Facteurs prédictifs du succès du traitement des calculs caliciels inférieurs par |ithotritie extra corporelle Edap LTO2®

16 octobre 2001

Mots clés : Lithiase, calice inférieur, lombalgies, lithotritie extra-corporelle.
Auteurs : NOURI M, TLIGUI M, HAAB F, FLAHAUT A, GATTEGNO B, THIBAULT P
Référence : Prog Urol, 2000, 10, 529-536
But:Déterminer les facteurs prédictifs du succès d'une lithotritie extracorporelle (LEC) pour un calcul caliciel inférieur. Patients et Méthodes:Les dossiers de 100 patients avec calcul unique du pôle inférieur du rein allant de 6 à 25 mm traités par lithotritie extracorporelle EDAP LT02 entre 1994 et 1997 ont été étudiés. L'urographie intraveineuse pré traitement a été revue pour réétudier les caractéristiques du calcul, mesurer l'angle pyélocaliciel et étudier l'anatomie du pôle inférieur du rein. Résultats:Le taux global de «stone-free» à 3 mois est de 57%. Le taux de succès est de 67,18% pour les calculs inférieurs à 1 cm et de 38,88% pour les calculs supérieurs à 1 cm. Les calculs plus denses que l'os sont traités avec succès dans 45,5% des cas, ceux moins denses que l'os sont traités avec succès dans 71,11% des cas. Le succès est de 86,04% lorsque l'angle pyélo-caliciel est supérieur à 90° et de 35,08% lorsque ce dernier est inférieur à 90°. Le taux de stone-free est de 75% si la tige calicielle est inférieure à 3 cm et de 37,5% si la tige est supérieure à 3 cm. Conclusion:Dans notre série la taille du calcul, sa densité, l'angle pyélo-caliciel et la longueur de la tige sont des éléments prédictifs du succès de la LEC pour calcul caliciel inférieur. L'angle pyélo-caliciel est le facteur le plus significatif. Un calcul très dense à l'ASP, atteignant ou dépassant 1 cm de diamètre avec des facteurs anatomiques défavorables devrait être traité d'emblée par néphrolithotomie percutanée.