Le kyste de l'ouraque. A propos de trois observations

EL KAMEL R, OUNAIES A, SAADANI H, HLILA M, JEMNI M
Prog Urol, 2001, 11, 2, 314-318
Cas clinique
Résumé
Les auteurs rapportent trois observations de kyste de l'ouraque, dont un cas compliqué d'infection.
Le diagnostic de cette pathologie est rarement évoqué sur les éléments cliniques. Les performances actuelles des sondes échographiques permettent une analyse très précise de la face antéro-supérieure de la vessie, ce qui permet d'évoquer le diagnostic.
Les auteurs évoquent les problèmes posés par les kystes ouraquiens. Ils insistent sur les éléments anamnestiques, cliniques et paracliniques, en particulier tomodensitométriques, qui devraient permettre le diagnostic d'une telle pathologie dont le traitement est chirurgical.
Commentaire
Commentaire de Daniel Chevallier, Service d'Urologie, CHU de Nice. Cet article est simple et bien construit. Le kyste de l'ouraque ne pose à mon sens de problème que lorsqu'il est infecté et alors il faut différencier une éventuelle fistule vésico-sigmoïdienne, une tumeur urothéliale de vessie ou un adénocarcinome de l'ouraque.

Le plus souvent le diagnostic est fait par la zone réséquée. L'anatomopathologiste trouve des cellules urothéliales en cas de tumeur vésicale banale, des cellules adénocarcinomateuses en cas de cancer de l'ouraque et une simple inflammation lorsqu'il s'agit d'un problème fistuleux infecté digestif.
Mots clés : Ouraque, kyste, chirurgie

<< Retour

Rédacteur : Urofrance
Réalisation : Axoïde
Valide HTML 5  Valide CSS  Optimisé pour Firefox  Construit avec Typo3