Comité des Troubles Mictionnels de l'Homme

Complications graves et inattendues de la chirurgie de l’hyperplasie bénigne de prostate : résultats de l’enquête du CTMH auprès des urologues de l’AFU
2015
- Réf : Prog Urol, 2015, 25, 10, 583-589


Mots clés:
hyperplasie bénigne de la prostate / Chirurgie / Complications / Résection transurétrale de la prostate / Lasers
Guide de prise en charge en médecine générale des symptômes du bas appareil urinaire de l’homme liés à une hyperplasie bénigne de la prostate
2015
- Réf : Prog Urol, 2015, 25, 7, 404-412


Mots clés:
hyperplasie bénigne de la prostate / Symptômes du bas appareil urinaire / Médecine générale
Prise en charge des symptômes du bas appareil urinaires liés à l’hypertrophie bénigne de prostate
2014
- Réf : Prog Urol, 2014, 24, 14, 929-933


Traitement de l’incontinence urinaire masculine non neurologique par hyperactivité vésicale : une revue de la littérature du CTMH de l’AFU
2014
- Réf : Prog Urol, 2014, 24, 9, 588-594


Mots clés:
hyperactivité vésicale / Incontinence urinaire masculine / Urgenturies / anticholinergiques / OnabotulinumtoxinA
Bilan initial d’une incontinence urinaire masculine (non neurologique) : revue de la littérature du CTMH de l’AFU
2014
- Réf : Prog Urol, 2014, 24, 7, 421-426


Mots clés:
Incontinence urinaire masculine / Bilan initial / Diagnostic
Impact en pratique clinique de l’indice de protrusion prostatique intravésicale : une revue de la littérature du CTMH de l’AFU
2014
- Réf : Prog Urol, 2014, 24, 5, 313-318


Mots clés:
Protrusion prostatique intravésicale / Symptômes du bas appareil urinaire / hypertrophie bénigne de la prostate / Lobe médian
Recommandations pour l’utilisation de la toxine botulinique de type A (Botox®) dans l’hyperactivité vésicale réfractaire idiopathique
2014
- Recommandations
- Réf : Prog Urol, 2013, 23, 17

Mots clés:
Toxine botulinique / Hyperactivité vésicale idiopathique réfractaire / Urodynamique / Botox®
Traitement de l’hyperplasie bénigne de prostate par techniques endoscopiques électriques et adénomectomie voie haute : revue de littérature du CTMH de l’AFU
Surgical management of benign prostatic hyperplasia by endoscopic techniques using electricity and open prostatectomy: A review of the literature by the LUTS committee of the French Urological Association
2011
- Article de revue
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 2, 73-79

Objectif : Réaliser une mise au point sur le traitement chirurgical par résection ou vaporisation électrique et adénomectomie pour le traitement de l’hyperplasie bénigne de prostate (HBP).
Méthode : Une revue systématique de la littérature a été réalisée dans la base de données Pubmed sur une période allant de 1980 à 2011. Le niveau de preuve des publications a été évalué, et seules les publications les plus récentes et de plus haut niveau de preuve ont été sélectionnées.
Résultats et conclusions : Les deux techniques de référence sont la résection transuréthrale de prostate (RTUP) monopolaire et l’adénomectomie voie haute. Les alternatives endoscopiques électriques sont la vaporisation mono ou bipolaire, ainsi que la résection bipolaire. Ces techniques semblent apporter des résultats fonctionnels proches de ceux de la RTUP et de l’adénomectomie, ainsi qu’un avantage en termes de réduction du risque hémorragique.

Purpose: To perform an update on the surgical treatment of benign prostatic hyperplasia (BPH) by endoscopic electric resection and vaporization, and by open prostatectomy.
Method: A systematic review of recent literature was performed. The level of evidence of each report was evaluated, and only recent publications of high level of evidence were included.
Results and conclusions: Both monopolar transurethral resection of the prostate (TURP) and open prostatectomy remain the gold standards. Endoscopic electric alternatives are monopolar and bipolar prostate vaporisation as well as bipolar resection. These techniques seem to show similar functional results than TURP and open prostatectomy, as well as an advantage in terms of bleeding.

Mots clés:
hypertrophie bénigne de la prostate / Résection / Vaporisation / Adénomectomie
Mots-clés:
Benign prostatic hyperplasia / Resection / Vaporisation / Open prostatectomy
Traitement chirurgical de l’hyperplasie bénigne de la prostate par laser : revue de littérature du CTMH de l’AFU
Surgical management of BPH by laser therapies: A review of the literature by the LUTS committee of the French urological association
2011
- Article de revue
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 2, 80-86

Objectif : Réaliser une mise au point sur le traitement chirurgical par laser de l’hyperplasie bénigne de prostate (HBP).
Méthodes : Une revue systématique de la littérature a été réalisée dans la base de données Pubmed sur une période allant de 1980 à 2011. Le niveau de preuve des publications a été évalué, et seules les publications les plus récentes et de plus haut niveau de preuve ont été sélectionnées.
Résultats et conclusions : Les deux techniques de référence sont la résection transuréthrale de prostate (RTUP) monopolaire et l’adénomectomie voie haute. Les alternatives endoscopiques utilisant le laser sont la vaporisation photosélective (potassium-titanyl-phosphate [KTP] ou lithium triborate [LBO]), l’énucléation à l’holmium (HoLEP) et la résection au thulium. Ces techniques semblent apporter des résultats fonctionnels proches de ceux de la RTUP et de l’adénomectomie, ainsi qu’un avantage en termes de réduction du risque hémorragique.

Purpose: To perform an update on the surgical treatment of benign prostatic hyperplasia (BPH) by laser.
Method: A systematic review of recent literature was performed. The level of evidence of each report was evaluated, and only recent publications of high level of evidence were included.
Results and conclusions: Monopolar transurethral resection of the prostate (TURP) and open prostatectomy remain the gold standards. Alternative endoscopic options are laser photoselective vaporisation, holmium enucleation and thulium resection. These techniques seem to show functional results similar to those obtained after TURP and open prostatectomy, as well as an advantage in terms of bleeding.

Mots clés:
hypertrophie bénigne de la prostate / Résection / Vaporisation / Laser
Mots-clés:
Benign prostatic hyperplasia / Resection / Vaporisation / Laser
Traitement chirurgical de l’hyperplasie bénigne de la prostate par thermothérapie et autres techniques émergentes : revue de littérature du CTMH de l’AFU
Surgical management of benign prostatic hyperplasia by thermotherapy and other emerging techniques: A review of the literature by the LUTS committee of the French Urological Association
2011
- Article de revue
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 2, 87-92

Objectif : Réaliser une mise au point sur les techniques mini-invasives, incluant la thermothérapie, les prothèses urétrales et les techniques émergentes pour le traitement de l’hyperplasie bénigne de prostate (HBP).
Méthode : Une revue systématique de la littérature a été réalisée dans la base de données Pubmed sur une période allant de 1980 à 2011. Le niveau de preuve des publications a été évalué, et seules les publications les plus récentes et de plus haut niveau de preuve ont été sélectionnées.
Résultats et conclusions : Les deux techniques de référence sont la résection transuréthrale de prostate (RTUP) monopolaire et l’adénomectomie voie haute. La thermothérapie par micro-ondes ou TUNA est une alternative au traitement médical. Les prothèses endo-urétrales sont d’indication exceptionnelle en raison de leurs complications, et réservées aux cas de contre-indication chirurgicale. Les injections intra-prostatiques de toxine botulique et d’éthanol sont en cours d’évaluation.

Purpose: To perform an update on mini-invasive surgical treatment of benign prostatic hyperplasia (BPH) by thermotherapy and other emerging techniques.
Method: A systematic review of literature was performed in Pubmed database for the period running from 1980 to 2011. The level of evidence of each report was evaluated, and only recent publications of high level of evidence were included.
Results and conclusions: Monopolar transurethral resection of the prostate (TURP) and open prostatectomy remain the gold standards. Thermotherapy using transurethral microwaves or needle ablation is an alternative to medical management. Urethral stents should only be proposed in exceptional cases of surgical contra-indication, because of their related complications. Botulinium toxin and ethanol intra-prostatic injections are currently under evaluation.

Mots clés:
hypertrophie bénigne de la prostate / Radiofréquence / Toxine botulique / Éthanol / Prothèse intra-urétrale
Mots-clés:
Benign prostatic hyperplasia / Radiofrequency / Botulinium toxin / Ethanol injections / Urethral stent
Bilan initial, suivi et traitement des troubles mictionnels en rapport avec hyperplasie bénigne de prostate : recommandations du CTMH de l’AFU
2011
- Recommandations
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 16, 977-988

Objectif L’objectif de ce travail était double :
  • établir des recommandations de bonne pratique pour la démarche diagnostique face à un patient ayant des symptômes du bas appareil urinaire (SBAU) pour permettre de poser le diagnostic d’hyperplasie bénigne de prostate (HBP) clinique ;
  • établir des recommandations de bonne pratique sur la prise en charge thérapeutique et le suivi de l’HBP.

Mots clés:
hyperplasie bénigne de la prostate / Symptômes du bas appareil urinaire / recommandations
Traitement médical de l’hyperplasie bénigne de la prostate : revue de littérature par le CTMH/AFU
2011
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 1, 7-12


Mots clés:
Hyperplasie bénigne de prostate / traitement médical
Bilan initial et suivi de l’hyperplasie bénigne de prostate : revue de littérature du CTMH de l’AFU
2011
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 1, 1-6


Objectif Réaliser une revue de littérature sur le diagnostic et le suivi des symptômes du bas appareil urinaire (SBAU) en rapport avec une hyperplasie bénigne de prostate (HBP).


Mots clés:
hyperplasie bénigne de la prostate / Symptômes du bas appareil urinaire / Bilan initial / Suivi / Diagnostic
RTUP, laser ou vapo bipolaire, que choisir ? (Forum CTMH-AFU 2009)
2009
- Réf : Comité des troubles mictionnels, 2009, 1
Mots clés:
technique chirurgicale endoscopique / résection transuréthrale de la prostate / Laser / vaporisation photosélective / vaporisation bipolaire
Prise en charge des patients sous traitement antithrombotique dans la résection transurétrale de prostate : étude multicentrique du CTMH de l'Afu
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, 8, 553-557
Introduction L’hypertrophie bénigne de prostate (HBP) touche plus de 50 % des hommes après 60 ans et 90 % des hommes après 80 ans avec pour conséquence éventuelle des troubles urinaires du bas appareil . On observe cette symptomatologie chez 50 % des hommes après 50 ans . Le gold standard de la prise en charge chirurgicale de l’HBP est la résection transurétrale de prostate (RTUP) depuis plusieurs dizaines d’années [3,4].
Mots clés:
prostate / Anticoagulants / Antithrombotiques / RTUP / HBP
Chirurgie de l'hyperplasie bénigne de la prostate et traitements anticoagulants : état des lieux par le Comité des troubles mictionnels de l'homme de l'Association française d'urologie (CTMH-AFU)
2009
- Réf : Prog Urol, 2009, 19, 8, 517-523
Introduction La population française vieillit et sa médicalisation augmente. Environ 70000 interventions chirurgicales pour adénome de la prostate sont actuellement réalisées chaque année en France. Selon une étude récente du Comité des troubles mictionnels de l’homme (CTMH), 37 % des patients opérés seraient actuellement sous traitement anticoagulant (11 % sous antivitamine K [AVK] et 25 % sous antiagrégant plaquettaire [AAP]) .
Mots clés:
Hyperplasie bénigne de prostate / HBP / Traitement anticoagulant / RTUP / Laser
Chirurgie ambulatoire et laser (Forum CTMH-AFU 2007)
2008
- Réf : Comité des troubles mictionnels, 2007, 1
Mots clés:
Chirurgie ambulatoire / Laser
Anticoagulant, Antiagrégant et chirurgie de l'HBP (Forum CTMH-AFU 2008)
2008
- Réf : Comité des troubles mictionnels, 2008, 1
Mots clés:
Anticoagulant / Antiagrégant
Prise en charge d'une incontinence urinaire masculine après prostatectomie radicale (CTMH AFU 2006 - 4/5) : place de l'injection intra-urétrale de macroplastique, du sphincter urinaire artificiel et des thérapies cellulaires
Management of male urinary incontinence after radical prostatectomy (CTMH AFU 2006 - 4/5): Place of intraurethral macroplastique injection, artificial urinary sphincter and cell therapy
2008
- Mise au point
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 2, 85-88

La prise en charge thérapeutique de l’incontinence urinaire après prostatectomie radicale peut faire appel au sphincter artificiel qui reste la technique de référence même s’il nécessite l’implantation d’un matériel nécessitant parfois des nouvelles interventions pour révision. Les injections de macroplastiques en sous-muqueux ont été proposées mais les résultats semblent peu stables dans le temps. La thérapie cellulaire consistant à injecter des cellules souches dans ou à proximité du sphincter représente probablement l’approche de demain mais en 2006, les études ne sont encore qu’à une phase d’évaluation.

The management of moderate urinary incontinence after radical prostatectomy may require the use of an artificial sphincter, which remains the reference technique although it requires implantation of material, sometimes involving redo operations. Submucosal macroplastique injections have been proposed, but the results do not appear to be maintained over time. Cell therapy, consisting of the injection of stem cells into or close to the sphincter, probably represents the approach of the future, but in 2006, studies were still only at the evaluation phase.

Mots clés:
Incontinence / prostatectomie radicale / Incidence / Sphincter artificiel / Thérapie cellulaire
Mots-clés:
Incontinence / radical prostatectomy / Incidence / Artificial sphincter / Cell therapy
Prise en charge d'une incontinence urinaire masculine après prostatectomie radicale (CTMH AFU 2006 - 5/5)
Management of male urinary incontinence after radical prostatectomy (CTMH AFU 2006 - 5/5)
2008
- Mise au point
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 2, 89-94

La préservation de la continence repose essentiellement sur l’opérateur et la qualité de son geste opératoire. Le nombre des publications sur le sujet témoigne de la volonté des urologues à offrir à leurs patients non seulement le contrôle de leur cancer mais également la conservation de leurs fonctions urinaire et sexuelle. Il faudra conserver au mieux le sphincter strié et les muscles releveurs, préserver les bandelettes vasculonerveuses si cela est carcinologiquement acceptable, préserver le col vésical et obtenir une anastomose étanche. Pour atteindre ces objectifs, le chirurgien aura deux impératifs : une bonne connaissance de l’anatomie et l’obsession du respect de cette anatomie du début à la fin de l’intervention par une dissection hypersélective chez des patients sélectionnés. Enfin sont proposées des recommandations pour le diagnostic et le traitement de l’incontinence urinaire après prostatectomie radicale par le Comité des troubles mictionnels de l’Homme.

Preservation of continence essentially depends on the operator and the quality of the operative procedure. The number of publications on this subject reflects the desire of urologists to provide their patients not only with control of the cancer but also preservation of their sexual and urinary functions. Ideally, surgery should preserve the striated sphincter and levator muscles, the neurovascular pedicles when oncologically acceptable, and the bladder neck and a leak-proof anastomosis must be ensured. The surgeon must satisfy two imperatives to achieve these objectives: a good knowledge of anatomy and meticulous preservation of this anatomy from the beginning to the end of the operation by highly selective dissection in selected patients. Finally, the Comité des Troubles Mictionnels de l’Homme (Male Voiding Disorders Committee) proposes guidelines for the diagnosis and treatment of urinary incontinence after radical prostatectomy.

Mots clés:
Incontinence / prostatectomie radicale / Incidence / sphincter / Bandelettes neurovasculaires
Mots-clés:
Incontinence / radical prostatectomy / Incidence / Sphincter / neurovascular pedicles
Prise en charge d'une incontinence urinaire masculine après prostatectomie radicale (CTMH AFU 2006 - 1/5) : incidence et rôle du bilan urodynamique et de l'électromyogramme
Management of male urinary incontinence after radical prostatectomy (CTMH AFU 2006 - 1/5): Incidence and role of urodynamic assessment and electromyography
2008
- Mise au point
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 1, 14-18

L’incontinence urinaire postprostatectomie a une incidence variable en fonction de la technique utilisée, du temps et de la prise en charge : elle peut aller dans la littérature de quelques pourcents à un an à plus de 60 %. Un bilan sera réalisé en cas de la persistance d’une incontinence urinaire invalidante malgré une rééducation périnéale bien conduite en moyenne à un an après l’intervention chirurgicale. En cas d’incontinence sévère, le bilan pourra être plus précoce. Le bilan urodynamique représente l’examen incontournable permettant de quantifier la pression uréthrale de clôture. Une revue de la littérature du bilan urodynamique et de l’électromyogramme est rapportée.

The incidence of postprostatectomy urinary incontinence varies according to the technique used, over time and according to the type of management, with an incidence at one year ranging from just a few percent to more than 60%. Assessment is required in the case of persistent disabling urinary incontinence despite well conducted perineal rehabilitation one year after surgery or earlier in the case of severe incontinence. Urodynamic assessment is the essential examination to quantify urethral closure pressure. A review of the literature of urodynamic assessment and electromyography is presented.

Mots clés:
Incontinence / prostatectomie radicale / Incidence / bilan urodynamique
Mots-clés:
Incontinence / radical prostatectomy / Incidence / urodynamic assessment
Prise en charge d'une incontinence urinaire masculine après prostatectomie radicale (CTMH AFU 2006 - 2/5) : place de la rééducation périnéale et du traitement médical
Management of male urinary incontinence after radical prostatectomy (CTMH AFU 2006 - 2/5): Place of perineal rehabilitation and medical treatment
2008
- Mise au point
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 1, 19-22

Le traitement de l’incontinence évolue, mais la rééducation périnéale trouve toujours sa place en première ligne. Elle permet le plus souvent d’améliorer rapidement et efficacement les fuites urinaires. Concernant le traitement médical, les ressources thérapeutiques sont assez faibles : les anticholinergiques sont peu efficaces sauf en cas de vessie instable prouvée sur un bilan urodynamique et la duloxétine pour laquelle les résultats préliminaires étaient encourageants n’obtient pas une reconnaissance scientifique et une autorisation légale.

The treatment of incontinence is changing, but perineal rehabilitation still plays an essential role and is usually able to rapidly and effectively improve urinary incontinence. Medical treatment modalities are fairly limited: anticholinergic drugs have a limited efficacy except in the case of unstable bladder demonstrated by urodynamic assessment and, despite encouraging preliminary results, duloxetine has not obtained scientific recognition or marketing authorization.

Mots clés:
Incontinence / prostatectomie radicale / Incidence / Duloxétine / Rééducation périnéale
Mots-clés:
Incontinence / radical prostatectomy / Incidence / Duloxetine / Perineal rehabilitation
Prise en charge d'une incontinence urinaire masculine après prostatectomie radicale (CTMH AFU 2006 - 3/5) : place des ballons périurétraux et des bandelettes sous uréthrales
Management of male urinary incontinence after radical prostatectomy (CTMH AFU 2006 - 3/5): Place of periurethral balloon and suburethral tape
2008
- Mise au point
- Réf : Prog Urol, 2008, 18, 1, 23-28

Le traitement de l’incontinence évolue. La rééduction périnéale trouve toujours sa place en première intention mais de nouveaux procédés sont actuellement disponibles avec des résultats prometteurs en particulier les ballons périuréthraux et les bandelettes sous uréthrales. Leurs places se situent après un échec d’une rééducation périnéale bien conduite et avant le sphincter artificiel. Les ballons périurétraux consistent en deux ballons en silicone remplis d’un mélange de serum physiologique et d’un produit radio-opaque, placés par voie périnéale de part et d’autre de l’urètre le plus près possible du col vésical. Des ports en titane reliés chacun au ballon permettent ajustements du volume contenu dans chaque ballon à tout moment après la chirurgie. Cette technique semble prometteuse mais il est nécessaire d’attendre d’autres publications et afin de mieux préciser de nombreux points en suspens dont les résultats avec des reculs plus longs, quels sont les bons candidats en fonction du degré d’incontinence ou des antécédents associés (radiothérapie). Les bandelettes sous-urétrales sont parmi les dispositifs exerçant une compression statique et permanente de l’urètre ceux qui sont en cours de développement en 2006. Les matériaux utilisés sont assez hétérogènes et il n’existe pas encore de consensus à ce sujet. Les reculs restent relativement courts et peu d’études abordent le problème de la sélection des patients. Pour certains, les incontinences légères à modérées dont la définition exacte reste à préciser seraient les meilleures indications.

The treatment of incontinence is changing. Perineal rehabilitation still plays an essential role, but new modalities are now available with promising results, particularly periurethral balloon and suburethral tape, which may be indicated after failure of well-conducted perineal rehabilitation and before artificial sphincter. Periurethral balloons consist of two silicone balloons filled with a mixture of saline and radiopaque agent inserted transperineally on either side of the urethra as close as possible to the bladder neck. Titanium ports connected to each balloon allow adjustment of the volume contained in the balloon at any time after surgery. This technique appears to be promising but further studies are required to clearly define many unresolved issues, including results based on longer follow-up and patient selection according to the severity of incontinence or their treatment history (radiotherapy). Suburethral tape is used to exert permanent static compression of the urethra and was still under development in 2006. Fairly heterogeneous materials are used and no consensus on this issue has yet been reached. Follow-up is still relatively short and few studies have addressed the problem of patient selection. Some authors consider that the best indication is mild-to-moderate incontinence, which has not yet been clearly defined.

Mots clés:
Incontinence / prostatectomie radicale / Incidence / Ballon / Bandelette
Mots-clés:
Incontinence / radical prostatectomy / Incidence / Balloon / Tape
Comment pondérer directement l'IPSS par la fréquence de la gêne induite par chacun des 7 symptômes ? (Etude du CTMH-AFU)
2006
- Réf : Prog Urol, 2006, 568

Bien que le score de l'International Prostatic Symptom Score (IPSS) soit l'outil recommandé par toutes les instances nationales et internationales pour évaluer et suivre les patients souffrant d'un trouble urinaire du bas appareil lié à l'hyperplasie bénigne de la prostate (HBP), son utilisation en pratique quotidienne est faible comme l'a démontré récemment une étude du CTMH [1-6].

Mots clés:
IPSS / HBP / Qualité de vie
L'incontinence urinaire après prostatectomie radicale
2006
- Réf : Comité des troubles mictionnels, 2006, 1
Mots clés:
Troubles mictionnels / impériosités
Intérêts des antidiurétiques, des anticholinergiques, des anti-inflammatoires et de la toxine botulinique pour le traitement des troubles mictionnels liés à l'HBP (Forum CTMH-AFU 2005)
2006
- Réf : Prog Urol, 2007, 778

Les objectifs du traitement médical des troubles mictionnels liés à une Hyperplasie Bénigne de la Prostate (HBP) sont la réduction des symptômes urinaires et l'amélioration de la qualité de vie. Classiquement, 3 classes thérapeutiques (alpha bloquants, inhibiteurs de la 5 alpha réductase et extraits de plante) sont utilisées avec une efficacité comparable [1]. En cas d'échec d'un traitement médical, une modification par un changement de monothérapie ou par une association peut être proposée avant une éventuelle intervention chirurgicale en l'absence de complications liées à l'HBP [1].

Mots clés:
HBP / ADH / anti-inflammtoires / anticholinergiques / Toxine botulique
Place des endoprothèses prostatiques et de la thermothérapie micro-ondes transuréthrales dans le traitement des troubles mictionnels liés à l'HBP ? (Forum CTMH-AFU 2005)
2006
- Réf : Prog Urol, 2006, 533

L'arsenal thérapeutique pour la prise en charge des troubles urinaires du bas appareil liés à une hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) est très vaste allant de la surveillance, aux traitements médicaux, aux techniques mini-invasives et aux traitements chirurgicaux.

Mots clés:
HBP / endoprothèse prostatique / thermothérapie micro-ondes
Traitements alternatifs de la résection endoscopique de la prostate et sexualité
2005
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1, 200-202, suppl. 1

Le traitement par thermothérapie est parfois suggéré comme un traitement alternatif à la chirurgie pour traiter les patients atteints d'HBP. Cette revue de la littérature sur l'impact de ces traitements sur la sexualité des patients conclue que le traitement par micro-ondes de haute énergie entraîne fréquemment des troubles de l'éjaculation ; il faut prévenir tous les patients devant subir une thermothérapie par micro-ondes de haute énergie de cette éventualité. Des données complémentaires sont nécessaires pour évaluer le retentissement du TUNA.

Mots clés:
HBP / Traitement / sexualité
Les effets du traitement médical sur la sexualité dans l'hyperplasie benigne de la prostate
2005
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1, 192-196, suppl. 1

L'hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) est une pathologie bénigne d'autant plus fréquente que l'homme avance en âge. La sexualité est désormais prise en considération dans les études de qualité de vie portant sur l'HBP. Les différents traitements médicaux de l'HBP sont connus pour avoir une répercussion sur la sexualité. L'objectif de ce travail est de présenter les effets des différents traitements médicaux actuels de l'HBP sur la sexualité. Les études sélectionnées seront présentées selon qu'elles sont randomisées et contrôlées, comparatives ou ouvertes et selon la classe thérapeutique.
Le traitement médical des symptômes de l'hyperplasie bénigne de la prostate s'accompagne d'un taux de troubles sexuels compris entre 0 et 10%. La baisse de la libido et l'insuffisance érectile semblent plus marquées avec le Finastéride alors que les troubles de l'éjaculation semblent plus marqués avec les alpha-bloquants mais avec des différences qui restent variables d'une étude à l'autre. Les extraits de plantes sont également responsables de quelques effets secondaires mais à des taux un peu inférieurs et proches de ceux du placebo. Une information des patients concernant ces risques s'avère donc indispensable.

Mots clés:
HBP / sexualité / traitement médical
Impact du traitement chirurgical de l'HBP sur les troubles de l'érection et les éjaculations rétrogrades
2005
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1, 197-199, suppl. 1

Cette revue de la littérature a pour but d'identifier le risque de troubles de l'érection et de l'éjaculation après un traitement chirurgical de l'HBP. Les troubles de l'érection sont présents entre 0 et 35% des patients selon les études et selon le type de chirurgie : l'incision cervico-prostatique ICP n'aurait pas de conséquence sur l'érection. Les facteurs de risque sont l'âge, les résections larges de petite prostate et les ruptures capsulaires à proximité des bandelettes. Les éjaculations rétrogrades sont présentes entre 27% à 89% pour la résection, entre 28% à 62% pour l'incision cervico-prostatique et entre 70% à 80% pour l'adénomectomie. Une étude récente montre cependant que les patients pourraient être améliorés après chirurgie. Des études complémentaires prospectives sont encore nécessaire pour confirmer ce principe. Le traitement chirurgical de l'HBP a un retentissement sur la sexualité et le patient doit donc en être informé.

Mots clés:
HBP / traitement médical / sexualité
Impact des traitements pour l'HBP sur la sexualité - Introduction
2005
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1, 183, suppl. 1

"Hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) et sexualité" a été le thème du forum des troubles mictionnels de l'homme car il fallait faire le point sur ce sujet compte tenu de l'abondance des nouvelles données scientifiques dans ce domaine.

Un certain voile pudique entourait ce sujet et il était convenu que sexualité et HBP n'avaient pas grand chose à faire ensemble, en dehors d'un détérioration de l'éjaculation induite par le traitement chirurgical.

Mots clés:
HBP / Traitement
Proposition d'un modèle de représentation de la sexualité de l'homme : Comparaison des questionnaires de sexualité
2005
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2005, 15, 1, 185-191, suppl. 1

Introduction : Aujourd'hui, il existe plusieurs questionnaires de mesure de la « sexualité de l'homme ». Parce que le terme « sexualité de l'homme » recouvre des domaines multiples, ces questionnaires ne mesurent pas forcément les mêmes domaines. De ce fait, les résultats de ces questionnaires peuvent être difficiles à interpréter et à comparer. Notre objectif était de développer un modèle général et simple qui couvrait toutes les facettes de la sexualité de l'homme mesurée dans les différents questionnaires de sexualité. Ce modèle a pour objectif de pouvoir préciser ce que chaque questionnaire mesure réellement et de permettre ainsi de comparer les résultats.
Méthodes : Nous avons construit le modèle en analysant le contenu de trois questionnaires de mesures de sexualité. Ce modèle a ensuite été appliqué à l'analyse de cinq autres questionnaires pour vérifier sa validité. Un total de 71 questions a ainsi été utilisé pour construire et tester le modèle.
Résultats : Le modèle se compose d'une matrice avec sept domaines (désir, vie sexuelle, érection, pénétration, éjaculation, organisme, rapports sexuels) et trois dimensions (fonction, gêne, satisfaction). Quatre de ces 71 questions des 8 questionnaires n'ont pas plus être classées dans ce modèle.
Conclusion : Nous proposons un modèle simple et robuste qui peut être utilisé pour analyser ce que mesure précisément chaque questionnaire de mesure de sexualité de l'homme et permettre ainsi de les comparer. Ce modèle peut aussi servir à la construction de nouveaux questionnaires de mesure de la sexualité.

Mots clés:
sexualité / questionnaire / Évaluation
Compte rendu du forum du comité des troubles mictionnels de l'homme.
2002
- Réf : Progrès FMC, 2001, 24
Mots clés:
Urèthre / sténose