Adénomectomie voie haute versus photovaporisation prostatique par laser Greenlight : résultats fonctionnels à long terme pour les prostates de plus de 80 g

25 novembre 2015

Auteurs : C. Lanchon, J. Long, J. Descotes, J. Rambeaud, N. Terrier, B. Boillot, G. Fiard, V. Arnoux, C. Overs, Q. Franquet, E. Bey, C. Thuillier
Référence : Prog Urol, 2015, 13, 25, 731-732
Objectifs

La photovaporisation prostatique par laser Greenlight (PVP) permet de proposer une alternative endoscopique à l’adénomectomie voie haute (AVH) pour des volumes prostatiques importants. L’objectif de ce travail est d’évaluer les résultats fonctionnels à long terme de ces 2 techniques pour les hypertrophies bénignes de prostate (HBP) de >80g.

Méthodes

Les données unicentriques des patients opérés pour HBP >80g entre janvier 2010 et février 2015 ont été collectées rétrospectivement puis comparées selon la technique (PVP vs AVH). Les caractéristiques préopératoires des patients (score de Charlson, prise d’anticoagulants, volume prostatique, rétentions urinaires), l’expérience de l’opérateur, les données opératoires ainsi que les suites et résultats fonctionnels ont été analysés. Les résultats fonctionnels à long terme ont été évalués en analyse multivariée par l’International Prostate Symptom Score (IPSS), l’IPSS-QL et la continence a été évaluée par l’International Continence Society (ICS) male questionnaire avec l’ICS-QL (Tableau 1, Tableau 2).

Résultats

Ont été recensés 111 patients, dont 54 AVH et 57 PVP avec un suivi moyen de 30 et 18 mois respectivement. Les âges, Charlson score, IPSS, rétentions urinaires préopératoires étaient équivalents. Le volume prostatique moyen était supérieur en cas d’AVH (142 vs 103g, p <0,001). Les transfusions étaient plus rares pour les PVP (p =0,01) malgré une prise d’anticoagulants plus fréquente (p <0,001). Les durées d’hospitalisation et de sondage étaient plus courtes après PVP (6 vs 4j, p <0,001), avec toutefois plus d’échecs au désondage (RR=4,74) et de ré-hospitalisations (RR=10,42). Les scores à long terme étaient meilleurs après AVH pour l’IPSS (1 vs 5, p <0,001), IPSS-QL, ICS et ICS-QL. En analyse multivariée, après ajustement sur Charlson score, expérience de l’opérateur, statut mictionnel préopératoire, volume prostatique, la technique chirurgicale était prédictive de l’IPSS (p =0,005) et l’ICS à long terme.

Conclusion

L’AVH montre des résultats fonctionnels à long terme meilleurs que la PVP. Toutefois, la PVP est une alternative thérapeutique acceptable, permettant d’opérer en sécurité des patients sous anticoagulants, indépendamment du volume prostatique.




 




Déclaration d'intérêts


Les auteurs n'ont pas transmis de déclaration de conflits d'intérêts.




Tableau 1 - Caractéristiques postopératoires et résultats fonctionnels à long terme.







Tableau 2 - Facteurs prédictifs de l'IPSS et de l'ICS à long terme.









© 2015 
Publié par Elsevier Masson SAS.