Analyse du profil de 10 654 patients candidats à une première série de biopsies prostatiques inclus sur dix ans dans quatre centres français

25 novembre 2012

Auteurs : V. Basset, N. Nicolaiew, A. Ruffion, A. Villers, A. Houlgatte, Y. Allory, L. Salomon, D. Vordos, C.-C. Abbou, A. De La Taille
Référence : Prog Urol, 2012, 13, 22, 767




 

Objectifs.– Le but de cette étude était d’évaluer l’évolution des caractéristiques des patients ayant eu une première série de biopsies prostatiques entre 2000 et 2010, à partir de bases de données prospectives de quatre centres français.


Méthodes.– Les caractéristiques des patients bénéficiant d’une première série de biopsies prostatiques, en termes d’âge, de PSA, de stade clinique, de score de Gleason et de taux de détection de cancer étaient comparées en fonction de l’année des biopsies prostatiques, de 2000 à 2010. Un test de Chi2 et un test de tendance étaient réalisés. L’âge moyen était de 65,2±8,2ans, le PSA de 26,0±172,5ng/mL, le poids prostatique de 48,5±28,9g. Quatorze carottes étaient prélevées en moyenne (minium=1, maximum=36). Parmi les patients, 31,5 % étaient suivis à l’hôpital de Créteil, 28,1 % à celui de Lille, 24,6 % à celui de Lyon et 15,8 % à celui de Paris.


Résultat.– Dix mille six cent cinquante-quatre patients ont eu une première série de biopsies prostatiques et 5465 (51,3 %) cancers ont été diagnostiqués. Le pourcentage de cancers détectés varie significativement selon les années (p <0,0001) mais sans tendance linéaire sur la période étudiée. Les patients étaient significativement moins âgés en 2010 (64,6ans vs 66,5ans en 2000, p <0,0001). Le nombre de patients ayant un PSA inférieur à 10ng/mL (63,3 % en 2000 vs 77,1 % en 2010, p <0,0001) et un stade clinique T1c (50,9 % en 2000 vs 82,3 % en 2010, p <0,0001) a régulièrement augmenté. Le nombre de patients biopsiés pour un PSA inférieur à 4ng/mL varie peu en fonction des années (9,95 % en 2000 vs 11,39 % en 2010, p =0,0349). Le nombre de cancers ayant un score de Gleason supérieur à 7 varie significativement selon les années (p =0,0004), les variations sont comprises entre 12 % et 21 %, cependant une tendance linéaire de 2000 à 2010 n’est pas observée.


Conclusion.– En l’espace de dix ans, la population des hommes candidats à une première série de biopsies prostatiques a évolué vers une population de patients plus jeunes ayant plus fréquemment un toucher rectal normal et un PSA inférieur à 10ng/mL.




Haut de page



© 2012 
Publié par Elsevier Masson SAS.