Migration intravésicale d'un dispositif intra-utérin compliquée d'une lithiase

Abdenbi JOUAL, Badreddine QUERFANI, Abellatif TAHA, Amine EL MEJJAD, Younes FROUGUI, Redouane RABII, Adil DEBBAGH, Mohamed EL MRINI
Service d'Urologie, CHU Ibn Rochd, Casablanca, Maroc
Prog Urol, 2004, 374
Cas clinique
Résumé
La migration transutérine d'un dispositif intra-utérin (DIU) est une complication rare. Nous rapportons un cas de stérilet migré dans la vessie, qui s'est calcifié secondairement et qui a été pris à tort pour une lithiase vésicale.
Il s'agit d'une femme âgée de 38 ans, porteuse d'un stérilet depuis 3 ans, qui consulte pour hématurie, avec des signes d'irritation vésicale.
Le couple écho/AUSP a posé le diagnostic de lithiase vésicale. Le diagnostic positif du DIU migré et calcifié ne s'est posé qu'après l'extraction chirurgicale du calcul.


Le DIU constitue la méthode contraceptive la plus utilisée dans le monde, en raison de son innocuité [11, 12] ; cependant, il peut engendrer certaines complications, comme les troubles du cycle menstruel, les fistules vésico-vaginales, les infections pseudotumorales type actinomycose [4], l'expulsion ou la perforation utérine.

La migration du DIU dans les organes de voisinage constitue une complication rare [15].

Nous rapportons un cas de migration transutéro-vésicale d'un DIU.

Observation

Madame A. S. âgée de 38 ans, sans antécédents pathologiques particuliers (3ème geste, 3ème pare) a présenté 6 mois avant son hospitalisation, une hématurie terminale caillotante avec des cystalgies, douleurs pelviennes, pollakiurie et brûlures mictionnelles.

- L'examen clinique était sans particularité.

- L'ECBU s'est révélé stérile;

- L'échographie a objectivé une image de lithiase vésicale de 4 cm de diamètre;

- L'AuSP a montré une image de lithiase se projetant sur l'aire vésicale.

La lithotritie endovésicale préconisée a été vouée à l'échec, d'où l'indication d'une extraction du calcul par voie chirurgicale sus pubienne.

Cette extraction a révélé la présence d'un stérilet calcifié (Figure 1). A posteriori, l'interrogatoire de la patiente a mis en évidence la mise en place d'un stérilet depuis 3 ans. Les suites opératoires étaient simples.
Figure 1 : Aspect du stérilet calcifié.

Discussion

Le DIU constitue une méthode contraceptive provisoire, la plus utilisée dans le monde [15].

En plus de son mécanisme d'action mécanique et hormonal, le stérilet induit une inflammation endométriale empêchant alors la nidation; cette inflammation est une arme à double tranchant. L'importance des réactions inflammatoires entraïne une accumulation non négligeable d'enzymes lysosomiales lytiques favorisant la destruction endométriale et la migration [1].

L'insertion du DIU est un acte médical simple mais non dénué de risque et de complications, telles la migration après perforation utérine et l'infection. L'incidence de la perforation utérine est rare (entre 0,4 et 6,7 pour 1000 insertions) [10, 13]. Elle survient souvent au moment de la pose du DIU.

La migration intramyométriale commence par l'incarcération d'une branche du DIU dans le myomètre, les phénomènes inflammatoires ainsi que les contractions utérines vont permettre au DIU de poursuivre sa migration [8, 10]. Certains facteurs prédisposent à cette migration, entre autres une fragilisation du myomètre par des grossesses multiples et des césariennes, utérus anté ou rétroversé, hypoplasiques et la pose de DIU trop précoce dans les suites de couches [7].

La migration transutérine des DIU peut prendre plusieurs directions soit cutanée, soit dans l'abdomen, soit dans l'ovaire, soit dans l'espace pelvien extravésical, soit dans la vessie comme c'est le cas de notre patiente [1, 7, 8, 15].

La localisation intravésicale n'est pas toujours synonyme d'une migration transutéro-vésicale. Chez certaines patientes, on a incriminé une faute technique d'insertion du DIU qui peut être placé accidentellement en intravésical par voie transurétrale par un personnel paramédical non expérimenté [6].

Cette migration transutéro-vésicale peut être émaillée de plusieurs complications, soit une actinomycose pelvienne englobant la vessie [9], soit une fistule vésicoutérine [2] avec une hématurie cataméniale, soit la formation d'un calcul englobant le DIU, comme c'est le cas de notre patiente, et c'est la complication la plus fréquente [8, 14].

La perforation utérine par le DIU est souvent asymptomatique [8, 15]. Néanmoins, la migration intravésicale peut se manifester par une pollakiurie, des brûlures mictionnelles et une dysurie, faisant évoquer à tort une cystite banale [7, 8, 15]. Une hématurie terminale peut être parfois associée.

Le diagnostic de migration est suspecté devant l'absence de visualisation des fils repères du DIU au niveau de l'exocol. Rarement on peut objectiver l'issue de fil du DIU à travers le méat urétral lors des efforts mictionnels [7].

Le diagnostic est évoqué sur l'AuSP qui montre le DIU englobé par une opacité de tonalité calcique. L'échographie confirme la localisation intravésicale du DIU et la vacuité de la cavité utérine. Donc le couple Echographie/AuSP permet le diagnostic de migration intravésicale du DIU dans la majorité des cas, cependant, il peut faire à tort le diagnostic de lithiase vésicale simple comme le cas de notre observation.

La cystoscopie reste le moyen diagnostique le plus fiable de migration intra-vésicale du DIU. De toutes les façons, cette erreur diagnostique ne change en rien l'attitude thérapeutique qui consiste en l'extraction du DIU par voie chirurgicale vésicale [5, 8]. Certains auteurs rapportent l'utilisation avec succès de la lithotritie endovésicale.

Conclusion

La migration intravésicale du DIU entraïne sa calcification, ce qui peut porter à tort le diagnostic de lithiase vésicale. Mais le couple Echo/Ausp redresse en général le diagnostic en mettant en évidence la vacuité utérine et l'absence de stérilet à l'AuSP.

La présence d'une lithiase vésicale chez une femme en période d'activité génitale, porteuse d'un DIU doit faire penser à la migration intravésicale du DIU et sa calcification doit rechercher ce DIU.

Références

1. CHANG C.H., CHOU C.Y., LEE W.I., TZENG C.C., LIU C.H. : Pelvic actinomycosis with colo-ileo-vesical fistula formation: report of case. J. Formos. Med. Assoc., 1992 ; 91 : 342-345.

2. SCHWARTZWALD D., MOOPPAN U.M., TANCER M.L., GONG LEON G. : Vesicouterine fistula with menouria : a complication from an intrauterine contraceptive device. J. Urol., 1986 ; 136 : 1066-1067.

3. GUEDDANA F., KOUBAA A., HAJJAMI R. : La migration du stérilet. Maghreb Médical, 1993 ; 272 : 31-35.

4. HASSANAIN F.H. : The misplaced intra uterine device. Int. J. Gynecol. Obstet., 2002 ; 78 : 251-252.

5. HERMIDA PEREZ J.A., DEL CONAL SNAREY T., CERDERRAS MARINEZ G., AGUERO GOMEZ J.L., MACHADO V. : Bladder lithiasis formed from an IUD : A rare case. Arch. Esp. Urol., 1997 ; 50 : 808-809.

6. HERNANDEZ-VALENCIA : Intravesical translocation of an intrauterine device, report of case. Gynecol. Obstet. Mex., 1998 ; 66 : 290-292.

7. BACHA K., BEN AMNA M., BEN HASSINE L., GHADDAB S., AYED M.: Dispositif intra-utérin migré dans la vessie. Prog. Urol., 2001 ; 11 : 1289-1291.

8. MASKEY C.P., RAHMAN M., SIGDAR T.K., JOHNSEN R. : Vesical calculus around an intrauterine contraceptive device. Br. J. Urol., 1997 ; 79 : 654-655.

9. SPARKS R.A., PURRIER B.G., WATT P.J., ELSTEIN M. : Bacteriological colonisation of uterine cavity : role of tailed intrauterine contraceptive device. Br. Med. J., 1981 ; 282 : 1189-1191.

10. RIETHNULLER D., GRAY C., BENOIT S., ROTH P.H., SCHAAL J.P., MAILLET R., COLETTE C. : La migration abdominale d'un DIU peut-elle être à l'origine d'une rupture utérine gravidique ? Rev. Fr. Gynécol. Obstet., 1996 ; 91 : 496-498.

11. SERFATY D. : Les dispositifs intra-utérins. Les mises à jour en gynécologie et obstétrique. Paris, Vigot, 2000 ; 281-306.

12. THONNEAU P., GOUKARD H., GOYAUX N. : Risk factors for intrauterine device failure : a review. Contraception., 2000 ; 64 : 33-37.

13. WOODS M., WISE H.M. : An unusual cause of cystolithiasis : a migrant intra-uterine device. J. Urol., 1980 ; 124 : 720-721.

14. YALCIN V., DEMIR K. : An unusual presentation of a foreign body in the urinary bladder : A migrant intrauterine device. Urol. Int., 1998 ; 61 : 240-242.

15. ZERAIDI N. : La migration intra-ovarienne d'un dispositif intra-utérin. J. Prat., XIII ; 3 : 36-37.
Mots clés : Dispositif intra-utérin, lithiase vésicale, migration trans-utérine

<< Retour

Rédacteur : Urofrance
Réalisation : Axoïde
Valide HTML 5  Valide CSS  Optimisé pour Firefox  Construit avec Typo3