L'essentiel du congrès, AFU 2002 - Editorial

06 juillet 2003

Mots clés : congrès AFU 2002, synthèse
Auteurs : J.P. SARRAMON
Référence : Progrès FMC, 2002, 12, 4, 1
Le 96ème Congrès Français d'Urologie a été une réussite puisque la participation a été cette année de plus de 1600 urologues.
Comme chaque année vous trouverez les points phares des débats et présentations.
En matière de cancer prostatique il a été démontré la rentabilité et la tolérance de la radiothérapie post-opératoire.
Pour les tumeurs de vessie T1 G3, la BCG-thérapie demeure le traitement de choix en réduisant les récidives sans prévenir pour autant la progression.
Pour les cancers du rein, pas de grandes nouveautés, la chirurgie conservatrice de nécessité engendre des récidives 11 fois supérieures à la chirurgie conservatrice de principe. Les cancers tubulo-papillaires peuvent subir une chirurgie conservatrice si le volume tumoral est inférieur à 40 mm. Enfin la néphrectomie partielle coelioscopique avec clampage pédiculaire est un procédé tout à fait fiable et reproductible sans danger particulier.
Les symptômes de l'HBP ne sont pas faciles à évaluer par l'IPSS, une échelle analogique permet d'apprécier les signes fonctionnels avec une seule question. L'association Doxazosine et Finastéride est devenue un traitement logique et efficace de l'HBP.
On a parlé aussi de neuro-urologie avec des résultats intéressants dans les cas d'instabilité vésicale, neuromodulation des racines sacrées postérieures et injection de toxine botulinique.
Des travaux de recherche, nous avons retenu la régénération sphinctérienne chez la souris à partir de cellules souches neuronales. L'oestradiol et l'inhibition de la monoxyde d'azote synthase augmenteraient le volume de la vessie chez la souris.
La sortie du Taladafil, nouvel inhibiteur PDE5 permettrait une activité érectile de 24 heures.
Bien d'autres nouveautés vous seront rapportées dans le compte rendu de l'essentiel du congrès, lisez le avec intérêt.