Soyons Aware !!!

06 janvier 2011

Auteurs : J. Rigaud
Référence : Progrès FMC, 2013, 23, 1, F1
Le grand philosophe belge, Jean-Claude Vandamme, nous avait fait une très belle démonstration, référencée sur youtube, comme quoi chez les personnes « Aware », 1+1=1 et non 1+1=2 comme nous l’avions appris sur les bancs de l’école.
Nous pourrions extrapoler cette grande réflexion et se poser la question sur le score de Gleason : est ce que Gleason 7=Gleason 7 et non Gleason 7=Gleason 6 ? L’ensemble de notre raisonnement dans la prise en charge du cancer de la prostate est basé essentiellement sur le taux de PSA et le score de Gleason. Mais on connaît la grande variabilité d’interprétation du score de Gleason d’un pathologiste à l’autre ce qui amène une donnée très incertaine pour la discussion thérapeutique. Cela nous amène donc à discuter une éventuelle curiethérapie pour une tumeur de « risque intermédiaire » alors qu’elle serait en fait de « faible risque » selon d’Amico.
Dans le même esprit, est ce que le syndrome douloureux vésical (SDV)=Cystite interstitielle ? Selon la nouvelle définition de l’ESSIC, le SDV englobe très largement tous les patients ayant des douleurs dans la sphère vésicale. Hors, l’aspect cystoscopique (avec ou sans anomalie) reste un élément important pour la stratification des patients avec une prise en charge thérapeutique bien différente.
De même est ce qu’une insuffisance rénale obstructive=dilatation des cavités rénales ? En fait dans 10 % des cas cette dilatation est absente du fait d’un défaut de compliance. Cependant un geste urologique doit être réalisé en urgence dans le doute, afin de limiter le risque à long terme sur la récupération de la fonction rénale.
En ce qui concerne l’auto-sondage, est il automatique et simple à gérer ? Avec les nouvelles thérapeutiques comme la toxine botulique, la nécessité d’apprentissage de cette technique va encore s’accroître. L’éducation thérapeutique apporte un plus pour l’acceptation de cette technique et surtout la prise en charge des complications en particulier des infections urinaires.
Enfin, pour finir la lecture de ce Progrès FMC, le « best of » du congrès de l’AFU 2012 vous permettra de rester « Aware ».