Antibioprophylaxie pour les biopsies prostatiques transrectales échoguidées : comparaison d’efficacité entre la ciprofloxacine seule et une combinaison de ciprofloxacine/fosfomycine par voie orale

25 novembre 2019

Auteurs : S. Lapointe, A. Morin, M. Bergevin
Référence : Prog Urol, 2019, 13, 29, 769-770
Objectifs

Les quinolones représentent l’antibioprophylaxie de choix pour les biopsies prostatiques transrectales échoguidées (BxPTE), selon les recommandations des associations française, américaine et canadienne d’urologie. Plusieurs études démontrent une augmentation des infections après les BxPTE, reliée à l’émergence de E. coli résistants aux quinolones. L’objectif de notre étude était de comparer les taux d’urosepsis post-BxPTE avec antibioprophylaxie composée de ciprofloxacine orale seule vs combinaison orale de ciprofloxacine/fosfomycine.

Méthodes

Une étude quasi-expérimentale rétrospective a été réalisée sur tous les patients ayant eu une BxPTE entre janvier 2012 et décembre 2015 dans deux centres hospitaliers. L’antibioprophylaxie fût modifiée de ciprofloxacine à ciprofloxacine/fosfomycine en décembre 2013. Les dossiers médicaux de ces patients ont été révisés et analysés selon les résultats microbiologiques, visites à l’urgence et hospitalisations, et selon 14 facteurs de risques relatifs aux complications infectieuses post-BxPTE reconnus dans la littérature médicale. L’urosepsis survenant moins d’un mois post-BxPTE consistait l’issue primaire. Le risque relatif d’urosepsis selon l’antibioprophylaxie a été calculé par régression log-binomiale considérant le coefficient de propension pondéré des facteurs de risques recueillis.

Résultats

Parmi les 2287 patients ayant subi une BxPTE, 1090 ont reçu la ciprofloxacine seule et 1197 une combinaison de ciprofloxacine/fosfomycine. Au total, 14 cas d’urosepsis ont été identifiés. L’incidence d’urosepsis chez les sujets sur ciprofloxacine seule était 1,1 % (12/1090) et a chuté à 0,2 % (2/1197) avec la combinaison ciprofloxacine/fosfomycine, ce qui représente une diminution statistiquement significative (RRa=0,16 ; p =0,021). E. coli était le pathogène le plus commun (12/14), causant 7 bactériémies. Sept sur 12 E. coli étaient résistants à ciprofloxacine, incluant 5 isolats sanguins. Onze sur 12 E. coli ont été détectés chez les patients sur ciprofloxacine seule et ceci inclut tous les E. coli résistants à ciprofloxacine et tous les isolats sanguins. Un cas d’hémoculture positive au B. fragilis a été observé dans le groupe ciprofloxacine/fosfomycine.

Conclusion

La diminution du taux d’urosepsis post-BxPTE avec l’antibioprophylaxie par ciprofloxacine/fosfomycine est statistiquement significative. La fosfomycine semble couvrir la majorité des E. coli résistants à la ciprofloxacine et pourrait potentiellement avoir un effet synergistique pour les souches sensibles. L’antibioprophylaxie par ciprofloxacine/fosfomycine est simple, administrée oralement et évite l’utilisation de l’écouvillon rectal. Avant d’adopter cette antibioprophylaxie systématiquement, d’autres études prospectives sont requises.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Support financier non restrictif de la part de Abbvie pour payer l'étudiant qui a fait la collecte des données.






© 2019 
Publié par Elsevier Masson SAS.