Adénocarcinome prostatique de stade M1b: facteurs de pronostic, intérêt de la scintigraphie osseuse.

16 juillet 2001

Mots clés : prostate, Tumeur, scintigraphie osseuse, Pronostic
Auteurs : Rattier C, Rossi D, Coulange C, Rampal M, Serment G
Référence : Prog Urol, 1994, 4, 987-999
A partir de l'étude rétrospective de 52 patients porteurs d'un adénocarcinome prostatique présentant des métastases osseuses (stade M1b), nous avons analysé lors du diagnostic les facteurs de pronostic suivants: âge, état général, douleurs osseuses, taux d'hémoglobine, volume tumoral local, retentissement urétéral, valeur des PAP et PSA pré et post-thérapeutique, score de Gleason, extension métastatique sur la scintigraphie osseuse. Considérant l'apparition d'un échappement thérapeutique précoce ou tardif, notre travail met en évidence deux facteurs pronostiques prédominants: la différenciation tumorale établie par le score de Gleason (p=0,003) et le stade de la maladie, c'est-à-dire l'importance du volume tumoral local (p=0,001) et de la masse osseuse envahie sur la scintigraphie initiale (p=0,0002). C'est de ces deux paramètres qu'il convient de déduire les autres facteurs de pronostic. L'analyse qualitative de la scintigraphie initiale nous a permis de distinguer les patients présentant des métastases osseuses périphériques de ceux qui n'avaient que des localisations axiales. La probabilité de survie à deux ans est de 50% chez les porteurs de métastases périphériques contre 93% chez les malades indemnes de ce type de localisations (p < 0,05). Si l'extension métastatique osseuse est un facteur de pronostic déterminant, la découverte de localisations périphériques apparaît comme un facteur pronostique péjoratif.