Adénocarcinome localisé de la prostate : résultats carcinologiques de la prise en charge de 182 patients par Focal One

05 novembre 2020

Auteurs : P. Rischmann, C. Idri, P. Patard, M. Roumiguie, N. Doumerc, X. Gamé, M. Soulié, B. Delaunay
Référence : Prog Urol, 2020, 13, 30, 835
Objectifs

Un adénocarcinome prostatique localisé (ISUP 1 ou 2) peut – lorsque la surveillance active n’est pas ou plus adaptée – bénéficier d’un traitement conformationnel conservateur par Hifu. L’objectif principal de cette étude est de décrire les résultats carcinologiques de cette stratégie, en termes de contrôle ou d’escalade thérapeutique.

Méthode

s Étude prospective d’une cohorte exhaustive de 219 patients traités de février 2015 à février 2020, pour un adénocarcinome prostatique par HIFU (Focal one, Edap tms, Vaux-en-Velin). Cent quatre-vingt-deux patients ont eu un primo-traitement pour adénocarcinome prostatique localisé (ISUP 1=89, ISUP 2=90, ISUP 3=3) et 37 patients un traitement de rattrapage après échec de radiothérapie (17 %). Pour les primo-traitements : âge médian 71 ans (±6,3), les patients de moins de 70 ans ont signé un consentement. PSA pré-thérapeutique médian 5,8ng/mL (45 RTUP préalables). Trois biopsies positives (±2 ;>3mm ; maximum 4 sextants) ; mpIRM positive : 74 %. Des critères composites de contrôle de la maladie ont été définis : PSA stable, pas de cible IRM, biopsies négatives. L’objectif principal était l’absence de recours à un traitement de rattrapage. Les objectifs secondaires étaient l’absence de progression carcinologique et la survie spécifique.

Résultats

Cent vingt-deux traitements partiels (de 4,9cm3 à 29,7cm3) et 60 traitements subtotaux (>70 % du volume de la glande) ont été réalisés. Vingt-cinq patients ont eu 2 sessions d’HIFU. Six perdus de vue (suivi<1 an). La médiane des PSAnadir fut de 1,56 (±1) ng/mL. Avec un recul médian de 33 mois, 28/182 (15,3 %) 12 ISUP 1 vs 16 ISUP2-3 ont nécessité un traitement radical de rattrapage (15 prostatectomies, 13 radiothérapies). Un traitement partiel a permis 82 % de contrôle vs 92 % pour un traitement subtotal. Pas de métastase, pas de décès spécifique.

Conclusion

Le traitement par Focal One permet respectivement 87 % et 83 % de contrôle des adénocarcinomes prostatiques localisés ISUP1 et ISUP2-3 (ayant au maximum quatre sextants envahis). Il permet de préserver la prostate de 84,3 % des patients sélectionnés, sans empêcher un traitement radical de rattrapage éventuel dont l’indication dépend des données de la surveillance active post-HIFU. Le repérage conformationnel peropératoire, basé sur l’IRM pré-thérapeutique, est un avantage technique incontestable qui devrait améliorer les résultats du traitement partiel mais dont on peut encore espérer une optimisation grâce aux progrès attendus de l’imagerie.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.






© 2020 
Publié par Elsevier Masson SAS.