Examen urodynamique (Comité de Neuro-urologie)

M de Seze, A Ruffion, X Game, G Karsenty, E Castel, S Bart, JJ Labat, P Grise, C Scheiber-Nogueira, L Cormier, P Denys
Fiches d'information patient, 2010, 1
Document destiné au patient
Commentaire
Cette fiche d’information, rédigée par l’Association Française d’Urologie*, est destinée aux patients ainsi qu’aux usagers du système de santé.

Remise lors de votre consultation d’urologie avant de pratiquer un acte à visée diagnostique ou thérapeutique, elle est destinée à vous aider à mieux comprendre l’information délivrée par votre Urologue. Il vous a expliqué la pathologie dont vous souffrez ou dont il doit faire le diagnostic. Il vous a exposé les différentes modalités et alternatives de prise en charge et de traitement et les conséquences prévisibles en cas de refus de l’acte proposé.

Vous sont exposés ici les raisons de l’acte que va pratiquer votre urologue, son déroulement, les conséquences habituelles et les risques fréquents ou graves normalement prévisibles. Les conditions du suivi après examen ou intervention sont aussi précisées.

Ce document, complémentaire de l’information orale que vous avez reçue, vous permet donc le délai de réflexion nécessaire et une prise de décision partagée avec votre urologue.

Pourquoi un examen urodynamique ?

Le bilan urodynamique a été demandé par votre médecin pour préciser les mécanismes de vos troubles urinaires (fuites urinaires, mictions trop fréquentes, envie pressante d’uriner, douleur à la miction, nécessité de pousser pour uriner).
Cet examen participe à l’analyse de vos troubles urinaires en complément de l’examen clinique, du calendrier mictionnel et d’éventuels autres examens complémentaires.

Comment se déroule l’examen ?

L’examen est réalisé en position gynécologique ou semis assis. Il nécessite d’avoir dévêtu le bas de son corps. Réalisé après un examen clinique du petit bassin, destiné a tester les fonctions neurologiques du périnée et à dépister des dysfonctionnements des organes du petit bassin, l’examen urodynamique comprend en règle générale trois parties :
La débimétrie consiste à enregistrer la vitesse et la manière dont vous urinez. Elle est le plus souvent réalisée sur un siège de toilette connecté à une mesure de débit.
La cystomanométrie consiste à enregistrer les pressions qui règnent dans votre vessie quand elle est vide et au cours du remplissage de la vessie. Pour mesurer ces pressions, après désinfection locale, une sonde de fin diamètre, stérile et à usage unique sera introduite par les voies naturelles dans le canal de l’urètre et jusqu’à la vessie. Cette sonde permettra à la fois d’enregistrer les pressions et de remplir progressivement votre vessie avec de l’eau stérile (ou parfois du gaz). Il est souvent nécessaire de mesurer simultanément la pression abdominale par l’intermédiaire d’un capteur ressemblant à un suppositoire placé dans le rectum. Parfois, mais ce n’est pas systématique, il est nécessaire d’enregistrer l’activité du sphincter de l’urètre (petit muscle qui permet de retenir ses urines, et qui parfois ne se relâche pas correctement lorsque l’on essaie d’uriner). On utilise généralement pour cela une électrode aiguille à usage unique, parfois des électrodes autocollantes.
Pendant le remplissage de la vessie, il vous est demandé de nous signaler vos besoins d’uriner ou équivalent de besoin d’uriner, et en fin d’examen d’essayer d’uriner.
La profilométrie consiste à enregistrer les pressions qui règnent dans l’urètre, canal de sortie de la vessie. Pour cela, on retire progressivement de la vessie la sonde qui a été mise en place pour la cystomanométrie.
L’ensemble de l’examen dure environ 1 heure (30 à 60 minutes). Il ne nécessite pas d’être hospitalisé ni d’anesthésie. L’ensemble de vos activités pourra être repris après l’examen.

Que dois-je faire avant l’examen ?

Il n’est pas nécessaire de modifier ses habitudes de boisson ni d’être à jeun pour l’examen.
Lorsque cela est possible, il est souhaitable de se retenir d’uriner dans l’heure précédente l’examen. Il est également préférable d’être allé à la selle le jour de l’examen.
Le bilan urodynamique ne pourra pas être réalisé si vous avez une infection urinaire. C’est pourquoi il vous sera demandé de réaliser une analyse d’urine la semaine précédente l’examen. Si cette analyse révèle l’existence d’une infection, il sera nécessaire de la traiter avant l’examen.
Certains médicaments peuvent modifier le comportement de la vessie. C’est pourquoi nous vous demandons d’apporter la liste des médicaments que vous prenez.
Il vous sera également demandé de nous prévenir si vous êtes allergique à certains désinfectants locaux ou au latex, si vous prenez des anticoagulants et si vous portez un pace maker.

Quels sont les risques encourus ?

Une gêne ou une douleur du canal de l’urètre peut survenir les quelques heures suivant le bilan. Elle est liée au passage de la sonde de l’urètre et n’a pas de caractère de gravité.
Une infection des urines peut exceptionnellement survenir après le bilan urodynamique. Il faudrait alors consulter votre médecin traitant et nous prévenir. C’est pour éviter cette infection que nous vous demanderons d’augmenter vos boissons après l’examen.
L’ensemble du matériel utilisé est stérile et à usage unique (sauf si un capteur électronique restérilisable selon des procédures de décontamination et de désinfection validées a été utilisé).
Aucune injection de médicament ni de produit de contraste radiographique ne sera réalisée.
Année de rédaction de la fiche : 2008
Année d’actualisation de la fiche : 2008
* L’Association Française d’Urologie n’assume aucune responsabilité propre en ce qui concerne les conséquences dommageables éventuelles pouvant résulter de l’exploitation des données extraites des documents, d’une erreur ou d’une imprécision dans le contenu des documents.
Mots clés : vessie, urodynamique

<< Retour

Rédacteur : Urofrance
Réalisation : Axoïde
Valide HTML 5  Valide CSS  Optimisé pour Firefox  Construit avec Typo3