Résultats de la recherche

Base bibliographique Urofrance

Trier par :
Mode d'affichage :
Precautions and complications in the use of the urolume wallstent.
Parikh AM, Milroy EJ
Point de vue, interview Eur Urol, 1995, 27, 1-7
Précautions d'utilisation et complications de la prothèse Urolume Wallstent.

La prothèse Urolume Wallstent fut utilisée pour la première fois dans le traitement des sténoses de l'urètre en 1987. Sa place dans le traitement des sténoses de l'urètre est maintenant bien établie et les auteurs l'ont utilisée avec succès chez plus de 100 patients. Un intérêt récent de son utilisation comme alternative thérapeutique dans l'hypertrophie bénigne de la prostate en a proposé l'usage dans cette indication et d'autres prothèses ont été implantées chez des patients ayant une HBP symptomatique avec un faible risque chirurgical. Plus de 270 patients ont ainsi été traités par les auteurs avec une telle prothèse avec des résultats satisfaisants. Plus récemment ils l'ont également utilisée comme une alternative à la résection transuréthrale de la prostate chez des patients fragiles.Ainsi si l'Urolume Wallstent est simple à utiliser et cliniquement satisfaisante, des complications peuvent apparaître si un soin particulier n'est pas apporté lors de sa mise en place. Tandis que cette prothèse est de plus en plus largement utilisée, plus de problèmes et de difficultés sont apparus. Les auteurs les discutent et décrivent les précautions à prendre pour l'utilisation d'une telle prothèse dans le but d'en améliorer les résultats.

Mots clés : urethra, stenosis, urethral stent, iatrogenic complication
Effects of diuresis on micturition.
Levin RM, Wein AJ, Eika B, Tammela TLJ
Recherche - Physiologie Neurourol Urodyn, 1995, 14, 169-176
Relation entre diurèse et miction.

BUTS : Plusieurs études expérimentales ont démontré que la capacité vésicale fonctionnelle mesurée par cystomanométrie était approximativement égale au volume des mictions. D'autres études ont démontré qu'une augmentation prolongée de la diurèse avait pour conséquence d'augmenter le nombre et le volume des mictions, ainsi que la capacité vésicale. Cette étude a eu pour but d'étudier la rapidité de survenue de ces modifications. MATERIEL ET METHODES : Trois modèles différents d'hyperdiurèse ont été utilisés dont deux chez le rat: diabète induit par administration de streptozotocine, et diurèse osmotique par injection de sucrose, et un chez le lapin: administration de furosémide (Lasilix R). Les paramètres analysés ont été: le volume mictionnel, le nombre et la répartition des mictions sur le nycthémère, cystomanométrie sous anesthésie et mesure de la capacité vésicale. RESULTATS : Dans les modèles de diurèse osmotique et de diurèse induite par le furosémide, nous avons constaté une augmentation immédiate du nombre et du volume des mictions, évoluant parallèlement à l'augmentation de la diurèse. La capacité vésicale s'est accrue progressivement. Dans le modèle de diabète induit par injection de streptozotocine, l'augmentation du nombre et du volume mictionnel ainsi que de la capacité vésicale a été plus progressive, mais là aussi l'évolution a été parallèle à l'augmentation effective de la diurèse. CONCLUSION : Cette étude démontre que l'augmentation de la capacité vésicale fonctionnelle est immédiate lors d'une augmentation de la diurèse. Ceci suggère l'existence d'une régulation neurologique de la capacité vésicale fonctionnelle.

Mots clés : vesicosphincteric physiology, diuresis, bladder, capacity, animal experiment
Significance of rectal contractions noted on multichannel urodynamics
Combs AJ, Nitti VW
Article original Neurourol Urodyn, 1995, 14, 73-80
Signification des contractions rectales notées lors de l'examen urodynamique.

Il est fréquent d'enregistrer des contractions rectales lors de l'examen urodynamique et celles-ci sont considérées le plus souvent comme des artefacts. Afin de mieux comprendre la signification de ces observations, nous avons revu 430 examens urodynamiques réalisés consécutivement chez 289 patients. Toutes les études ont été faites avec enregistrement simultané des pressions vésicale et rectale. La pression rectale a été mesurée par un cathéter à ballon. Les contractions rectales ont été définies par la survenue d'une augmentation de la pression rectale d'au moins 5cm d'eau, alors que la pression vésicale restait stable. Nous avons différencié des contractions de haute amplitude (> 15 cm d'eau), ou basse amplitude (< 15 cm d'eau). Au total 109 patients (38%) ont eu des contractions rectales significatives en cours d'examen. Ces contractions ont été notées chez 51% (61-120) des patients neurologiques contre 29% (48-169) chez les patients indemnes de pathologies neurologiques (p<0,001). Par ailleurs, 40% (27-67) des patients non neurologiques mais avec des contractions non inhibées du détrusor ont eu des contractions rectales en cours d'examen contre seulement 21% (21-102) s'il n'existait pas de contraction non inhibées du détrusor (p=0,005). De même, la fréquence des contractions rectales a été plus élevée chez les patients ayant une hyper-reflexie vésicale, quelle qu'en soit l'origine. Cette étude démontre que les contractions rectales ne sont pas des artefacts. L'association de ce phénomène à l'hyperactivité détrusorienne et aux pathologies neurologiques semblent indiquer l'existence d'un dysfonctionnement pelvien global.

Mots clés : urodynamics, cystometry
Multiinstitutional home-therapy trial recombinant human interleukin-2 interferon alfa-2 in progressive metastatic renal cell carcinoma.
Atzpodien J, Haninen EL, Kirchner H, Bodenstein H, Pfreundschuh M, Rebmann U, Metzner B, Illiger HJ, Jakse G, Nielsel T, Scholz HJ, Wilhem S, Pielmeier T, Zakrzewski G, Blum G, Beier J, Muller GW, Duensing S
Article original J Clin Oncol, 1995, 13, 497-501
Essai multicentrique de traitement à domicile par Interleukine 2 humaine recombinante et interféron alpha 2 dans le cancer rénal métastatique.

BUTS. Le traitement à domicile du cancer rénal métastatique par une combinaison d'interleukine 2 recombinante (rIL2) et d'interféron alpha 2 recombinant (rIFNa2) sous-cutanés (SC) a été mené dans le cadre d'un essai multicentrique. PATIENTS ET METHODES. 152 patients porteurs d'un cancer rénal métastasé ont été traités. Les traitements consistaient en SC rIL2: 20 millions d'unités/m2 3 fois par semaine (semaines 1 et 4) et 5 millions d'unités/m2 trois fois par semaine (semaine 2,3,5 et 6). De plus, les patients ont reçu 6 millions d'unités par m2 d' rIFNa2 une fois par semaine (semaine 1 et 4) et trois fois par semaine (semaine 2,3,5 et 6). RESULTATS. Il y a eu 9 (6%) réponses complètes (RC) et 29 (19%) réponses partielles (RP). Le taux global de réponses était de 25% [19 à 32%, intervalle de confiance à 95%]. La durée médiane de réponse était de 16 et 9 mois respectivement pour les RC et les RP. De plus, 55 patients (36%) ont été stabilisés. Cinquante neuf patients (39%) ont eu une progression malgré le traitement, ou sont sortis de l'étude après moins de quatre mois. La majeure partie des patients traités ont souffert de fièvre, frissons, malaises, nausées, vomissements et anorexie, la plupart du temps limités aux grades 1 et 2 de l'OMS. Néanmoins un patient a présenté des effets secondaires neurologiques de grade 4 (somnolence), qui a totalement régressé sans séquelle à l'arrêt du traitement. CONCLUSIONS. Cette étude a mis en évidence une réduction drastique de la toxicité systémique et a confirmé l'effet thérapeutique de ce protocole d'immunothérapie sous-cutanée à faible dose.

Mots clés : kidney, tumor, metastasis, immunotherapy
Shockwave lithotripsy and pacemakers: experience with 20 cases.
Albers DD, Lybrand FE, Axton JC
Article original J Endourol, 1995, 9, 301-303

Lithotripsy treatment of urinary tract calculi initially excluded patients with cardiac pacemakers. Continued research and clinical study of patient outcomes has promoted a change in that initial concept. The Oklahoma Lithotripsy Center has successfully treated 20 patients with various types of pacemakers. No significant cardiovascular events occurred during treatment. Patients should be evaluated before the procedure by a cardiologist, and dual-chamber pacemakers should be reprogrammed to the single-chamber mode. Patients who cannot tolerate this should not undergo SWL. Rate-responsive pacemakers should be programmed to the non-rate-responsive (VVI) mode. The pacemaker should be at least 5 cm from the blast path. With these precautions and careful monitoring, SWL can be performed safely in most patients with pacemakers.

Mots clés : extracorporeal lithotripsy, iatrogenic complication.
La voie vaginale dans le traitement de l'incontinence urinaire d'effort.
Lobel B, Staerman F, Guillé F
Technique chirurgicale Prog Urol, 1995, 5, 1012-1021

L'incontinence urinaire d'effort chez la femme peut toujours être traitée par voie vaginale. Elle s'associe souvent à un prolapsus génital dont la cure doit être contemporaine de celle de l'incontinence. Les patientes peuvent être classées en 4 groupes tenant compte de la position du col vésical, de la valeur sphinctérienne et du prolapsus génital associé. A chacun de ces groupes sont rapprochées des techniques opératoires capables de contrôler à la fois l'incontinence et le prolapsus génital. La pratique de la voie vaginale doit être aussi familière à l'urologue pour traiter l'incontinence urinaire d'effort et les troubles de la statique pelvienne que l'urodynamique et la cystoscopie le sont aujourd'hui au gynécologue chirurgical.

Mots clés : incontinence urinaire, prolapsus vaginal, chirurgie de l'incontinence urinaire, voie d'abord vaginale.
Métastases péniennes à propos d'un cas. Revue de la littérature.
Cuvillier X, Donnaint A, Rigot JM, Mazeman E
Cas clinique Prog Urol, 1995, 5, 1009-1011

Les métastases péniennes sont rares. Elles surviennent dans un délai moyen de 2 ans et accompagnent très souvent une dissémination métastatique. Le traitement est plus souvent palliatif que curatif et permet une survie de 2 ans. Les auteurs rapportent un cas de métastase pénienne, secondaire à un cancer rectal, découvert 29 mois après le traitement du site primitif. La survie avec un traitement par chimiothérapie a été de 15 mois.

Mots clés : pénis, tumeur, métastase viscérale
Thrombi néoplasiques intracaves d'un adénocarcinome à cellules claires du rein intéressant la veine rénale et la veine gonadique droites. A propos d'un cas.
Hubert J, Pierfitte B, Claudon M, Kleinklaus I, Mangin P
Cas clinique Prog Urol, 1995, 5, 997-1000

Les auteurs rapportent l'observation d'un patient porteur d'un adénocarcinome du rein droit présentant deux bourgeons néoplasiques intracaves: l'un aux dépens de la veine rénale, le second isolé, naissant de la veine spermatique. Ils discutent les investigations complémentaires et proposent une explication physiopathologique de cette extension néoplasique rare à la veine spermatique.

Mots clés : rein, tumeur, veine cave, veine spermatique, thrombus
Malformation du système veineux rénal et cave caudal révélée par des hématuries récidivantes.
Lebret T, Chartier-Kastler E, Conort P, Cavillon C, Chatelain C
Cas clinique Prog Urol, 1995, 5, 992-996

Les auteurs rapportent un cas d'hématurie révélatrice de varices urétérales (V.U.) par malformation veineuse complexe. Après avoir écarté la pathologie tumorale et infectieuse, cette cause rare d'hématurie doit être évoquée dans les hématuries d'origine haute unilatérale. Dans ce cas clinique, le diagnostic a été porté à l'âge adulte. Il a été suspecté par l'urographie intra-veineuse et confirmé par la tomodensitométrie.

Mots clés : symptôme, hématurie, pathologie vasculaire, uretère, varice
Efficacité et tolérance du moxisylyte en injections intracaverneuses chez des patients ayant une dysérection : étude en double aveugle contrôlée par placebo.
Hermabessière J, Costa P, Andro MC
Article original Prog Urol, 1995, 5, 985-991

BUTS : Evaluer l'efficacité du moxisylyte intracaverneux comparativement à un placebo, chez des patients ayant un dysfonctionnement érectile d'origine variée. Apprécier la tolérance locale et générale du moxisylyte administré par autoinjection. METHODES : Étude multicentrique, comportant deux phases de traitement : la première phase, conduite en double aveugle sur deux groupes parallèles de patients randomisés, s'est déroulée sur une période de 1 mois (1 injection par semaine) au cabinet de l'investigateur; la deuxième phase a été conduite en ouvert au domicile du patient, sur une période de 3 à 11 mois. Les autoinjections (1 à 2 par semaine) ont été pratiquées à l'aide d'une seringue pré-remplie contenant 10 mg de moxisylyte.
RESULTATS : Sur les 307 patients évalués dans la première phase, la supériorité des réponses érectiles induites par le moxisylyte par rapport au placebo a été vérifiée aux plans quantitatif et qualitatif (p<0,0001). La stabilité de la réponse au moxisylyte a également été confirmée sur les 4 injections, la fréquence des réponses compatibles avec un rapport sexuel variant de 48% à 52% selon les injections. Cette efficacité a également été maintenue durant la phase ouverte où 92% des 4487 autoinjections ont généré des réponses érectiles positives. La qualité de ces réponses a été jugée suffisante pour permettre un rapport sexuel après 62% d'entre elles. La tolérance locale a été jugée excellente pour plus de 95% des injections, sans effets indésirables majeurs avec un très faible risque d'érection prolongée et de réaction fibrotique. La tolérance générale a également été jugée excellente pour plus de 98% des injections.
CONCLUSION : Cette étude confirme la possibilité d'obtenir une réponse érectile par injection intracaverneuse de 10 mg de moxisylyte avec une très faible incidence d'effets indésirables, au plan local et général. Elle tend également à vérifier une efficacité plus importante du moxisylyte lors d'autoinjections à domicile que par injection au cabinet médical.

Mots clés : andrologie, traitement des dysérections, injection intra-caverneuse, alpha-bloquant

Résultats 6481 à 6490 sur 7443

 << 

 

 Page 646

 Page 647

 Page 648

 Page 649

 Page 650

 Page 651

 Page 652

 Page 653

  >

  >>

Rédacteur : Urofrance
Réalisation : Axoïde
Valide HTML 5  Valide CSS  Optimisé pour Firefox  Construit avec Typo3