Apprentissage de l’HOLEP : vers une formation standardisée et une stratégie d’équipe

25 novembre 2015

Auteurs : M. Baron, F. Nouhaud, J. Cornu, E. Lacarriere, C. Pfister, L. Sibert
Référence : Prog Urol, 2015, 13, 25, 779
Objectifs

La courbe d’apprentissage de l’énucléation prostatique par laser Holmium (HOLEP) est réputée difficile. Un tutorat pour les premiers cas est conseillé. Notre objectif était d’évaluer l’intérêt de la mise en place d’un tutorat séquentiel en 2 étapes dans le processus de formation à la procédure au sein d’un centre universitaire.

Méthodes

Étude de cohorte monocentrique rétrospective des 82 premières procédures HoLEP opérées consécutivement par le même opérateur ayant suivi une formation spécifique avec un tutorat en début d’expérience puis après 41 cas. Pour tous les patients, ont été mesurés : vitesse opératoire (g/min), pourcentage d’adénome énucléé (poids énucléé/poids échographique préopératoire), morbidité périopératoire (classification de Clavien), durée d’hospitalisation et de sondage postopératoire et résultats fonctionnels à court terme (débit maximum, résidu post-mictionnel, scores de qualité de vie et IPSS en préop, à 3 et 6 mois). Les patients ont été répartis en deux groupes de 41 selon qu’ils étaient traités en première ou 2e partie d’expérience.

Résultats

La vitesse d’intervention était significativement augmentée en 2e partie d’expérience (0,44 vs. 0,62g/min ; p <0,0001) avec une amélioration significative des vitesses d’énucléation (0,56 vs. 0,87g/min ; p <0,0001) et de morcellation (3,37 vs 4,2g/min ; p =0,038). Le volume prostatique était, également, significativement plus élevé (43,5 vs 68,1mL ; p =0,0001) ainsi que le pourcentage d’adénome énuclée (69,5 % vs 80,4 % ; p =0,03). La durée d’hospitalisation (3,7 vs 3,02jours) et de sondage, les scores de qualité de vie, d’IPSS, le débit maximum et le résidu post-mictionnel à 3 et 6 mois n’étaient pas significativement différents de même que les taux de complication per- (1 conversion pour plaie vésicale vs 0 dans le groupe 2) et postopératoires (Clavien 3 : 7 vs 3 patients, Clavien 2 : 4 vs 3 patients ; p =0,009).

Conclusion

La période d’apprentissage n’a pas influencé les résultats fonctionnels. En 2e partie d’expérience, nous avons constaté une amélioration de la vitesse d’intervention et un élargissement des indications en terme de volume prostatique. Une seconde visite d’expert nous a semblée essentielle pour améliorer les performances opératoires. Ces données soulignent l’intérêt d’une réflexion pédagogique pour une formation à l’HoLEP structurée et standardisée.




 




Déclaration d'intérêts


Les auteurs n'ont pas transmis de déclaration de conflits d'intérêts.






© 2015 
Publié par Elsevier Masson SAS.