Les aspects chirurgicaux de l'exérèse des masses résiduelles rétropéritonéales

02 octobre 2004

Mots clés : adénopathie, Rétropéritoine, testicule, Cancer
Auteurs : Alain HOULGATTE
Référence : Progrès FMC, 2004, 14, 3, 8-12
Plusieurs idées essentielles se dégagent de la littérature :
  • la chirurgie des masses résiduelles est requise après normalisation des marqueurs, même si cette notion classique tend à évoluer dans le sens un recours plus précoce en cas de résistance à la première ligne de chimiothérapie, voire devant des formes d'emblée de mauvais pronostic,
  • l'objectif est d'assurer à tout prix l'ablation complète de l'ensemble des lésions,
  • l'évaluation TDM préopératoire est essentielle à la définition de la stratégie opératoire et doit devant les cas complexes amener au transfert vers un centre de référence,
  • le sacrifice raisonné d'organes critiques ne doit pas être considéré comme une complication mais comme la rançon d'un traitement optimal, le patient doit au préalable en être informé,
  • la résection de la veine cave inférieure est souvent la clé de la réussite dans les cas les plus difficiles,
  • les conséquences fonctionnelles chez ces hommes jeunes sont acceptables au quotidien,
  • Il n'est pas souhaitable d'intervenir dans des cas complexes en dehors d'un centre de référence mettant au service du patient l'ensemble des compétences chirurgicales et anesthésiques que le caractère exceptionnel de cette chirurgie justifie.