Addendum concernant : « Étude prospective monocentrique comparant la prostatectomie totale rétropubienne à la laparoscopie robot-assistée : résultats carcinologiques et fonctionnels d’une série consécutive » écrit par J.B. Beauval et a...

25 mai 2016

Auteurs : C. Barré, J.-M. Nguyen
Référence : Prog Urol, 2016, 6, 26, 383-384




 



L'intérêt de cette étude est de pouvoir comparer les résultats oncologiques et fonctionnels de deux techniques de prostatectomie totale réalisées l'une et l'autre par deux opérateurs seniors au sein d'un même service.


L'analyse des pièces opératoires ayant été faite par le même histopathologiste sur une même période, tous les biais liés à l'opérateur sont neutralisés entre les groupes comparés ce qui renforce la qualité de ce travail.


Cependant, nous souhaitons souligner le fait que les auteurs considèrent qu'il n'y a pas de différence significative entre les deux techniques pour les taux de limites d'exérèses positives des stades pT2 sans toutefois avoir réalisé l'analyse statistique appropriée (paragraphe « Résultats », sous-paragraphe « caractéristiques post-opératoires »). De même, dans son « Commentaire à... », le Dr F. Rozet note que : « l'analyse par sous-population pT2 et pT3 ne montrait pas non plus de différence », alors que l'analyse spécifique de ces sous-groupes, pT2 et pT3, n'a pas été faite.


En effet, lorsque cette étude en sous-groupe est réalisée, elle montre une différence significative entre les taux de limites d'exérèses positives pour les stades pT2.


D'après les données présentées dans l'article, la proportion de limites d'exérèses positives pour les pT2 est de 1,4 %, soit 1/73 pour le groupe PTR et 9,4 %, soit 10/106 pour le groupe PT-LRA.
Tableau 1Limites d'exérèses positives pour les stades pT2.Tableau 1pT2PTRPT-LRALimites d'exérèses +110Limites d'exérèse −7296

Tableau 1 - Limites d'exérèses positives pour les stades pT2.
pT2 PTR PT-LRA
Limites d'exérèses +  10 
Limites d'exérèse −  72  96 




La p-value du test exact de Fisher vaut 0,0290, ce qui correspond à une différence de proportions de limites d'exérèses positives statistiquement plus importante (9,4 %) dans le groupe PT-LRA comparé au groupe PTR (1,4 %).


Ces marges vont de pair avec un taux d'incisions intraglandulaires accidentelles en zones saines plus élevées en robotique (p =0,0004) que dans la voie ouverte.


Ces résultats doivent être rapprochés de deux séries françaises récentes de prostatectomies totales, l'une robot-assistée et l'autre reproduisant la même technique incisionnelle que celle décrite dans cette étude [2, 1]. Dans ces deux séries, les taux de limites d'exérèses positives iatrogènes (pT2) étaient de 19,6 % pour la PT-LRA [1] et 2,3 % pour la voie ouverte [2].


Le second point qui doit être relevé concerne l'évaluation fonctionnelle. L'analyse a été réalisée sur une population dont on ne connaît ni le nombre de patients analysés ni le nombre de patients non analysables par absence de données. Il faut donc craindre pour ces résultats un biais de sélection majeur invalidant toute conclusion.


Déclaration de liens d'intérêts


Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.




Tableau 1 - Limites d'exérèses positives pour les stades pT2.
pT2  PTR  PT-LRA 
Limites d'exérèses +  10 
Limites d'exérèse −  72  96 




Références



Ploussard G., De la Taille A., Moulin M., Vordos D., Hoznek A., Abbou C.C., et al. Comparisons of the perioperative, functional, and oncologic outcomes after robot-assisted versus pure extraperitoneal laparoscopic radical prostatectomy Eur Urol 2014 ;  65 : 610-619 [cross-ref]
Barré C., Thoulouzan A., Aillet G., Nguyen J.M. Assessing the extirpative quality of a radical prostatectomy technique: categorisation and mapping of technical errors BJU Int 2014 ;  114 : 522-531






© 2016 
Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.