L’urologie : une spécialité en constante évolution

29 septembre 2014

Auteurs : H. Baumert
Référence : Progrès FMC, 2014, 24, 3, F63
Notre discipline, l’urologie, est une spécialité médico-chirurgicale, vaste, en constante évolution. Ce numéro de FMC progrès en urologie en est, s’il en était besoin, un témoin supplémentaire.
Les docteurs Alexandra Masson-Lecomte et Idir Ouzaid nous font part dans ce numéro des dernières avancées présentées lors du congrès de l’AUA en mai 2014. En ce qui concerne l’adénome prostatique, l’influence de l’obésité et du syndrome métabolique sur la symptomatologie de l’HBP a été établie. La chirurgie au laser se développe aux États-Unis comme en Europe, avec des avantages clairement démontrés. L’Holep est à ce jour, la technique la mieux évaluée, mais sa courbe d’apprentissage fait peur à certains urologues, raison de son développement encore limité. Le docteur Marc Fourmarier nous fait part dans ce numéro de ses « trucs et astuces » pour standardiser cette procédure. Des résultats préliminaires, présentés à l’AUA, des possibles traitements mini invasifs de demain, comme l’embolisation prostatique, l’injection de vapeur d’eau en intraprostatique, ou les urethral lift sont dans ce numéro de FMC progrès en urologie.
La révolution de la prise en charge du cancer de la prostate est également en cours. Que ce soit l’intérêt du nouveau nomogramme du MSKCC, favorisant une meilleure sélection des patients pouvant bénéficier d’une surveillance active, de simulateurs permettant aux chirurgiens, comme aux pilotes de lignes, d’améliorer leurs performances, ou de nouvelles molécules prescrites dans la prise en charge du cancer hormono-résistant. À ce sujet, le docteur Géraldine Pignot réalise dans ce numéro, une mise au point très claire et didactique des nouvelles hormonothérapies de 2e génération, des nouvelles chimiothérapies et des traitements à venir…
La prise en charge du cancer du rein est également en pleine évolution, comme cela a été rapporté lors du dernier congrès de l’AUA, avec l’avènement de nouveaux bio-marqueurs qui semblent avoir une valeur pronostique, mais aussi de nouvelles vaccinations dont l’efficacité a été démontrée sur le petit animal, aussi bien sur la tumeur primitive, que sur les métastases.
Même le traitement de la gangrène de Fournier, pathologie redoutable pour laquelle on n’imaginait pas d’évolution, peut être optimisé par l’utilisation de système d’aspiration à pression négatif type VAC, comme nous le décrit le Dr Géraldine Pignot.
Enfin, notre jeune collègue, le Dr Julie Prasivoravong, dans un article synthétique et très clair, réalise une mise au point de l’aide médicale à la procréation (AMP). Elle rappelle l’importance de l’examen clinique, des examens complémentaires de base, mais aussi des évolutions des examens diagnostics, et nous fait part des avancées de l’AMP telles que l’intracytoplasmic morphologically selected sperm injection (IMSI) et les techniques de vitrification ovocytaire et embryonnaire.
Ces évolutions rapides et permanentes de notre spécialité dynamique, renforcent l’intérêt de la revue FMC progrès en urologie.
Bonne lecture à toutes et tous.