Résultats de la recherche

Base bibliographique Urofrance

Trier par :
Mode d'affichage :
Neuroanatomy of the external urethral sphincter: implications for urinary continence preservation during radical prostate surgery
Narayan P, Konethy B, Aslam K, Aboseif S, Blumenfeld W, Tanagho E
Recherche - Physiologie J Urol, 1995, 153, 337-341
Etude anatomique de l'innervation du sphincter uréthral externe: déductions pratiques pour la préservation de la continence lors de la prostatectomie radicale.

Parmi les mécanismes de continence post-prostatectomie, qui sont probablement multiples, l'innervation a certainement une place importante. Cependant l'innervation du sphincter uréthral externe reste l'objet d'une controverse, et actuellement la lésion per-opératoire du nerf pudendal (honteux) n'est pas retenue comme une étiologie possible d'incontinence. Afin de mieux comprendre l'anatomie du sphincter uréthral et notamment son innervation, les auteurs ont mené une étude sur 18 cadavres. Les études macroscopiques et histologiques ont montré qu'une partie de l'innervation du sphincter uréthral externe provenait du nerf dorsal de la verge après son émergence du nerf pudendal. Cette branche est située entre 0,3 et 1,3cm de l'apex prostatique, dans 50% de manière strictement unilatérale ou avec seulement une branche de chaque coté. L'étude histochimique a démontré que ces nerfs sont essentiellement à composante sensitive, même si une activité motrice ne peut être totalement éliminée. En conclusion, la situation de cette innervation accessoire du sphincter uréthral externe la rend particulièrement vulnérable au cours de la prostatectomie radicale. Ceci pourrait expliquer la survenue de certaines incontinence post-prostatectomie.

Mots clés : vesicosphincteric physiology, urethral sphincter, neuroanatomy, radical prostatectomy, urinary incontinence
Genetic factors in calcium oxalate stone disease.
Goodman HO, Holmes RP, Assimos DG
Synthèse thématique J Urol, 1995, 153, 301-307
Facteurs génétiques dans la maladie lithiasique à calculs d'oxalate de calcium.

ComF-JU-95-01530301.html

Mots clés : stones, genetics, etiopathogenesis, stone formation
Radical retropubic prostatectomy: the influence of accessory pudendal arteries on the recovery of sexual function
Polascik TJ, Walsh PC
Article original J Urol, 1995, 153, 150-152
Prostatectomie radicale rétropubienne: l'influence de l'artère pudendale accessoire dans la préservation de la fonction sexuelle.

L'insuffisance artérielle est un des facteurs principaux responsables de l'impotence chez les hommes après prostatectomie radicale avec préservation des nerfs érecteurs. L'artère pudendale accessoire a été précédemment décrite parcourant la face antéro-latérale de la prostate. Ces données anatomiques ont poussé les auteurs, ces sept dernières années, à étudier la présence ou non de ces artères accessoires et ils ont développé une technique chirurgicale pour les préserver. Entre 1987 et 1994, 835 hommes puissants ont bénéficié d'une prostatectomie radicale et l'artère pudendale accessoire a été retrouvée chez 33 de ceux-ci (4%). Grâce à leur technique chirurgicale, il a été possible de préserver cette artère chez 19 des 24 patients (79%). Un suivi de plus d'un an a été possible chez 22 de ces hommes qui avaient bénéficié par ailleurs d'une préservation des bandelettes neuro-vasculaires. Le retour à des érections permettant une intromission et un orgasme a été retrouvé chez 8 des 12 patients (67%) chez qui l'artère avait été préservée et 5 des 10 patients (50%) chez qui l'artère avait été sacrifiée. Ils concluent que l'artère pudendale interne accessoire est rare (4%), la dissection de ces artères à partir du plexus veineux dorsal (79%) a été associée à une perte sanguine importante, le compte tenu du taux de puissance identique des patients chez qui cette artère accessoire a été préservée et ceux où elle a été sacrifiée, la préservation de routine ne semble pas être utile.

Mots clés : radical prostatectomy, iatrogenic complication, erectile dysfunction, pathophysiology
The role of retroperitoneal lymphadenectomy in clinical stage B testis cancer: the Indiana University experience (1965 to 1989)
Donohue JP, Thornhill JA, Foster RS
Article original J Urol, 1995, 153, 85-89
Intérêt du curage ganglionnaire rétro-péritonéal dans les cancers du testicule stade B clinique: expérience de l'Université d'Indiana (1965-1989).

Entre 1965 et 1989, 1180 patients ont subi un curage ganglionnaire rétro-péritonéal pour une tumeur non séminomateuse du testicule (638 curages d'emblée). Parmi ces patients 174 étaient considérés pré-opératoirement comme des tumeurs de stade B clinique (suspicion de métastases ganglionnaires rétro-péritonéales lors du bilan d'extension clinique). La chirurgie a révélé que 41 (23%) d'entre eux étaient des stades anatomo-pathologiques A (pas de ganglions cancéreux). Cette non-spécificité dans le staging clinique reste constante malgré les progrès dans les moyens de bilan d'extension durant les 25 dernières années. Parmi les patients porteurs d'une tumeur classée B anatomo-pathologiquement, 65% ont été guéris par le curage ganglionnaire rétro-péritonéal exclusif. Ces résultats à long terme indiquent que le curage ganglionnaire rétro-péritonéal premier n'a pas seulement un intérêt diagnostic mais aussi un impact thérapeutique. Plus, ce taux de guérison avec un suivi à long terme est équivalent à ceux des séries rapportées récemment de chimiothérapie de première intention seule pour les stades B. Ce taux de guérison avec une thérapeutique unique (curage ganglionnaire rétro-péritonéal seul) a été atteint en moyenne en 4 heures et est par conséquent plus rentable sur le plan du temps et du coût que les résultats antérieurs avec 3 ou 4 cures de chimiothérapie première.A l'ère postérieure au Cisplatine (1979-1989), 140 patients cliniquement stades B ont été traités par le curage ganglionnaire rétro-péritonéal premier: 32 (23%) avaient un cancer stade A anatomo-pathologique et 2 d'entre eux (6%) ont échappé. Ces deux patients sont actuellement en rémission, libres de toute maladie résiduelle avec une chimiothérapie. Sur les 108 patients restants avec le stade B anatomo-pathologique, 49 n'ont reçu aucune chimiothérapie adjuvante et 59 ont reçu une chimiothérapie adjuvante à base de Cisplatine. Parmi ces 49 patients, 18 (37%) ont échappé et 2 sont morts. Aucun patient n'ayant reçu une chimiothérapie adjuvant post-opératoire à base de cisplatine n'a échappé. Le taux global de survie de ces 140 patients stade B anatomo-pathologique est de 98%. Il y a eu 3 morts, un seulement de son cancer. L'ajout du Cisplatine dans la chimiothérapie adjuvante post-opératoire a transformé les tumeurs non séminomateuses du testicule stade B anatomo-pathologique en les rendant libre de toute récidive. Ainsi le curage ganglionnaire rétro-péritonéal en monothérapie est curatif chez 2-3 des patients ayant une maladie de stade II, tandis que le 1-3 restant ayant une progression avec un échappement clinique peuvent être sauvés par la chimiothérapie. De futures considérations concernant la sélection des thérapeutiques pour les tumeurs non séminomateuses du testicule de stade II clinique devront prendre en compte les bénéfices obtenus et les coûts, en terme de risque, et intégrer la qualité de vie. Plusieurs études coopératives vont examiner ces points, incluant des groupes européens et américains

Mots clés : testis, nonseminomatous germ cell tumor, retroperitoneal lymph node dissection
Ileocolic neobladder in the woman with interstitial cystitis and a small contracted bladder
Bejany DE, Politano VA
Article original J Urol, 1995, 153, 42-43
Néo-vessie iléo-colique chez la femme porteuse d'une cystite interstitielle avec une petite vessie contractée.

Le remplacement de vessie avec un segment iléo-colique après cystectomie a été réalisé chez 5 femmes porteuses d'une petite vessie rétractée, liée à une cystite interstitielle. L'urèthre a été sectionné au col vésical chez 2 patientes et en région distale chez les 3 autres. Les trois dernières patientes vident leur vessie complètement et urinent naturellement, tandis que les deux autres ont un important résidu post-mictionnel et nécessitent le recours aux auto sondages intermittents. La moyenne d'âge de ces patientes était de 50 ans et le suivi moyen de 52 mois. Toutes les patientes ont une continence diurne et nocturne parfaite, et sont libres de tout symptôme lié à leur cystite interstitielle. Le remplacement vésical total chez la femme porteuse d'une cystite interstitielle et d'une vessie rétractée améliore significativement la qualité de vie et est une alternative aux autres formes de dérivation urinaire.

Mots clés : interstitial cystitis, replacement cystoplasty
Effect of medical management and residual fragments on recurrent stone formation following shock wave lithotripsy.
Fene JK, Pak CY, Preminger GM
Article original J Urol, 1995, 153, 27-33
Rôle du traitement médical et des fragments résiduels sur la récidive lithiasique après lithotritie extracorporelle.

BUTS. L'objectif de l'étude est d'étudier les rôles joués par les fragments résiduels et le traitement médical approprié après LEC, dans la survenue d'une récidive lithiasique. PATIENTS ET METHODES. Les auteurs ont sélectionné 80 patients traités par LEC et adressés pour prise en charge métabolique et traitement médical de leur maladie lithiasique. Après la LEC, 31 patients n'avaient plus de calcul et 49 avaient des fragments résiduels. Tous les patients ont maintenu une diurèse quotidienne de deux litres et une alimentation équilibrée. Divers traitements médicaux, fonction des anomalies métaboliques observées, ont été instaurés. Dans les 4 mois qui ont suivi la LEC, 25 patients ont interrompu le traitement médical pour diverses raisons. Après un suivi moyen de 43,2 mois, les auteurs ont déterminé le taux de formation lithiasique individuel moyen avant et après LEC, pour ces patients classés en 4 groupes en fonction de la présence ou non de fragments résiduels après LEC et la poursuite ou non du traitement médical. RESULTATS. Le traitement médical diminue ce taux de façon significative chez tous les patients avec ou sans fragments résiduels. Pour les patients non traités médicalement, les seules règles hygiénodiététiques n'ont permis qu'un abaissement non significatif de ce taux. De la même façon le traitement médical augmente de façon significative dans chaque groupe, le nombre de patients qui ne font pas de récidive. Le traitement médical diminue la masse lithiasique à terme des patients avec fragments résiduels. CONCLUSION. Une étude des coûts de la récidive lithiasique est largement en faveur des groupes de patients traités médicalement et en faveur des groupes sans fragments résiduels.

Mots clés : stones, extracorporeal lithotripsy, recurrence, residual calculus
Urological complications in 1000 consecutive renal transplant recipients
Shoskes DA, Hanbury D, Cranston D
Article original J Urol, 1995, 153, 18-21
Complications urologiques de 1000 transplantations rénales consécutives.

Les auteurs rapportent les complications urologiques des 1000 premières transplantations rénales consécutives dans leur centre de transplantation rénale avec un suivi minimum de 12 mois. Le rein a été greffé en fosse iliaque dans tous les cas mais chez trois greffés l'uretère fut anastomosé à la vessie selon la technique de Politano-Leadbetter. Globalement, il y a eu 71 complications immédiates chez 68 patients (7,1%) en incluant 36 obstructions urétérales, 25 fuites vésicales ou urétérales (nécroses urétérales inclues), 7 obstructions à la vidange vésicale, 2 calculs urétéraux et 1 cas de reflux vésico-urétéral symptomatique. L'utilisation de fortes doses de corticoïdes dans les premières années fut associée à un taux de 10% de complications urologiques, qui a diminué à 4% chez les patients recevant de faibles doses de corticoïdes combinées à l'azathioprine ou à la ciclosporine. La complication urologique fut traitée chirurgicalement chez 65 patients en une intervention et pour 4 en deux interventions. Aucun greffon ne fut perdu à cause de la complication urologique. Deux patients sont morts, 1 de sepsis après résection transuréthrale de la prostate et nécrose urétérale consécutive, et 1 d'hémorragie suivant l'insertion d'une néphrostomie. La plupart des complications ont été traitées par une chirurgie à ciel ouvert, alors que depuis les dernières années, les techniques endoscopiques deviennent de plus en plus courantes. Une technique méticuleuse, des protocoles avec de faibles doses de corticoïdes, et un diagnostic rapide sont les facteurs majeurs associés à une incidence minimum de complications urologiques après transplantation rénale.

Mots clés : renal transplantation, iatrogenic complication
Superselective endo-vascular treatment of renal vascular lesion
Beaujeux R, Saussine C, Al-Fakir A, Boudjema K, Roy C, Jacqmin D, Bourjat P
Article original J Urol, 1995, 153, 14-17
Traitement endovasculaire super sélectif des lésions vasculaires rénales.

L'embolisation avec des micro-coïls de platine injectés au travers d'un micro cathéter Tracker-18 a été effectuée chez 6 patients lorsque le cathétérisme périphérique sélectif avec des cathéters standards d'angiographie n'a pas été possible. Au total les patients avaient 7 lésions rénales vasculaires périphériques (3 fistules artério-veineuses, 2 faux anévrismes, 1 traumatisme vasculaire direct et 1 malformation artério-veineuse). Chez tous les patients les micro-coïls de platine ont été utilisés d'emblée comme élément d'embolisation. Deux patients ont eu besoin d'embolisations répétées de colle. Le traitement endovasculaire a été techniquement réussi chez tous les patients et il n'y a pas eu de complications. Trois patients n'ont eu aucun infarctus parenchymateux et trois autres de petits infarctus périphériques (10 à 15% du parenchyme rénal). Le traitement endovasculaire super sélectif avec un cathéter à rigidité variable est une technique utile quand les techniques classiques d'embolisation ne sont pas possibles.

Mots clés : renal artery, vascular surgery, vascular disease, embolization
A conservative approach to bilateral testicular germ cell tumors
Heindereich A, Bonfig R, Derschum W, Von Vietsch H, Wilbert DM
Article original J Urol, 1995, 153, 10-13
Approche d'un traitement conservateur dans les tumeurs germinales bilatérales du testicule.

Les auteurs rapportent 6 observations de patients porteurs de tumeurs germinales bilatérales du testicule traitées chirurgicalement avec préservation de l'organe. Des tumeurs de 6 à 30mm ont été énucléées, et des biopsies du lit tumoral ainsi qu'en périphérie ont été effectuées. L'examen histologique a révélé un séminome dans 4 cas, un carcinome embryonnaire dans un cas et une tumeur à cellule de leydig. Tous les patients ont subi une irradiation testiculaire de 20 gray pour carcinome in situ. Une biopsie testiculaire a été effectuée à 6 mois postopératoire pour évaluer les résultats thérapeutiques. Avec un suivi moyen de 43 mois, tous les patients étaient indemnes de toute maladie et il n'y avait aucune récidive tumorale. Les taux de LH et de testostérone étaient dans les limites de la normale et aucune substitution androgénique n'a été nécessaire. L'étude des auteurs suggère que la chirurgie avec préservation de l'organe pour les tumeurs germinales testiculaires bilatérales représente une nouvelle approche thérapeutique avec des avantages endocrinologiques et psychologiques. Dans leur expérience la chirurgie conservatrice est possible sous certaines conditions, dont l'existence d'une tumeur confinée à l'organe sans infiltration du rete testis, avec vérification sur plusieurs biopsies du lit tumoral et du parenchyme périphérique et, le traitement d'un carcinome in situ par irradiation et le suivi rapproché des patients.

Mots clés : testis, germ cell tumor, bilateral tumors, orchiectomy, organ-sparing surgery
Prostate specific antigen decline following the discontinuation of flutamide in patients with stage D2 prostate cancer.
Figg WD, Sartor O, Cooper MR, Thibault A, Bergan RC, Dawson N, Reed E, Myers CE
Article original Am J Med, 1995, 98, 412-414
Mots clés : prostate, tumor, endocrine therapy, antiandrogen withdrawal syndrom

Résultats 6481 à 6490 sur 7514

 << 

 

 Page 646

 Page 647

 Page 648

 Page 649

 Page 650

 Page 651

 Page 652

 Page 653

  >

  >>

Rédacteur : Urofrance
Réalisation : Axoïde
Valide HTML 5  Valide CSS  Optimisé pour Firefox  Construit avec Typo3