Adaptation de la dose lors de l'apprentissage des auto-injections intracaverneuses de prostaglandine E1.

16 juillet 2001

Mots clés : andrologie, traitement des dysérections, Injection intra-caverneuse
Auteurs : Staerman F, Veilhan LA, Guiraud P, Coeurdacier P, Cipolla B, Lobel B
Référence : Prog Urol, 1996, 6, 564-568
BUT : L'adaptation de la dose dans les protocoles d'apprentissage des auto-injections intracaverneuses de PGE1 est mal codifiée et plus ou moins facile selon l'étiologie de la dysérection. Nous avons tenté de standardiser cette phase en étudiant les résultats et complications d'un protocole utilisant une dose initiale de PGE1 identique quelle que soit l'étiologie de la dysfonction érectile. MOYENS : 101 patients ayant consulté pour dysfonction érectile ont participé après bilan de l'étiologie à un protocole d'apprentissage des auto-injections intracaverneuses comprenant 3 injections débutant systématiquement à 10 mg de PGE1.
RESULTATS : Pour une efficacité de 58,4%, 79,2% et 88,1% après respectivement une, deux ou trois injections, le taux d'érections prolongées (? 6 heures) était de 2,7% après la première injection et de 0% après les autres injections. Cependant des durées d'érection comprises entre 2 et 6 heures ont fréquemment été notées chez les patients neurologiques. Les abandons au cours de la phase d'apprentissage n'ont été rencontrés qu'en cas de tumescence sans rigidité après une injection (5,4%) ou deux injections (21%).
CONCLUSION : En tenant compte de ces résultats et pour minimiser érections prolongées et abandons tout en assurant efficacité, l'adaptation de la dose de PGE1 peut être réalisée simplement en débutant à 10 mg chez tous les patients sauf neurogènes (5mg) et en passant à 20 ou 30 mg en cas d'échec.