Analyse comparative entre l’énucléation endoscopique de la prostate et l’adénomectomie prostatique robot-assistée : résultats d’une base de données nationale américaine

05 novembre 2020

Auteurs : M. Labban, N. Abou Heidar, J. Najdi, H. Tamim, V. Misrai, A. El Hajj
Référence : Prog Urol, 2020, 13, 30, 825-826
Objectifs

L’énucléation endoscopique de la prostate (EEP) et l’adénomectomie prostatique robot-assistée (APR) sont deux traitements réservés aux adénomes prostatiques obstructifs de gros volumes. Peu de données sont disponibles comparant les deux procédures. Dans cette étude, nous comparons les résultats périopératoire de l’EEP et l’APR utilisant une grande base de données nationale américaine.

Méthodes

Nous avons utilisé la base de données du programme national d’amélioration de la qualité chirurgicale du Collège américain des chirurgiens (ACS-NSQIP) pour sélectionner les deux procédures (EEP ou APR) entre 2008 et 2017. Nous avons comparé les complications chirurgicales classées par système d’organes, la durée d’hospitalisation, le temps opératoire, le taux de réintervention, et le taux de mortalité entre les deux procédures. Pour évaluer l’effet du choix de la procédure sur les résultats opératoires, nous avons effectué une régression logistique multiple et une analyse utilisant le score de propension pour mieux évaluer l’effet individuel du traitement.

Résultats

L’analyse a été conduite sur 2867 patients qui ont subi une EEP et 234 patients qui ont reçu une APR. Les caractéristiques démographiques et les comorbidités étaient identiques entre les deux groupes. D’après l’analyse de régression multiple, l’APR était associée à un temps opératoire>90minutes et une durée d’hospitalisation>1 jour avec des coefficients de probabilités de [12,78 ; (7,37–22,17)] et [11,46 (8,37–15,70)], respectivement. En comparaison à l’EEP, l’APR était liée à plus de thrombose veineuse profonde [4,48 ; (1,13–17,74)] et de transfusion sanguine en périopératoire [5,94 (3,01–11,76)]. En outre, le score de propension a révélé plus de complications cardiovasculaires et de mortalité parmi ceux qui ont subi une APR (p =0,009 et p =0,036, respectivement) (Tableau 1, Tableau 2).

Conclusion

L’EEP et l’APR sont deux techniques dédiées au traitement de larges adénomes prostatiques. Notre étude est la plus grande comparant ces deux procédures. Les résultats indiquent que l’EEP possède un profil plus sûr pour le traitement de l’obstruction urinaire.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.




Tableau 1 - Analyse univariée comparant les résultats postopératoires de l'énucléation endoscopique de prostate (EEP) et l'adénomectomie prostatique robot-assistée (APR).







Tableau 2 - Comparaisons des résultats postopératoires de l'énucléation endoscopique de prostate (EEP) et l'adénomectomie prostatique robot-assistée (APR) utilisant la régression logistique multiple et le score de propension (n =2467, 79,6 %).









© 2020 
Publié par Elsevier Masson SAS.