il est logique d'envisager une spermoculture dans le bilan d'une éjaculation douloureuse pour éliminer une pathologie infectieuse locale, il faut savoir que sa rentabilité est limitée. Elle permet de proposer un traitement antibiotique à titre de test thérapeutique dans 50 % des cas seulement. Son utilité est plus certaine dans le cadre particulier d'un bilan d'infertilité masculine chez les patients qui présentent des symptômes évocateurs de syndrome douloureux pelvien chronique.

 
Étiopathogénie

L'étiopathogénie comprend :

après prostatectomie radicale, les douleurs déclenchées par l'orgasme seraient dues à un spasme de l'anastomose vésico-urétrale ou une hypertonie des muscles du plancher pelvien. L'amélioration des symptômes observée après la prise de tamsulosine apporte des arguments pour ce mécanisme [18] ;
l'obstruction lithiasique des canaux éjaculateurs peut être à l'origine d'éjaculations douloureuses [27] ;
les médicaments antidépresseurs de la famille des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, des inhibiteurs de la recapture de la noradrénaline, des antidépresseurs tricycliques peuvent avoir comme effet secondaire des douleurs éjaculatoires. Le mécanisme incriminé serait une perturbation de l'action des récepteurs alpha 1 adrénergiques qui interviennent dans la coordination des contractions des muscles lisses habituellement mis en jeu lors de l'éjaculation. La traduction clinique serait la survenue de contractions spastiques douloureuses des muscles du plancher pelvien au moment de l'orgasme [28] ;
les patients souffrant de syndrome douloureux pelvien chronique et de névralgie pudendale décrivent plus fréquemment des douleurs à l'éjaculation. [29, 30]. Parmi ces patients, il a été démontré que ceux qui souffraient de douleurs persistantes lors des éjaculations avaient en règle générale une symptomatologie beaucoup plus sévère et durable comparativement aux patients porteurs d'un syndrome douloureux pelvien chronique seul [21] ;
l'absence d'étiologie organique ou iatrogène évidente doit faire rechercher des manifestations cliniques témoignant d'une hypersensibilité, tels que des points gâchettes au niveau des muscles de la paroi abdominale, du périnée ou de la partie profonde des fesses, d'authentiques troubles vasomoteurs (testicule « bouillant », fesse froide), des aspects érythémateux ou inflammatoires constatés à l'examen de la vulve, des bourses, avec une augmentation lors des « efforts » (remplissage vésical, rectal, dyspareunie profonde). En effet, les douleurs pelvi-périnéales chroniques, sexuelles ou non, ne doivent plus être considérées comme des symptômes uniquement en rapport avec une pathologie d'organe mais peuvent témoigner de dysfonctionnement de la régulation des messages douloureux du pelvis et du périnée et débordent largement d'une systématisation organique ou neurologique.

 

Les autres douleurs pelvi-périnéales sexuelles de l'homme

Bien qu'il existe très peu de données disponibles sur le sujet, l'homme peut avoir des douleurs pelvi-périnéales, provoquées ou non par les rapports sexuels et différentes des éjaculations douloureuses. Ainsi, dans une enquête épidémiologique monocentrique portant sur 183 patients consultants pour des douleurs pelvi-périnéales sexuelles, 40,5 % présentaient une maladie de Lapeyronie, 27 % des douleurs de verge en rapport avec des lésions post-traumatiques (rupture du frein, érosions cutanées balano-préputiales, fracture des corps caverneux méconnue), 15 % des lésions dermatologiques (lichen scléro-atrophique, balanite chronique, lymphangite dorsale), 6,5 % des douleurs provoquées par des anomalies anatomiques de la verge (phimosis, courbure ventrale), 5,5 % des douleurs de la verge après chirurgie (implants péniens, posthectomie, section du frein) [31

Cliquez ici pour aller à la section Références]. Ces éléments soulignent l'importance de l'interrogatoire et de l'examen physique dans le bilan de douleurs sexuelles.

 

Conclusion

La dyspareunie, féminine ou masculine, ne résume pas les douleurs pelvi-périnéales sexuelles. Ces dysfonctions sexuelles affectent significativement la qualité de vie et sont la source de difficultés psycho-sociales et relationnelles. Leur bilan repose avant tout sur l'interrogatoire et l'examen clinique. Ces douleurs doivent être considérées jusqu'à preuve du contraire comme des manifestations cliniques d'affections organiques qui doivent être connues et systématiquement dépistées. En l'absence d'affections organiques, ces douleurs entrent dans le cadre de pathologies fonctionnelles. Elles imposent alors une démarche clinique globale prenant en compte tous les aspects de la douleur, y compris émotionnels.

 

Conflit d'intérêt

Aucun.

 
Remerciements

Les auteurs remercient le Docteur Emeric Lacarrière pour son aide à la traduction en anglais du résumé.

   

 

 
 
 

Références

 

Basson R., Leiblum S., Brotto L., Derogatis L., Fourcroy J., Fugl-Meyer K., et al. Definitions of women's sexual dysfunction reconsidered: advocating expansion and revision J Psychosom Obstet Gynaecol 2003 ;  24 : 221-229 [cross-ref]
 
Allen W.M., Masters W.H. Traumatic laceration of uterine support Am J Obstet Gynecol 1955 ;  70 : 500-513
 
Fauconnier A., Chapron C., Dubuisson J.B., Vieira M., Dousset B., Bréart G. Relation between pain symptoms and the anatomic location of deep infiltrating endometriosis Fertil Steril 2002 ;  78 : 719-726 [cross-ref]
 
Ferrero S., Esposito F., Abbamonte L.H., Anserini P., Remorgida V., Ragni N. Quality of sex life in women with endometriosis and deep dyspareunia Fertil Steril 2005 ;  83 : 573-579 [cross-ref]
 
Anaf V., Simon P., El Nakadi I., Fayt I., Simonart T., Buxant F., et al. Hyperalgesia, nerve infiltration and nerve growth factor expression in deep adenomyotic nodules, peritoneal and ovarian endometriosis Hum Reprod 2002 ;  17 : 1895-1900 [cross-ref]
 
Ferrero S., Abbamonte L.H., Giordano M., Ragni N., Remorgida V. Deep dyspareunia and sex life after laparoscopic excision of endometriosis Hum Reprod 2007 ;  22 : 1142-1148 [cross-ref]
 
Porpora M.G., Pallante D., Ferro A., Crisafi B., Bellati F., Benedetti Panici P. Pain and ovarian endometrioma recurrence after laparoscopic treatment of endometriosis: a long-term prospective study Fertil Steril 2010 ;  93 : 716-721 [cross-ref]
 
Morris E., Mukhopadhyay S. Dyspareunia in gynaecological practise Curr Obstet Gynecol 2006 ;  16 : 226-233 [cross-ref]
 
Parsons C.L., Dell J., Stanford E.J., Bullen M., Kahn B.S., Waxell T., et al. Increased prevalence of interstitial cystitis: previously unrecognized urologic and gynaecologic cases identified using a new symptom questionnaire and intravesical potassium sensitivity Urology 2002 ;  60 : 573-578 [cross-ref]
 
Ferrero S., Ragni N., Remorgida V. Deep dyspareunia: causes, treatments, and results Curr Opin Obstet Gynecol 2008 ;  20 : 394-399 [cross-ref]
 
Beard R.W., Reginald P.W., Wadsworth J. Clinical features of women with chronic lower abdominal pain and pelvic congestion Br J Obstet Gynaecol 1988 ;  95 : 153-161 [cross-ref]
 
Stones R.W. Pelvic vascular congestion-half a century later Clin Obstet Gynecol 2003 ;  46 : 831-836 [cross-ref]
 
DeLancey J.O., Sampselle C.M., Punch M.R. Kegel dyspareunia: levator ani myalgia caused by overexertion Obstet Gynecol 1993 ;  82 (4 (Pt 2 Suppl.)) : 658-659 [cross-ref]
 
Labat JJ, Rigaud J, Sibert L, Delavierre D. Vulvodynies et douleurs pelvi-périnéales chroniques. Prog Urol 2010 [in press].
 
Basson R., Weijmar Shultz W.C.M., Binik Y.M., Brotto L.A., Eschenbach D.A., Laan E., et al. Women's sexual desire and arousal disorders and sexual pains Sexual medicine: sexual dysfunctions in men and woman. 2nd International Consultation on sexual dysfunctions Paris: Health Publications (2004).  851-974
 
Binik Y.M. The DSM Diagnostic Criteria for vaginismus Arch Sex Behav 2010 ;  39 : 278-291 [cross-ref]
 
van Lankveld J.J., Granot M., Weijmar Schultz W.C., Binik Y.M., Wesselmann U., Pukall C.F., et al. Women's sexual pain disorders J Sex Med 2010 ;  7 (1 (Pt 2)) : 615-631 [cross-ref]
 
Barnas J.L., Pierpaoli S., Ladd P., Valenzuela R., Aviv N., Parker M., et al. The prevalence and nature of orgasmic dysfunction after radical prostatectomy BJU Int 2004 ;  94 : 603-605 [cross-ref]
 
Barnas J., Parker M., Guhring P., Mulhall J.P. The utility of tamsulosin in the management of orgasm-associated pain: a pilot analysis Eur Urol 2005 ;  47 : 361-365 [cross-ref]
 
Ilie C.P., Mischianu D.L., Pemberton R.J. Painful ejaculation BJU Int 2007 ;  99 : 1335-1339 [cross-ref]
 
Shoskes D.A., Landis J.R., Wang Y., Nickel J.C., Zeitlin S.I., Nadler R. Impact of post-ejaculatory pain in men with category III chronic prostatitis/chronic pelvic pain syndrome J Urol 2004 ;  172 : 542-547 [cross-ref]
 
Nickel J.C., Shoskes D., Wang Y., Alexander R.B., Fowler J.E., Zeitlin S., et al. How does the pre-massage and post-massage 2-glass test compare to the Meares-Stamey 4-glass test in men with chronic prostatitis/chronic pelvic pain syndrome? J Urol 2006 ;  176 : 119-124 [cross-ref]
 
Weidner W., Ludwig M., Brahler E., Schieffer H.G. Outcome of antibiotic therapy with ciprofloxacin in chronic bacterial prostatitis Drugs 1999 ;  58 ((Suppl.) 2) : 103-106 [cross-ref]
 
Ludwig M., Vidal A., Huwe P., Diemer T., Pabst W., Weidner W. Significance of inflammation on standard semen analysis in chronic prostatitis/chronic pelvic pain syndrome Andrologia 2003 ;  35 : 152-156 [cross-ref]
 
Nickel J.C., Alexander R.B., Schaeffer A.J., Landis J.R., Knauss J.S., Propert K.J. Leukocytes and bacteria in men with chronic prostatitis/chronic pelvic pain syndrome compared to asymptomatic controls J Urol 2003 ;  170 : 818-822 [cross-ref]
 
Mändar R., Raukas E., Türk S., Korrovits P., Punab M. Mycoplasmas in semen of chronic prostatitis patients Scand J Urol Nephrol 2005 ;  39 (6) : 479-482
 
Nadler R.B., Rubenstein J.N. Laparoscopic excision of a seminal vesicle for the chronic pelvic pain syndrome J Urol 2001 ;  166 : 2293-2294 [cross-ref]
 
Demyttenaere K., Huygens R. Painful ejaculation and urinary hesitancy in association with antidepressant therapy: relief with tamsulosin Eur Neuropsychopharmacol 2002 ;  12 : 337-341 [cross-ref]
 
Shafik A.Re Neurourological insights into the etiology of genitourinary pain in men J Urol 1999 ;  162 : 2106-2107
 
Nickel J.C., Elhilali M., Vallancien G.ALF-ONE Study Group Benign prostatic hyperplasia (BPH) and prostatitis: prevalence of painful ejaculation in men with clinical BPH BJU Int 2005 ;  95 : 571-574 [cross-ref]
 
Bondil P. La dyspareunie n'est pas uniquement féminine Communication orale. Congrès International Francophone de médecine sexuelle. Montréal, 18–19 septembre www.sfms.fr 2008.
 
   
 
 
   

 

© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.