Analyse des complications du traitement de l’HBP par laser Greenlight XPS sous contrôle endorectal : à propos de 148 cas

25 novembre 2013

Auteurs : M. Thoulouzan, M. Perrouin-Verbe, S. Serey-Eiffel, G. Fournier
Référence : Prog Urol, 2013, 13, 23, 1049-1050




 



Objectifs .- La photovaporisation prostatique (PVP) par laser GreenLight XPS est une alternative à la résection transurétrale dans le traitement de l'hypertrophie bénigne de la prostate. L'objectif de cette étude est d'évaluer la sécurité de cette technique à court et moyen terme.


Méthodes .- Cent quarante-huit patients ayant une HBP symptomatique ont été traités par PVP avec le laser Greenlight XPS sous contrôle échographique endorectal en temps réel entre septembre 2010 et février 2013. L'évaluation prospective portait sur les complications peropératoires (conversion, perforation capsulaire, TURP syndrome), postopératoires (complications hémorragiques, infectieuses, réhospitalisation) et tardives (sténoses urétrale ou du col vésical, incontinence).


Résultats .- Les complications sont détaillées dans le Tableau 1. Le suivi moyen est de 9,5 mois (55 %>12 mois). Quarante-quatre patients (29,7 %) ont présenté une complication. Classées selon Clavien-Dindo, elles étaient réparties entre grade 1 (22 patients, 50 %), grade 2 (19 patients, 43 %) ou grade 3b (3 patients, 7 %). Les complications hémorragiques postopératoires nécessitant une transfusion, un décaillotage ou une réintervention surviennent chez 10 patients (6,8 %). Elles sont statistiquement associées avec la prise d'un traitement antiagrégant (p <0,05) ou anticoagulant (p <0,05), mais pas avec la notion de RTU d'hémostase (p =0,053) ou de volume prostatique supérieur à 80mL (p =0,31). L'échec de reprise des mictions n'est pas associé à la rétention préopératoire ni au volume prostatique. Deux patients ont eu une sclérose du col vésical. Le volume prostatique préopératoire était respectivement de 23 et 31mL. Tous deux ont été réopérés à 4 mois post-vaporisation, l'un par incision monopolaire, l'autre par vaporisation laser. Il n'y a pas eu de récidive, à 4 et 6 mois de recul. Trois patients ont présenté une sténose urétrale traitée par dilatation sous-anesthésie locale. Le taux global de réopération est de 2,0 % (3 patients).


Conclusion .- Comparé aux données de la littérature sur la RTUP et l'adénomectomie, le taux de complication de la PVP est faible et dans 93 % de faible grade (1 ou 2). Le taux de réhospitalisation est faible malgré la réduction des durées de sondage et d'hospitalisation.




Tableau 1 - Complication de la PVP GreenLight XPS.
  Clavien-Dindo 2009  Nb pts (%) 
Patients     148 
 
Peropératoire  
TURP syndrome     
Perforation capsulaire    8 (5,4) 
Conversion    6 (4,1) 
Irrigation en fin de procédure    13 (8,8) 
 
Complications pendant l'hospitalisation  
Échec de reprise des mictons  8 (5,4) 
Transfusion sanguine  1 (0,7) 
Prostatite  3 (2,0) 
 
Réhospitalisation dans les 30 jours  
Hématurie nécessitant     
Surveillance  2 (1,4) 
Décaillotage au lit  5 (3,4) 
Décaillotage endoscopique+transfusion  3b  1 (0,7) 
Dont compliqué de prostatite sur sondage  2 (1,4) 
Autres motifs (embolie pulmonaire fièvre inexpliquée  1-2  2 (1,4) 
     
Total réhospitalisations   0-3b  10 (6,8) 
 
Impériosités nécessitant un traitement spécifique  13 (8,8) 
Incontinence d'effort transitoire  4 (2,7) 
Incontinence urinaire d'effort persistante à 24 mois (1 prot/j)  1 (0,7) 







© 2013 
Publié par Elsevier Masson SAS.