Adénocarcinome prostatique localisé : jusqu’où aller dans le traitement partiel de la prostate par ultrasons focalisés de haute intensité ? Étude d’une population de 100 cas

25 novembre 2017

Auteurs : C. Overs, B. Delaunay, M. Roumiguie, J.-B. Beauval, N. Doumerc, F. Sallusto, M. Thoulouzan, B. Malavaud, M. Soulie, X. Gamé, P. Rischmann
Référence : Prog Urol, 2017, 13, 27, 781
Objectifs

Comparer les résultats oncologiques et fonctionnels de patients traités pour adénocarcinome de prostate localisé par ultrasons focalisés de haute intensité (HIFU) en fonction du volume traité.

Méthodes

Étude monocentrique prospective de février 2014 à avril 2017 incluant tous les patients ayant bénéficié d’un traitement partiel de la prostate par HIFU Focal One® pour adénocarcinome prostatique localisé en primo-traitement. Les données pré- et peropératoires (±50 % de la prostate traitée) sont décrites au Tableau 1. Le critère d’échec est une biopsie de contrôle positive. La biopsie de contrôle a été décidée lorsque le ratio : PSA postopératoire/PSA préopératoire était supérieur au ratio : volume traité/volume mesuré ou que le taux de PSA de suivi était supérieur à NADIR+2.

Résultats

Sur 100 patients inclus, 98 avaient un volume traité mesuré : 44 patients (groupe 1) ont eu un volume de traitement inférieur à 50 % de leur volume prostatique (volume médian prostatique : 30,4cm3 [5,15–79,2]) et 54 patients ont eu plus de 50 % de leur prostate traitée (28,8cm3 [9,25–52,9]). Les patients du groupe 2 étaient plus âgés : 72 ans [54–84] contre 6 ans [53–80], p =0,01. Il n’y avait pas de différence statistiquement significative entre les deux groupes concernant la densité de PSA initial, le stade de d’Amico. Avec une médiane de suivi de 12 mois, les résultats oncologiques étaient meilleurs dans le groupe 2 : PSA médian à trois mois et six mois, taux de biopsie positive (10 % vs 28,5 %, p =0,05). Les effets secondaires n’étaient pas différents selon le groupe (Tableau 2).

Conclusion

En présence d’un adénocarcinome prostatique localisé, les résultats du traitement partiel de la prostate sont en rapport avec le volume traité. Cette constatation doit conduire à mieux définir les critères de sélection et de traitement lors de traitements focaux ou partiels pour adénocarcinome prostatique localisé.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.




Tableau 1 - Caractéristiques démographiques et pathologies tumorales selon le volume traité en HIFU (groupe 1=inférieur à 50 %, geoupe 2=supérieur à 50 %).







Tableau 2 - Résultats oncologiques selon le volume traité en HIFU (groupe 1=inférieur à 50 %, geoupe 2=supérieur à 50 %).









© 2017 
Publié par Elsevier Masson SAS.